Kylian Mbappé, ses temps de passage avant 19 ans

Publié le 18 novembre 2017, mis à jour le 20 novembre 2017

Avec dix sélections, un but et trois passes décisives avant son dix-neuvième anniversaire, Mbappé explose tous les records de précocité en Bleu. Et par rapport à Pelé, Maradona ou Messi, il n’est pas mal non plus...

Il ne lui aura manqué qu’une sélection, face au Paraguay en juin, pour réussir le grand chelem en 2017. Avec dix matchs joués sur onze, Kylian Mbappé aura traversé l’année qui a suivi ses 18 ans à fond la caisse, passant du statut de petit nouveau juvénile à celui de titulaire dans une ligne d’attaque pourtant abondamment dotée.

JPEG - 91.2 ko

Avec un peu d’avance sur le calendrier, puisqu’il fêtera ses 19 ans le 20 décembre (mais il n’y aura plus de match international d’ici-là), on peut évaluer à quel point il est en avance, en comparant ses temps de passage avec ceux des précédents internationaux français déjà sélectionnés au même âge que lui, puis avec ceux des grands joueurs de l’histoire qui ont commencé très tôt leur carrière internationale et avec les meilleurs attaquants français de l’histoire.

Aucune concurrence à son âge en équipe de France

Chez les Bleus, aucun suspens : Mbappé est loin, très loin devant tout le monde. Sur les 18 qui ont débuté avant 19 ans, ils ne sont que 8 à avoir été appelés plusieurs fois dans cet intervalle. Si Gabriel Hanot en a compté quatre en 1908, et cinq pour Ernest Gravier (1911), René Gérard (1933) et Georges Lech (1964), l’attaquant du PSG en est déjà à dix. Ce qui le place à une étonnante 285e place. Ce qui laisse pas moins de 613 internationaux derrière lui, moins de huit mois après ses débuts.

PNG - 60.2 ko

Impliqué dans quatre buts déjà

Avec un but (face aux Pays-Bas en août) et trois passes décisives (pour Dembélé contre l’Angleterre, Giroud face au pays de Galles et Lacazette en Allemagne), Mbappé est donc impliqué dans quatre buts pour ses dix premières sélections. C’est autant que Karim Benzema (trois buts, une passe) et mieux que Thierry Henry (trois buts), David Trezeguet (deux buts, une passe) et Jean-Pierre Papin (deux buts), sauf que ceux-ci étaient sensiblement plus âgés (entre 21 mois et 5 ans de plus) à leur dixième cape.

JPEG - 98.6 ko

Le seul à faire (beaucoup) mieux dans les meilleurs buteurs attaquants, c’est Just Fontaine, puisqu’après dix sélections, il avait déjà planté 13 buts et donné 3 passes décisives. Mais c’était face au Brésil en juin 1958, et à 24 ans et 10 mois, il avait déjà presque atteint la moitié de sa carrière internationale qui ne comptera que 21 sélections.

PNG - 34.4 ko

Au même âge, Pelé et Owen ont fait mieux, pas Neymar ni Cristiano Ronaldo

Si on élargit la focale au-delà de l’équipe de France, et qu’on s’en tient aux grands noms du football qui ont commencé très jeunes en sélection, Mbappé est cette fois dépassé. Mais pas dans des proportions considérables, loin de là. Bien entendu, il n’est pas question de faire du natif de Bondy le nouveau Pelé ou le Maradona du 21e siècle. Juste de comparer les stats au même âge.

JPEG - 36.8 ko

En octobre 1959, quand il fête ses 19 ans, Pelé est déjà le Roi. Avec le Brésil, il a gagné la Coupe du monde seize mois plus tôt, et il compte déjà 18 sélections, pour 20 buts marqués. Inaccessible. Plus récemment, Michael Owen comptait 12 sélections et 4 buts avec l’Angleterre en décembre 1998, après avoir brillé en Coupe du monde.

JPEG - 78.7 ko

Trois super-grands ont des temps de passage identiques en sélection à 19 ans : Diego Maradona (en 1979), Ronaldo (en 1995) et Messi (en 2006) comptaient 10 capes et deux buts. Mais l’Argentin n’avait pas été appelé pour la Coupe du monde 1978 qui se jouait chez lui, Ronaldo avait été titré champion du monde 1994 avec le Brésil sans jouer une seule minute et Messi avait atteint les quarts de finale mondiaux en Allemagne avec l’Argentine.

Mbappé est presque à leur hauteur avec 10 sélections et un but, mais il n’a pas encore joué de phase finale, et sa participation à la qualification des Bleus pour la Russie est modeste.

Derrière lui, on trouve le Danois Michael Laudrup, qui comptait 5 sélections et 3 buts en 1983 ; alors que Neymar n’en avait que deux (et un but) en 2011 avec le Brésil et que Cristiano Ronaldo se contentait, début 2004, d’une seule apparition avec le Portugal (sans avoir marqué).

PNG - 46.2 ko

Arrêt sur images

En bonus, les vidéos des prestations de Mbappé lors de ses matchs de 2017. Où on voit qu’au-delà de ses grigris pas toujours utiles, il a créé beaucoup d’occasions franches, pour lui ou pour d’autres. Et que deux d’entre elles ont fini sur la transversale, contre l’Angleterre et le pays de Galles.

Le 25 mars, contre le Luxembourg, il a le temps de se créer une occasion nette sur les douze minutes de jeu qu’il a quand il remplace Payet.


 

Trois jours plus tard, il est titulaire contre l’Espagne et joue 65 minutes avant de laisser sa place à Olivier Giroud. Première défaite malgré quelques actions prometteuses.


 

Le 9 juin, il remplace Antoine Griezmann à un quart d’heure de la fin, mais les Bleus n’y sont pas et il ne peut rien faire.


 

Le 13 juin, il joue pour la première fois une rencontre entière et il brille, associé à Dembélé, Lemar et Giroud. Il trouve la transversale anglaise avant délivrer une passe décisive pour Dembélé.


 

Le 31 août, il y a déjà 2-0 quand il entre à la place de Olivier Giroud à la 76e minute. Il marque le dernier but à la 91e sur un rush rectiligne terminé par un une-deux avec Sidibé et un tir croisé victorieux, son premier but en sélection.


 

Le 3 septembre, on pense qu’il va confirmer contre le Luxembourg, mais ni lui ni aucun Français ne parviennent à battre le gardien luxembourgeois. Il sort à la 59e, remplacé par Coman, après avoir gâché un beau contre en première mi-temps.


 

A Sofia le 7 octobre, il est associé à Lacazette en attaque et réalise son plus mauvais match en Bleu. Il sort à la 85e, remplacé par Giroud.


 

Contre la Biélorussie le 10 octobre, il remplace Coman à la 61e et s’applique à jouer simple sans pour autant être décisif.


 

Le 10 novembre contre le Pays de Galles, il est titulaire et trouve la barre sur un coup de billard en première mi-temps, avant de servir superbement Giroud pour le deuxième but français et de récidiver sur une tentative de Pavard repoussée par le poteau. Il sort à la 84e, remplacé par Thauvin.


 

Le 14 novembre, il brille à Cologne contre l’Allemagne, en étant encore passeur décisif pour Lacazette avant d’offrir un caviar à Martial, que le Mancunien ne convertit pas. C’est son deuxième match joué en entier.


 

pour finir...

Vous avez aimé cet article ? Vous voulez continuer à trouver sur Chroniques bleues des contenus inédits et de qualité ? Soutenez mon travail en vous abonnant en fonction de vos moyens (entre 1 et 5 euros par mois). Des contreparties exclusives vous attendent sur Tipeee.


Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

Abonnez-vous !

Chroniques bleues est sur Tipeee, premier site français de tip participatif.

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité