Histoire des France-Belgique (2) : un certain avantage compétitif

Publié le 8 juillet 2018

Deuxième partie consacrée aux (rares) matchs de compétition, parmi lesquels seulement deux en Coupe du monde et un à l’Euro. Et à la fin, jusqu’à présent, c’est la France qui gagne !

5 juin 1938 : pour une fois, ça compte

Quand le tirage au sort des huitièmes de finale de la Coupe du monde désigne, le 5 mars, la Belgique comme adversaire du pays organisateur, les Français se frottent les mains : ils n’ont perdu qu’une seule des six dernières confrontations, et ont remporté la dernière deux mois plus tôt (5-3). A Colombes, ils mènent déjà après 40 secondes grâce à Emile Veinante, et doublent la mise à la 11e par Jean Nicolas. Après s’être vus trop beaux sans doute, ils laissent la Belgique revenir dans le match (19e, 2-1) et n’assurent définitivement la qualification qu’à la 69e, grâce à un second but de Jean Nicolas. Pour la première fois, l’équipe de France atteint les quarts de finale.

JPEG - 79.6 ko

11 novembre 1956 : le quintuplé pour Thadée Cisowski

Etait-ce prémonitoire ? Pour débuter la phase qualificative à la Coupe du monde 1958, l’équipe de France accueille la Belgique. Et, sans Raymond Kopa qui a rejoint le Real Madrid (les clubs étrangers n’étaient pas obligés de libérer leurs internationaux hors phase finale de Coupe du monde) elle l’emporte sur un score de tennis : 6-3, avec un quintuplé de Thadée Cisowski. Avant lui, seul Eugène Maës avait fait aussi bien, en 1913, et après lui, plus personne ne rééditera cet exploit. Et il valait mieux, car la défense française encaissait trois buts, les Belges revenant même de 4-1 à 4-3 juste après l’heure de jeu.


 

27 octobre 1957 : le premier 0-0 du classique

Au quarante-neuvième match entre la France et la Belgique, pour la première fois, aucun but n’a été marqué. A Bruxelles, les Bleus ont besoin d’un nul pour se qualifier pour la Suède après avoir passé treize buts à l’Islande (8-0, 5-1). Une fois n’est pas coutume, Albert Batteux met en place une tactique prudente en 4-4-2, et titularise le gardien stéphanois Claude Abbes, qui prendra la place de François Remetter lors du premier tour de Coupe du monde, huit mois plus tard. Le match est fermé, mais la qualification acquise. C’était l’essentiel.

11 novembre 1966 : première défaite en compétition

Neuf ans plus tard c’est la qualification pour le Championnat d’Europe 1968 qui est dans le viseur d’une équipe très décevante à la Coupe du monde anglaise. Les Bleus sont dirigés par un duo intérimaire d’entraîneurs de clubs, le Nantais José Arribas et le Stéphanois Jean Snella. L’idée est curieuse et les résultats ne suivent pas, la sélection de l’époque manquant cruellement de joueurs de niveau international. Un doublé express de Paul Van Himst (51e et 54e) suffisent pour battre les coéquipiers de Jean Djorkaeff (le père de Youri) et de Jean-Claude Suaudeau (le futur entraîneur de Nantes). La réduction du score par Georges Lech (1-2) ne suffira pas.

28 octobre 1967 : qualifiés par la petite porte

Le match retour à lieu l’automne suivant à Nantes, mais c’est un Stéphanois, Robert Herbin, qui égalise à six minutes de la fin alors que les Belges mènent depuis la 37e grâce à un but casquette marqué par Roger Claessen, le ballon boxé par le gardien Marcel Aubour tapant le dessous de la transversale avant d’entrer. C’est toutefois suffisant pour se qualifier grâce à quatre victoires contre le Luxembourg et la Pologne. Mais les Bleus se feront sortir en quart de finale par la Yougoslavie (1-1, 1-5).


 

12 octobre 1974 : quand Lacombe joue les défenseurs

Désormais dirigés par le Roumain Stefan Kovacs, les Bleus abordent les qualifications pour le Championnat d’Europe 1976 avec appréhension, eux qui ont échoué à ce stade depuis six ans. A Bruxelles, ils commencent par une défaite contre la Belgique : Christian Coste égalise rapidement (16e) après le but de Maurice Martens, mais à un quart d’heure de la fin, Bernard Lacombe, replié dans sa surface, veut dribbler François Van der Elst. Mauvaise idée : l’attaquant belge le contre et marque le but de la victoire (2-1).

15 novembre 1975 : Larqué bat Dockx par KO technique

Déjà éliminés quand ils reçoivent les Diables Rouges au match retour, les Français, malgré la présence en attaque du jeune prodige stéphanois Dominique Rocheteau (et de Raymond Domenech en arrière droit), ne peuvent faire mieux qu’un piteux 0-0, le deuxième de la longue histoire franco-belge. A défaut d’être bons balle au pied, ces Bleus-là s’illustrent à la boxe, puisque Jean-Michel Larqué allonge pour le compte le défenseur Jean Dockx qui l’avait proprement découpé. Le capitaine stéphanois, rentré à la mi-temps, ressort 22 minutes plus tard avec un carton rouge.

29 avril 1981 : une esquisse de carré magique, à trois

Après une défaire préjudiciable à Rotterdam contre les Pays-Bas, les Bleus de Michel Hidalgo doivent l’emporter face à la Belgique pour ne pas être décroché dans la course à la Coupe du monde 1982. Privé de Platini, forfait, le sélectionneur tente le tout pour le tout et aligne un 4-3-3 PlayStation avec trois milieux offensifs : Jean Tigana, Bernard Genghini et Alain Giresse. Ça commence mal avec un but de Erwin Vandenbergh dès la 5e, mais en un peu plus d’un quart d’heure, les Bleus renversent la table grâce à un doublé de Gérard Soler (14e, 31e) et un but de Didier Six (26e). Les Belges reviennent, mais les Français tiennent au courage et l’emportent (3-2), tout en ayant semé un projet qui fleurira en novembre contre les Pays-Bas et surtout l’année suivante en Espagne.

JPEG - 94.6 ko

8 septembre 1981 : l’échec de Platini avant-centre

Cinq mois plus tard à Bruxelles, les Bleus qui jouent en blanc sont complètement dépassés par une sélection belge brillante, menée par Frank Vercauteren, Alex Czerniatynski et Ludo Coeck, avec Erwin Vandenbergh à la finition. Michel Hidalgo tente une expérience avec Platini en pointe devant un curieux milieu Moizan-Larios-Giresse. Ce n’est pas une bonne idée, les Belges jouant le hors-jeu pour piéger le capitaine français. Le match se termine à 0-2 (Czerniatynski et Vandenbergh) mais le score aurait pu être plus lourd, avec un gardien et un défenseur central débutants (Pierrick Hiard et Philippe Mahut).


 

16 juin 1984 : le bijou de la Beaujoire

Pour leur première confrontation en phase finale d’un Euro, Français et Belges vont être les protagonistes d’un des plus beaux matchs de l’histoire des Bleus. A Nantes, les Français éparpillent la brillante sélection belge et sa vedette Enzo Scifo en deux temps, trois mouvements : coup franc de Battiston sur la barre, repris du gauche par Platini (4e), double une-deux Giresse-Tigana et but du premier (31e), centre de Six pour Giresse qui remet à Fernandez et torticolis pour la défense des Rouges (44e, 3-0). La deuxième mi-temps est une formalité, et Platini s’offre un triplé du droit sur pénalty (74e) et de la tête sur un coup franc de Giresse (89e). 5-0, plus large victoire française en phase finale à ce jour.


 

28 juin 1986 : les adieux de Bossis

Cette année-là au Mexique, France et Belgique étaient déjà en demi-finale de Coupe du monde. Mais pas l’un contre l’autre : les Bleus sont sortis par la RFA de Rummenigge (0-2) et les Belges par l’Argentine de Maradona (même tarif). Ils se retrouvent donc pour le match de classement, celui qui ne sert à rien à Puebla dans un stade à moitié vide. Alors ils s’occupent, les Belges marquant les premiers, Ferreri et Papin donnant l’avantage aux Bleus, et Claesen égalisant (2-2). Les prolongations ravissent les coiffeurs, un peu moins Battiston, Amoros, Tigana et Max Bossis, entré à l’heure de jeu à la place de Le Roux blessé. C’est le dernier match en sélection de Max, alors il offre un but à Genghini d’une passe de la tête (104e) avant qu’Amoros n’assure la victoire sur pénalty (111e, 4-2).


 

Sept France-Belgique sont visibles en intégralité sur le site Footballia.net

Les 11 France-Belgique en compétition depuis 1938

# Genre date lieu adversaire scorebuteurs
457 CM 28/06/1986 Puebla Belgique 4-2 Ferreri, Papin,

Genghini, Amoros

436 Euro 16/06/1984 Nantes Belgique 5-0 Platini 3, Giresse,

Fernandez

405 qCM 08/09/1981 Bruxelles Belgique 0-2
403 qCM 29/04/1981 Paris (Parc) Belgique 3-2 Soler 2, Six
364 qEuro 15/11/1975 Paris (Parc) Belgique 0-0
357 qEuro 12/10/1974 Bruxelles Belgique 1-2 Coste
312 qEuro 28/10/1967 Nantes Belgique 1-1 Herbin
306 qEuro 11/11/1966 Bruges Belgique 1-2 Lech
236 qCM 27/10/1957 Bruxelles Belgique 0-0
231 qCM 11/11/1956 Colombes Belgique 6-3 Cisowski 5, Vincent
148 CM 05/06/1938 Colombes Belgique 3-1 Veinante, J.Nicolas 2

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité