Juillet, ses feux d’artifice et ses tragédies grandioses

Publié le 1er juillet 2011, mis à jour le 30 septembre 2013

Mois le plus pauvre de l’année en matches des Bleus, juillet est aussi celui de Séville, Saint-Denis, Rotterdam, Francfort et Berlin : sommets du jeu, montagnes russes émotionnelles, larmes et champagne, fêtes nationales et soirs de drame.

A quoi bon jouer un match international en juillet ? Le septième mois de l’année est celui de tous les paradoxes : c’est celui où les Bleus se font les plus rares (vingt apparitions en 107 ans), mais c’est aussi celui des plus beaux souvenirs, comme Montevideo en 1930 (premier match de l’histoire de la coupe du monde, contre le Mexique) Séville en 1982 (premier match de coupe du monde terminé aux tirs au but, contre la RFA), Saint-Denis en 1998 (premier titre mondial) et Rotterdam en 2000 (titre européen acquis au but en or contre l’Italie), auxquels on pourrait ajouter, pour faire bonne mesure, Francfort en 2006 et les vrais adieux de Zidane face au Brésil.

PNG - 99.5 ko

Evacuons tout de suite les deux malheureux matches amicaux de début de saison, disputés en 1993 et en 1995 (victoire 3-1 contre la Russie à Caen et nul 0-0 à Oslo contre la Norvège) à des dates tellement absurdes que l’expérience n’a jamais été renouvelée. Restent 18 matches de compétition, et à ce moment-là de l’année, ce sont exclusivement des rencontres de phases finales.

Le premier match joué en juillet est donc celui contre le Mexique en 1930 en Uruguay, pour la toute première coupe du monde. La victoire initiale (4-1) ne suffira pas pour sortir du premier tour avec deux défaites serrées face à l’Argentine (0-1) et au Chili (0-1).

En 1960, l’équipe de France dispute la première coupe d’Europe des Nations, créée sur le modèle de la compétition par clubs qui existe depuis quatre ans. Après avoir sorti la Grèce (7-1 et 1-1) et l’Autriche (5-2 et 4-2), la France se retrouve dans le dernier carré qui se dispute alors chez l’un des demi-finalistes, en élimination directe sur un match. Mais Kopa, Fontaine, Kaelbel, Piantoni et Remetter sont forfaits.

Au Parc, les Bleus dominent la Yougoslavie et mènent 4-2 à un quart d’heure de la fin. L’affaire semble pliée, mais le gardien Georges Lamia perd soudainement les pédales et encaisse trois buts en cinq minutes sur trois erreurs individuelles. Battus 4-5, les Bleus laissent filer le match pour la troisième place contre la Tchécoslovaquie (0-2) à Marseille.

6 juillet 1960, France-Yougoslavie (4-5)
Sans le son, admirez le sang-froid de la défense française (maillot foncé) menant 4-2 à un quart d’heure de la finale.

Six ans plus tard, c’est un 13 juillet que l’équipe de France débute la coupe du monde anglaise, mais il n’y a pas de feu d’artifice face à un Mexique prenable (1-1). Mal organisés, sans idée directrice et sans grand joueur, les Bleus laissent filer la qualification contre l’Uruguay (1-2) et l’Angleterre (0-2).

13 juillet 1966, France-Mexique (1-1)
13 juillet 1966, France-Mexique (1-1)
A Wembley, au cœur des années noires. Il faudra attendre dix ans pour voir enfin une grande équipe de France.

Une victoire, un nul et six défaites : le mois de juillet ne réussit décidément pas à l’équipe de France, qui l’évite donc pendant seize ans. Mais le plus grand reste à venir. Le 4 juillet 1982 à Madrid, la bande à Platini ne fait qu’une bouchée de l’Irlande du Nord, où Giresse s’offre même le petit plaisir d’un but de la tête. Un amuse-gueule pour le 8 juillet, soir du sommet héroïco-dramatique de Séville (voir l’article 8 juillet 1982 : RFA-France), suivi deux jours plus tard d’une défaite sans intérêt contre la Pologne (2-3) pour la troisième place.

12 juillet 1998, France-Brésil (3-0)
Pour ESPN, Manu Petit raconte, en anglais, le millième but de l’histoire des Bleus.

Depuis cette date, le 10 juillet 1982 donc, les Bleus n’ont plus jamais perdu lors du mois de la prise de la Bastille. En 1998, après deux qualifications au forceps contre le Paraguay et l’Italie, les hommes de Jacquet se lâchent enfin contre la Croatie avec l’invraisemblable doublé de Thuram, puis face au Brésil, inscrivant le 12 juillet dans le patrimoine historique national.

Deux ans plus tard, l’Euro 2000 se joue essentiellement en juin, sauf la finale de Rotterdam. Face à une Squadra Azzura plus offensive que prévu, les Bleus sont au rendez-vous, Lemerre fait jaillir du banc trois cavaliers de l’apocalypse (Pires, Wiltord et Trezeguet) et nous offre un final hitchcockien qui aurait traumatisé dix générations d’Italiens si, en 2006...

2 juillet 2000, France-Italie (2-1)
2 juillet 2000, France-Italie (2-1)
Sous le ciel orange de Rotterdam, Wiltord égalise au bout du bout du temps additionnel. La légende est en marche.

2006, c’est la tournée d’adieux de Zidane (les Cahiers du football fabriquent pour l’occasion un T-shirt floqué d’un Good bye Zinedine prémonitoire), et comme les bonnes tournées d’adieux, elle n’en finit pas. Récital funambulesque le 1er juillet contre un Brésil pourtant mieux armé que huit ans plus tôt, réalisme froid le 5 contre des Portugais prétentieux et tragédie en trois actes le 9 à Berlin face à une Italie avide de revanche : panenka presque ratée décommandée aux cardiaques en tout début de match, tête croisée sortie par un réflexe de Buffon en début de prolongations, expulsion pour un coup de boule sur Materazzi en guise d’ultime geste sur un terrain.

L’an prochain, la finale de l’Euro se jouera... le 1er juillet à Kiev. Celle de la coupe du monde, en 2014, aura lieu, c’est encore mieux, un 13 juillet.

A paraître le 25 octobre

Dernier livre paru

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité