Il n’y a pas de mai qui tienne

Publié le 1er mai 2011, mis à jour le 30 mai 2013

Mai. Le mois où, un an sur deux, les Bleus préparent une phase finale. La pléthore de matches amicaux joués en mai (75, contre 10 en compétition) n’est pas pour autant favorable à l’équipe de France, qui en a perdu près de la moitié. Plus pavé que muguet, donc.

C’est le moment où la saison des clubs se termine : finale de la coupe de France, dernières journées du championnat, et pour les internationaux qui jouent à l’étranger, finale des coupes d’Europe... Autant dire que l’équipe de France a bien du mal à exister en mai.

PNG - 102.6 ko

C’est un mois plutôt mauvais pour les statistiques, avec 41 défaites en 85 matches joués, pour seulement 31 victoires. Par chance, il n’y a eu dans le lot que dix rencontres en compétition : deux aux jeux olympiques, trois en qualifications pour la coupe du monde, deux en qualifications pour l’Euro, et trois seulement en phase finale (lesquelles commencent plutôt en juin) : deux en coupe du monde (1934 et 2002) et une en coupe des Confédérations (2001). Le bilan est franchement médiocre : deux victoires contre la Lettonie en 1924 et la Corée du sud en 2001, deux nuls contre l’Eire et l’Islande dans les années 70 et six défaites, dont la dernière particulièrement cuisante à Séoul contre le Sénégal, le 31 mai 2002 en ouverture de la coupe du monde. Depuis, il n’y a eu plus que des matches amicaux...

Sénégal-France 2002
Les Bleus poissards touchent deux fois les poteaux par Trezeguet et Henry et encaissent un but de baby-foot. La deuxième étoile s’éloigne déjà.

Voyons maintenant de plus près ce qu’ont donné ces 75 rencontres pour du beurre. Les neuf derniers ont été corrects, avec six victoires et trois nuls (contre le Brésil en 2004, le Paraguay en 2008 et la Tunisie l’an dernier). Ceux de 2002, en revanche, étaient prémonitoire du naufrage des Bleus en Asie : défaite 1-2 au stade de France contre la Belgique (mettant fin à trois ans d’invincibilité à domicile) le 18 mai, et victoire à la Pyrrhus le 26 mai à Suwon contre la Corée du Sud (3-2), avec la blessure à la cuisse de Zidane tout juste descendu de l’avion.

Corée du Sud - France (2002)
Corée du Sud - France (2002)
Zidane quelques minutes avant la blessure qui allait le priver des matches contre le Sénégal et l’Uruguay.

Auparavant, il faut noter la mauvaise série du début des années 80, avec deux défaites à Moscou contre l’URSS en 1980 et à domicile face au Brésil de Socrates et Zico en 1981, suivies de deux nuls contre la Bulgarie à Lyon en 1982 et la Belgique à Luxembourg en 1983. Après ça, les Bleus s’abstiendront de matches officiels en mai jusqu’en 1992 et une nouvelle défaite en Suisse.

Avant guerre, où les Bleus jouaient quasiment chaque année en mai (35 matches entre 1904 et 1939), hormis la première rencontre de l’histoire contre la Belgique à Bruxelles (3-3), les dérouillées étaient de mise, au moins jusqu’en 1930. L’exception, tout de même, c’était la toute première victoire contre l’Angleterre, le 5 mai 1921 à Pershing, jour du centenaire de la mort de Napoléon. Deux buts de Jules Dewaquez et Jean Boyer, sur des passes décisives de Raymond Dubly, avaient suffi pour vaincre l’équipe aux trois lions (2-1). On peut sans grand risque affirmer que c’était le premier exploit des Bleus, même si les adversaires n’avaient aligné que des amateurs (alors que le foot anglais était pro depuis bien longtemps).

France-Angleterre 1921
France-Angleterre 1921
Hugues, Vanco, Jourda, Cottenet, Gamblin et Bonnardel ; Dewaquez, Boyer, P.Nicolas, Bard et Dubly.

Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

Abonnez-vous !

Chroniques bleues est sur Tipeee, premier site français de tip participatif.

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité