Les vingt ans du Stade de France

Publié le 28 janvier 2018, mis à jour le 5 avril 2018

Le Stade de France a vingt ans le 28 janvier 2018. Il est depuis 2016 l’enceinte la plus utilisée de l’histoire de la sélection (92 fois) devant Colombes (83) et l’actuel Parc des Princes (76).

Article initialement publié le 3 juillet 2016, enrichi et mis à jour.

Il aura fallu un peu plus de dix-huit ans au Stade de France pour rejoindre puis dépasser le stade Yves-du-Manoir de Colombes en nombre de matches des Bleus accueillis. Le France-Islande en quart de finale de l’Euro 2016 était la 84e rencontre disputée par la sélection nationale à Saint-Denis, contre 83 à Colombes, qui a mis 67 ans (1908-1975) a atteindre ce total. L’actuel Parc des Princes, inauguré en 1972, arrive troisième avec 76 matches joués par les Bleus.

Depuis, l’équipe de France a disputé huit matchs de plus à Saint-Denis (soit 92), qui est sa résidence principale depuis le 28 janvier 1998 et une rencontre inaugurale contre l’Espagne.

 Voir le tableau des villes

11 défaites au Parc seulement

En nombre de victoires, le Stade de France a dépassé le Parc en 2014. Il en compte 59 contre 48 à son prédécesseur. Mais les Bleus ont perdu plus souvent à Saint-Denis qu’à Paris (14 fois contre 11) et fait deux nuls de plus (19 contre 17). Colombes ne peut évidemment pas suivre, avec un bilan tout juste en équilibre (35 victoires, 35 défaites, 13 nuls).

Côté cartons, les Bleus n’ont jamais marqué six buts à Saint-Denis, mais comptent toutefois sept victoires par 5-0, le plus large écart enregistré ici. Au Parc, ils ont décroché deux 6-0 (Luxembourg 1985 et Australie 2013). A Colombes, on relève un 6-1 en 1953 contre le Pays de Galles.

Inversement, la plus lourde défaite au Stade de France est un 1-3 contre le Brésil de Neymar en mars 2015. Les Bleus n’ont encaissé plus de deux buts que deux autres fois, contre la Belgique en juin 2015 (3-4) et face à la Russie en juin 1999 (2-3). Au Parc, l’unique correction date d’août 1982 contre le Pologne (0-4). A Colombes, l’Angleterre a mis un set blanc aux Bleus en mai 1927 (0-6).

PNG - 34.9 ko

En compétition, avantage au SdF

Il est intéressant de distinguer maintenant les matches amicaux de ceux en compétition. A ce jeu-là, Saint-Denis a pris le dessus sur le Parc. Il compte quatre victoires de plus (29 contre 25) , un nul de plus mais une défaite de moins. Les Bleus ont perdu quatre fois seulement en compétition au SdF, en juin 1999 contre la Russie (2-3), en septembre 2010 face à la Biélorussie (0-1), en mars 2013 contre l’Espagne (0-1) et en juillet 2016 face au Portugal (0-1). Au Parc, ils se sont inclinés à cinq reprises face à l’URSS en 1986 (0-2), contre la RDA en 1987 (0-1), Israël (2-2) et la Bulgarie (1-2) en 1993 et l’Ecosse en 2007 (0-1).

Le Stade de France a accueilli la coupe du monde 1998 (dont la finale France-Brésil), la coupe des Confédérations 2003 et l’Euro 2016. Le Parc des Princes a accuelli l’Euro 1984 (dont la finale France-Espagne), la coupe du monde 1998 et l’Euro 2016.

PNG - 31.5 ko

Colombes n’a abrité que neuf matches de compétition, et là aussi le bilan est en équilibre avec 4 victoires, 1 nul et 4 défaites face à l’Uruguay lors des JO de 1924 (1-5), contre l’Italie lors de la coupe du monde 1938 (1-3) et plus récemment face à la Hongrie en qualification pour le championnat d’Europe en 1964 (1-3) et 1971 (0-2). Colombes a accueilli les Jeux olympiques de 1924 et la coupe du monde 1938 (dont la finale Italie-Hongrie).

PNG - 210.8 ko

Les victoires sont en bleu, les nuls en gris et les défaites en rouge. Les matches en compétition sont en foncé, les amicaux en clair.

A Saint-Denis dans le jardin de Thierry Henry

En 18 ans, 149 internationaux ont joué avec les Bleus au Stade de France. Les cinq qui l’ont fait le plus souvent sont Thierry Henry (42 fois), Lilian Thuram (40), Hugo Lloris (34), Patrick Viera (33) et Sylvain Wiltord (31). Zinedine Zidane en a joué 26.

JPEG - 44.4 ko

Parmi les joueurs en activité, derrière Hugo Lloris on retrouve Patrice Evra (27), Karim Benzema (25), Olivier Giroud (24), Blaise Matuidi (22) et Bacary Sagna (19).

Côté mascotte, à savoir les joueurs qui n’ont jamais perdu à cet endroit, on recense Ludovic Giuly (11 matchs sans défaite), Samir Nasri (10) et Anthony Réveillère (7). Parmi les joueurs du groupe actuel, Djibril Sidibé a fait carton plein (5 victoires en 5 matchs).

A l’opposé, Gaël Givet n’a gagné aucun de ses cinq matches à Saint-Denis (5 nuls), alors que Tiémoué Bakayoko et Adrien Rabiot ont perdu le seul qu’ils aient disputé (contre l’Espagne en mars 2017).

En compétition, Thierry Henry n’a jamais perdu au Stade de France (17 matches, dont 5 nuls et 11 buts marqués), tout comme William Gallas (13), Bixente Lizarazu (11), Zinedine Zidane et David Trezeguet (9).

Au nombre de buts marqués, Thierry Henry écrase la concurrence avec 20 réalisations en 42 matchs, devant David Trezeguet (12 sur 28) et Sylvain Wiltord (11 sur 31). Les meilleurs buteurs en activité sont Olivier Giroud (9 en 24 sélections) devant Karim benzema (8 sur 25) et Dimitri Payet (6 sur 11).

La FFF a préparé une vidéo des plus beaux buts inscrits au Stade de France. La voici :


 

Les adversaires les plus souvent rencontrés à Saint-Denis sont l’Espagne (5 fois), l’Allemagne, le Brésil, la Roumanie et l’Ukraine (4 fois).

Six sélectionneurs se sont succédé sur le banc du Stade de France : Didier Deschamps y a dirigé 25 matchs (18 victoires, 7 défaites), Raymond Domenech 25 également (12 victoires, 10 nuls, 3 défaites), Roger Lemerre 18 (12 victoires, 4 nuls, 2 défaites), Jacques Santini 11 (9 victoires, un nul et une défaite), Laurent Blanc 8 (4 victoires, 3 nuls et une défaite) et Aimé Jacquet 5 (4 victoires et un nul).

PNG - 200 ko

Le Parc, une scène pour Platini

201 internationaux ont porté le maillot de l’équipe de France dans le nouveau Parc des Princes depuis 1972. Les plus fréquents sont Max Bossis (30), Manuel Amoros et Michel Platini (27), Marius Trésor (24) et Luis Fernandez (22). A noter que Didier Deschamps a joué 18 fois au Parc entre 1989 et 1997.

Les invaincus sont Patrick Battiston (20 matches sans défaite, dont 4 nuls), Alain Giresse (17 dont 3 nuls), Bernard Casoni et Thierry Tusseau (10) et José Touré (8).
Les mascottes sont Jacques Zimako et Patrice Loko (5 victoires en 5 matches). - Les porte poisse sont Raymond Domenech (3 nuls en 3 matches) et Dominique Bijotat (1 nul, 2 défaites).

Les meilleurs buteurs sont Michel Platini (17), Jean-Pierre Papin (10), Dominique Rocheteau (9), Eric Cantona (8) et Youri Djorkaeff (7).

En compétition, Maxime Bossis n’a jamais perdu au Parc (14 matches dont un nul), comme Dominique Rocheteau 9, dont 1 nul), Patrick Battiston (9 dont 2 nuls), Alain Giresse (9 dont 1 nul), Bernard Lacombe (8 victoires).

En 25 ans (1972-1997), le Parc a vu passer sept sélectionneurs. Michel Hidalgo y a dirigé 30 matches (21 victoires, 6 nuls et 3 défaites), Henri Michel 13 (8 victoires, 3 nuls, 2 défaites), Michel Platini 8 (5 victoires et 3 nuls), Aimé Jacquet 7 (5 victoires, 2 nuls), Stefan Kovacs 7 (4 victoires, 2 nuls, 1 défaite), Gérard Houllier 6 (3 victoires et 3 défaites), et Georges Boulogne 3 (1 victoire, 1 nul et 1 défaite).

JPEG - 31.5 ko

Raymond Domenech (1 défaite en 2007) et Didier Deschamps (1 victoire en 2014) y ont dirigé chacun un match dans la période récente.

Les adversaires les plus souvent rencontrés au Parc sont l’Espagne, la Tchécoslovaquie, l’URSS (4 fois), la RDA, les Pays-Bas, la Belgique, la Bulgarie, le Portugal, la République d’Irlande, la Pologne, la Suède, la Yougoslavie et le Brésil (3 fois)

PNG - 215.5 ko

A Colombes, Darui était invincible

277 joueurs ont foulé la pelouse du stade Yves-du-Manoir entre 1908 et 1975 [1]. Les cinq qui y comptent le plus grand nombre de matches sont Roger Marche (28), Robert Jonquet (22), Edmond Delfour (17), Jean Baratte (15) et Marcel Langiller (14).

Les meilleurs buteurs sont Jean Baratte (13 buts), Jean Vincent (8), Paul Nicolas, Raymond Kopa et Thadée Cisowski (7). Les principaux invaincus sont Julien Darui (9 matches, dont 8 victoires), Xercès Louis (7) et Antoine Bonifaci (5). A l’inverse, Henri Pavillard n’a gagné aucun de ses 7 matches (un nul, 6 défaites).

Les adversaires qui y ont le plus souvent affronté l’équipe de France sont évidemment la Belgique (14 fois), l’Angleterre (10), la Tchécoslovaquie, la Hongrie et l’Italie (6).

Le sélectionneur unique ayant été mis en place qu’en 1964, il n’est pas significatif de recenser qui a le plus souvent dirigé les Bleus à Colombes.

JPEG - 55.8 ko

[1Le stade s’est d’abord appelé Stade du Matin jusqu’en 1919, puis stade de Colombes jusqu’en 1924, puis stade olympique jusqu’en 1929 et stade olympique Yves-du-Manoir depuis 1928.

Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

A paraître le 14 novembre

Dernier livre paru

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité