Accueil > Temps additionnel > Les expatriés seront-ils majoritaires ?

télécharger l'article au format PDF

Les expatriés seront-ils majoritaires ?

Publié le 8 mai 2012, mis à jour le 11 mai 2014

Pour patienter avant la pré-liste spéciale expatriés de Laurent Blanc, voici un petit bilan sur l’évolution du nombre de Bleus évoluant à l’étranger dans les listes de phases finales depuis 1982.

Après les listes à rallonge inaugurées par Aimé Jacquet et perfectionnées par Raymond Domenech, voici la dernière trouvaille de Laurent Blanc : la pré-liste des Français de l’étranger, comme dirait David Douillet. Combien seront-ils le 9 mai, en attendant la deuxième partie annoncée le 15 ? En attendant, jetons un œil dans le rétroviseur sur les vingt dernières années et décortiquons ces listes (des phases finales d’Euros et de coupes du monde) en fonction de la provenance des heureux élus. C’est parti.

Jusqu’en 1996, disons-le tout net, la quasi-totalité des sélectionnés évolue en France. A l’étranger les places sont chères, et rares : l’Italie a fermé ses frontières dans les années 70, et ailleurs les clubs n’ont droit qu’à deux joueurs non-sélectionnables. Dans les listes des années 80, seuls Didier Six (à Stuttgart en 1982), Michel Platini (à la Juve en 1984 et 1986) et Jean-Pierre Papin (à Bruges en 1986) font exception.

Coupe du monde 1982 (Espagne) - Liste des 22
Coupe du monde 1982 (Espagne) - Liste des 22
cliquez sur les cartes pour les agrandir

La prééminence des clubs français se traduit par des contingents de quatre à huit joueurs issus d’un même club : en 1982, Saint-Etienne fournit sept joueurs, Bordeaux cinq et Monaco, alors champion de France, quatre. En 1984, on retrouve cinq Bordelais et autant de Monégasques.

Euro 1984 (France) - Liste des 20
Euro 1984 (France) - Liste des 20

En 1986, c’est le PSG qui se taille la part du lion avec cinq internationaux, contre quatre à Bordeaux, trois à Nantes et Monaco.

Coupe du monde 1986 (Mexique) - Liste des 22
Coupe du monde 1986 (Mexique) - Liste des 22

Lors de l’Euro 1992, on ne trouve que Laurent Blanc (à Naples) et Eric Cantona (à Leeds) hors des frontières. A l’intérieur, l’hégémonie de l’OM, qui vient de remporter son quatrième championnat consécutif, est totale, avec pas moins de huit internationaux.

Euro 1992 (Suède) - Liste des 20
Euro 1992 (Suède) - Liste des 20

Les choses vont changer à partir de l’Euro 1996. Pour la première fois, on compte quatre « étrangers » dans la liste, tous évoluant en Série A italienne : Jocelyn Angloma (Torino), Marcel Desailly (Milan AC), Didier Deschamps (Juventus) et Christian Karembeu (Sampdoria). Les deux « Anglais » Eric Cantona (Manchester United) et David Ginola (Newcastle) n’ont pas été retenus, pas plus que l’« Allemand » Jean-Pierre Papin (Bayern).

Euro 1996 (Angleterre) - Liste des 22
Euro 1996 (Angleterre) - Liste des 22

Mais c’est bien sûr la mise en application de l’arrêt Bosman, à l’été 1996, qui va chambouler le paysage du foot européen et provoquer des départs massifs de joueurs français vers l’étranger (et inversement). Dès 1998, la part de joueurs évoluant en France dans la liste des 22 tombe à moins de la moitié de l’effectif. Il y a désormais 7 Italiens, 3 Anglais, 1 Espagnol et 1 Allemand parmi les champions du monde.

Coupe du monde 1998 (France) - Liste des 22
Coupe du monde 1998 (France) - Liste des 22

La tendance va se confirmer en 2000, avec 14 expatriés sur 22 avec pour la première fois plus d’Anglais (6) que d’Italiens (4), Arsenal et Chelsea fournissant trois joueurs chacun.

Euro 2000 (Pays-Bas et Belgique) - Liste des 22
Euro 2000 (Pays-Bas et Belgique) - Liste des 22

En 2002, la Ligue 1 atteint un plancher avec seulement 5 représentants (sur 23). Pour la première fois de l’histoire, le championnat de France arrive derrière un championnat étranger, en l’occurrence la Premier League anglaise, d’où viennent pas moins de 8 Bleus.

Coupe du monde 2002 (Corée du Sud et Japon) - Liste des 23
Coupe du monde 2002 (Corée du Sud et Japon) - Liste des 23

Même chose en 2004, même si la Ligue 1 remonte à 8 représentants, toujours derrière l’Angleterre (9, dont 4 joueurs d’Arsenal). La part de la Série A continue à décroître avec 3 internationaux seulement. En 2006, les clubs français reviennent enfin avec près de la moitié de l’effectif (11 sur 23), dont une armada lyonnaise (5 joueurs) comme dans les années 80. En Italie, seule la Juventus, bientôt touchée par un scandale qui va l’envoyer par le fond, fournit encore des joueurs.

Euro 2004 (Portugal) - Liste des 23
Euro 2004 (Portugal) - Liste des 23
Coupe du monde 2006 (Allemagne) - Liste des 23
Coupe du monde 2006 (Allemagne) - Liste des 23

En 2008, l’équilibre est à peu près le même, le FC Barcelone envoyant trois de ses joueurs chez les Bleus (Thuram, Abidal et Henry) tout comme Chelsea (Makelele, Malouda et Anelka). Les Lyonnais sont encore majoritaires parmi les nationaux (6 sur 10).

Euro 2008 (Suisse et Autriche) - Liste des 23
Euro 2008 (Suisse et Autriche) - Liste des 23

Enfin, en 2010, l’Italie disparaît de la liste pour la première fois depuis 16 ans. Grâce à Cissé, la Grèce entre dans le club très fermé des pays européens abritant des Bleus (comme la Belgique en 1986 avec Papin). Pourtant en perte de vitesse, Lyon place encore 4 joueurs parmi les 11 nationaux, juste derrière Bordeaux (5), alors que le champion marseillais n’en compte que deux.

Coupe du monde 2010 (Afrique du Sud) - Liste des 23
Coupe du monde 2010 (Afrique du Sud) - Liste des 23

Que va nous réserver 2012 ? Compte tenu des forfaits de plusieurs expatriés (Abidal, Diaby, Sagna) et de l’émergence de joueurs locaux ces derniers mois (Debuchy, Martin, Gonalons, Giroud), il est possible que ces derniers redeviennent majoritaires, pour la première fois depuis 1996. Mais ni le PSG, ni Montpellier, ni Lille ne devraient envoyer un gros contingent de joueurs. Lyon (Lloris, Réveillère, Gonalons, Gourcuff, peut-être Gomis) et l’OM (Mandanda, Valbuena, Alou Diarra, Rémy) devraient y parvenir malgré leur bien piètre saison.



Voir le profil de Bruno Colombari sur LinkedIn



SPIP Site sous spip 3.0.17 et le plugin zpip | Hébergé par Mutins
Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Sauf mention contraire, le contenu rédactionnel de cette page est sous contrat Creative Commons.

Visiteurs connectés : 8