Ce qui attend le champion d’Europe en titre

Publié le 9 février 2020

Le Portugal a tiré le gros lot avec l’Allemagne et la France en apéritif à l’Euro. Avant lui, qu’ont fait les quatorze autres champions sortants lors de l’édition suivante ?

Si l’Euro est bien plus ouvert que la Coupe du monde (10 vainqueurs en 16 éditions, contre 8 champions du monde en 21 tournois), avec à son palmarès le Danemark, la Grèce ou le Portugal, il y est tout aussi difficile pour un tenant d’y conserver son titre. Et pour cause : contrairement à son aînée, la compétition européenne n’a jamais qualifié d’office le précédent vainqueur, qui s’est retrouvé plusieurs fois bloqué en phase éliminatoire.

La première formule du championnat d’Europe (1960-1976), avec des quarts de finale en aller-retour au printemps et un dernier carré final en juin, a été fatale à deux tenants : l’Espagne en 1968, battue par l’Angleterre championne du monde en quart (0-1, 1-2) et l’Italie en 1972, sortie au même stade de la compétition par la Belgique (0-0, 1-2).

Mais deux autres tenants ont frôlé le doublé, en atteignant la finale de l’édition suivante : c’est le cas de l’URSS en 1964, battue par l’Espagne à Madrid (1-2) et de la RFA, qui échoue lors de la première épreuve de tirs au but en 1976 à Belgrade contre la Tchécoslovaquie (2-2, 3-5). C’est ce soir-là qu’Antonin Panenka a battu Sepp Maier avec le geste qui allait porter son nom.


 

La malédiction du premier tour

Dès lors, une sorte de malédiction semble tomber sur les champions d’Europe. Ceux-ci mordent la poussière dès le premier tour en 1984 (RFA), 1996 (Danemark), 2000 (Allemagne) et 2008 (Grèce). L’Espagne tombe en huitièmes de finale en 2016, la France se fait surprendre en quart par la Grèce en 2004. Les seuls à tenir leur rang sont la Tchécoslovaquie, troisième en 1980 [1] et les Pays-Bas, demi-finalistes en 1992.

JPEG - 92.1 ko

La France réussit quant à elle une performance inédite en 1988 : elle est la seule équipe tenante du titre à n’avoir pas participé à l’édition suivante depuis la mise en place d’un tournoi final en 1980. Sa phase éliminatoire catastrophique (une victoire et quatre buts marqués en huit matchs, troisième place derrière l’URSS et la RDA) qui a suivi la période dorée 1982-86 est une longue chute qui se prolongera en 1990 et en 1994.

Noir c’est noir, il n’y a donc aucun espoir pour le Portugal, dernier vainqueur en 2016 ? Si, il y en en un, et il vient du voisin ibérique : l’Espagne, championne d’Europe en 2008, fait honneur à son titre en 2012 : après un nul initial contre l’Italie (1-1), elle bat l’Irlande (4-0) et la Croatie (1-0), écarte facilement la France de Laurent Blanc en quart (2-0), souffre en demi contre le Portugal (0-0, tirs au but) et balaie l’Italie en finale (4-0).

Le Portugal dans le rôle du croquemitaine

Une autre manière de regarder le graphique est de lister qui a fait chuter le tenant du titre. Un rôle où se complaisent l’Espagne et le Portugal, justement : les premiers ont battu l’URSS en finale en 1964, la RFA au premier tour en 1984 et la Grèce en 2008. Les seconds ont sorti la RFA en 1984, le Danemark en 1996 et l’Allemagne en 2000, à chaque fois au premier tour. Ce n’est pas rassurant pour les hommes de Joachim Löw.

On constatera en passant que la France n’a jamais éliminé de champion d’Europe en titre à l’Euro : ses seules occasions ont eu lieu en 1979 contre la Tchécoslovaquie (0-2, 2-1 en phase éliminatoire) et en 2012 contre l’Espagne (0-2 en quart de finale). Ce qui n’est pas très rassurant, vu la composition du premier tour...

Et les champions du monde ?

Puisque vous êtes ici, regardons ensemble maintenant, histoire de se remonter le moral, ce qu’ont fait les Européens champions du monde à l’Euro suivant depuis 1960. C’est très variable, évidemment, mais deux exemples vont nous plaire : celui de 2012, avec l’Espagne qui remporte l’Euro deux ans après la Coupe du monde, et bien entendu celui de 2000, avec les Bleus sur le toit de l’Europe à Rotterdam dans la foulée de leur première étoile.

PNG - 118.6 ko

L’Allemagne a été finaliste en 1976 et en 1992, et demi-finaliste en 2016, l’Angleterre a atteint les demi-finales en 1966. Aucun champion du monde n’a été éliminé au premier tour de l’Euro (bonne nouvelle !), même si l’Italie a fait fort en 1984, où elle a regardé la compétition à la télé après avoir été éliminée par la Roumanie en terminant quatrième (sur cinq, devant Chypre) de son groupe.

[1deuxième au premier tour et vainqueur du match pour la troisième place contre l’Italie, il n’y a pas de demi-finale dans cette édition

Dernier livre paru

Sites partenaires


Trophée virtuel spécial Euro


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


273 matchs des Bleus en intégralité