Accueil > Cette année-là > Mois après mois > A la poursuite d’octobre bleu

télécharger l'article au format PDF

A la poursuite d’octobre bleu

Publié le 3 octobre 2010, mis à jour le 13 novembre 2010

Sans être révolutionnaire, le dixième mois de l’année réussit bien à l’équipe de France. Retour chiffré et commenté sur le bilan des Bleus en octobre avant les matches contre la Roumanie (le 9) et le Luxembourg (le 12).

En octobre, les jours raccourcissent mais le nombre de matches s’allonge, surtout pour les internationaux. La saison des clubs atteint son premier quart, les coupes européennes sont bien entamées et les équipes nationales bataillent en phase qualificative.

L’équipe de France a joué beaucoup de matches en octobre : 89 sur 732, soit un sur 8 environ. Les deux premiers matches ont été joués en 1908 à l’occasion des jeux olympiques de Londres : deux défaites terribles contre le Danemark à trois jours d’intervalle, 0-9 et 1-17. Deux équipes de France avaient été alignées (une A et une B), mais étaient arrivées en Angleterre quelques heures avant leurs matches, après une traversée de la Manche en bateau [1]. La sélection B avait été battue en quarts de finale, et la sélection A en demi après le forfait de la sélection de Bohême.

Cinq autres matches amicaux ont été disputés en octobre jusqu’à la deuxième guerre. A partir de 1948, il y en a eu tous les ans. A noter pour l’anecdote que c’est en octobre que s’est joué le match le plus court de l’histoire de l’équipe de France : 74 minutes (France-Algérie 2001, terrain envahi et match arrêté par l’arbitre).

Le bilan d’octobre est plutôt favorable comparé au bilan total sur l’année, avec 46 victoires, 21 nuls et 22 défaites, malgré le gros passage à vide de la période 1967-77 : sur 11 matches il y a eu une victoire (URSS 1-0 en 1972), trois nuls et 7 défaites !

Si l’on distingue amicaux et compétition, le bilan en compétition est meilleur, avec 58% de victoires, contre 43% en amical. Si l’on regarde de plus près les matches en compétition joués à domicile, on retiendra évidemment le célèbre France-Israël du 13 octobre 1993, qui ne fut certes pas décisif dans l’élimination pour la coupe du monde 1994, mais qui contribua grandement à saper la confiance des Bleus avec le résultat que l’on sait. On peut aussi retenir le France-Islande 1999 gagné à l’arraché (3-2) grâce, déjà, à un but victorieux de David Trezeguet.

Si on regarde maintenant les résultats des vingt dernières années, le bilan devient excellent, puisqu’en 29 matches, les Bleus n’ont perdu que deux fois (au Parc contre Israël en 1993 et à Glasgow contre l’Ecosse en 2006), fait six nuls (Roumanie 2008, Suisse 2005, Eire 2004, Afrique du Sud et Cameroun 2000, Roumanie 1994) et gagné 21 matches.

Depuis la mise en place des matches dédoublés sur quatre jours (1998), les résultats sont les suivants :

Ils sont donc très bons, avec une seule défaite en Ecosse en 2006 et cinq nuls, dont deux en amical en 2000. Ce bilan est à pondérer par le fait que les Bleus ont rencontré trois fois les Féroé, deux fois Chypre, une fois Malte et une fois Andorre.

Enfin, côté adversaires, les Bleus ont déjà joué trois fois la Roumanie en octobre, avec une seule victoire (3-1 à Bucarest en 1995) et deux nuls (0-0 à Saint-Etienne en 1994 et 2-2 à Costanta en 2008). Le Luxembourg a été rencontré quatre fois pour autant de victoires (2-0 en 1964, 3-1 en 1978 et 4-0 en 1984 à Luxembourg et 6-0 à Paris en 1985).

[1J-M. et P. Cazal, M. Oreggia, L’intégrale de l’équipe de France de football, First Editions



Voir le profil de Bruno Colombari sur LinkedIn



SPIP Site sous spip 3.0.17 et le plugin zpip | Hébergé par Mutins
Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Sauf mention contraire, le contenu rédactionnel de cette page est sous contrat Creative Commons.

Visiteurs connectés : 8