Au temps où les Bleus sortaient en janvier

Publié le 8 janvier 2011, mis à jour le 23 septembre 2011

Le premier mois de l’année n’est pas le plus propice à la pratique du football. Pourtant, les Bleus ont joué 27 fois au cœur de l’hiver, mais jamais en compétition, et jamais depuis 2000. L’équipe de France du troisième millénaire n’aime pas janvier.

Question piège : vous avez dix secondes pour vous souvenir d’un match joué par les Bleus au mois de janvier. Allez, on cherche... Rien trouvé ?

Le plus facile était sans doute l’avant-dernier, un certain France-Espagne le 28 janvier 1998, disputé sur la pelouse gelée et toute neuve du stade de France inauguré ce soir-là. C’est aussi la dernière fois que les Bleus ont battu les Espagnols en amical, avant les trois défaites de 2001 (1-2), 2008 (0-1) et 2010 (0-2). Zidane avait testé la solidité des filets ce soir-là en reprenant un tir de Djorkaeff repoussé par la barre. Et Trezeguet avait fait des débuts remarqués en sélection, puisqu’il avait trouvé moyen de se procurer plusieurs occasions lors de son quart d’heure de jeu après avoir remplacé Guivarc’h.

retrouver ce média sur www.ina.fr

Le tout dernier de la liste, c’était l’année suivante, un France-Maroc à Marseille, avec Florian Maurice avant-centre (!) alors que Henry et Trezeguet étaient momentanément retournés chez les Espoirs.

Avant ces deux-là, il y a tout de même eu 25 matches disputés depuis 1911, mais aucun en compétition. Le tout premier, comme il se doit, a même eu lieu un premier janvier, à domicile contre la Hongrie (0-3). La Belgique (6 fois), l’Espagne (4), le Portugal et l’Italie (3) étaient les adversaires abonnés à ces matches de tout début d’année. Parmi eux, on retiendra un 4-9 contre l’Italie à Milan en 1920, à la suite d’un véritable périple [1] : 41 heures de train entre Paris et Milan suite à une grève des cheminots, les Bleus qui arrivent un quart d’heure avant le début du match, et grève des joueurs au retour (déjà), avec bannissement à vie du meneur, Louis Olagnier.

Rudi Hiden, gardien autrichien et éphémère international français en temps de guerre.

A noter aussi un match joué en temps de guerre, le 28 janvier 1940 dans l’ancien Parc des Princes contre le Portugal. Les sélectionnés français étaient tous militaires et libérés deux jours avant le match par l’armée. Parmi eux, deux joueurs autrichiens naturalisés français, Heinrich Hiltl (rebaptisé Henri) et le gardien Rudi « Rodolphe » Hiden, qui avait gardé les buts de la prestigieuse sélection autrichienne des années 30. Hiltl rejouera une fois en décembre 1944, mais Hiden ne portera plus le maillot tricolore. Tout comme Etienne Mattler, qui honorait sa 46ème et dernière sélection, record de l’époque.

Plus près de nous, l’équipe de France, alors dirigée par Georges Boulogne, a effectué une tournée en Argentine en janvier 1971, le premier retour en Amérique du Sud depuis la coupe du monde en Uruguay en 1930. Au programme, deux matches contre les Albiceleste, le premier ayant lieu le 8 janvier dans le stade vertical de la Bombonera où évolue Boca Juniors. Et surprise, les Français jouent bien, mènent 2-0, puis 3-1, avant de l’emporter finalement 4-3 face à un adversaire qui compte dans ses rangs le futur goleador Carlos Bianchi et le futur entraîneur Angel Marcos. Cinq jours plus tard, l’Argentine l’emporte à Mar del Plata, où les Bleus reviendront en 1978.

Le stade de la Bombonera à Buenos-Aires, avec sa tribune verticale.

Le dernier fait marquant de ce mois de janvier remonte à 1990. Alors éliminés de la coupe du monde qui se jouera cinq mois plus tard en Italie, les hommes de Platini partent en tournée au Koweït, qui sera envahi par l’Irak huit mois plus tard. Ils sont invités par l’émir Al Jaber, celui-là même qui avait demandé l’interruption du match France-Koweït au Mundial espagnol de 1982, après un but marqué par Giresse alors qu’un coup de sifflet venu des tribunes avait trompé les défenseurs koweïtis. L’autre adversaire des Bleus, c’est la République démocratique allemande, qui n’a plus que dix mois à vivre : la sélection disparaîtra en septembre à l’issue d’un dernier match contre la Belgique, trois semaines avant la réunification. Les joueurs français sont les derniers à s’imposer face à la RDA (3-0, doublé de Cantona et but de Deschamps).

Au final, le bilan du mois de janvier est meilleur que le bilan total, à pondérer par le fait que tous les matches joués n’étaient qu’amicaux. Après-guerre, les Bleus n’ont perdu qu’un match sur les onze disputés (contre l’Argentine en 1971), auquel il faut ajouter deux nuls (contre Israël en 1988 et contre l’Espagne en 1963). Et les sept derniers ont tous été remportés. Une statistique intéressante quand on sait que l’équipe de France n’a plus gagné en début d’année depuis 2004 (2-0 à Bruxelles contre la Belgique).

[1raconté dans le détail par Michel Oreggia, Jean-Michel et Pierre Cazal dans L’intégrale de l’équipe de France de football, First éditions

Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

Abonnez-vous !

Chroniques bleues est sur Tipeee, premier site français de tip participatif.

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité