Ne leur parlez pas de défaite

Publié le 8 août 2015

De Di Meco à Karembeu en passant par Pedretti, Angloma, Lama ou Alou Diarra, voici la liste surprenante des Bleus qui ont perdu le moins de matches, pour la plupart dans les années 1990.

Il y a ceux qui ont souvent perdu en sélection. Le recordman est Jules Dewaquez, avec 25 défaites (sur 41) devant Edmond Delfour (23 sur 41) et Alex Thépot (20 sur 31). Parmi les internationaux actifs, savez-vous quels sont les plus défaitistes ? On trouve d’abord Karim Benzema (16 défaites en 78 capes), Hugo Lloris (15 sur 67) et Mathieu Valbuena (13 sur 48).

Et puis il y a ceux qui ne perdent jamais avec le maillot bleu. Parmi les internationaux en activité, les trois meilleurs à ce petit jeu-là sont Marvin Martin (aucune défaite en 15 sélections), Rio Mavuba (13) et Lucas Digne (8).

Di Meco, le meilleur des invincibles

JPEG - 26.4 koSur l’ensemble des joueurs français, c’est Eric Di Meco qui a fait la carrière la plus longue sans perdre le moindre match : pas un seul revers en 23 sélections, entre 1989 et 1996. L’Avignonnais a eu la chance d’éviter la sélection entre 1992 et 1993 où les Bleus se sont inclinés sept fois. Il a donc enchaîné deux périodes d’invincibilité, celle de 1989-1991 et celle de 1994-1996.

Derrière lui, les deux invincibles comptant le plus de sélections sont Ludovic Giuly (17 matches entre 2000 et 2005) et donc Marvin Martin (15 matches entre 2011 et 2012).

PNG - 14.5 ko
En bleu les victoires, en gris les nuls, en rouge les défaites.

Si l’on s’amuse à rechercher les podiums pour les joueurs ayant perdu entre un et cinq matches, voici ce que ça donne. [1]

Pedretti n’aime pas les Tchèques

JPEG - 53.4 ko
Avec une seule défaite, nous avons en tête Benoît Pedretti, 22 capes entre 2002 et 2005. Le Sochalien n’a perdu en sélection qu’en mars 2003 contre la République tchèque en amical lors de sa deuxième apparition. Derrière lui vient Vincent Guérin (19 matches entre 1993 et 1996) qui lui aussi a perdu dès sa deuxième sélection, face à la Bulgarie en novembre 1993. Vikash Dhorasoo complète le podium avec 18 sélections entre 1999 et 2006. Sa seule défaite date de mars 2006 contre la Slovaquie en amical.

PNG - 15.8 ko

Angloma, deux défaites et puis c’est tout

JPEG - 16.7 koParmi ceux qui n’ont perdu que deux fois, Jocelyn Angloma se détache nettement avec 35 sélections entre 1990 et 1996. Ses deux défaites remontent à 1992 contre l’Angleterre et la Suisse en préparation de l’Euro suédois. Patrice Loko vient ensuite avec 26 capes entre 1993 et 1997. Il a perdu contre le Danemark en novembre 1996 et l’Angleterre en juin 1997. Son compère nantais Reynald Pedros a fait presque aussi bien (25 matches entre 1993 et 1996), ne s’inclinant que face à la Bulgarie en novembre 1993 et le Danemark en novembre 1996.
PNG - 17.1 ko

Lama n’a raté que le début et la fin

JPEG - 40.8 ko
Ils ne sont que trois à avoir battu Bernard Lama en 44 sélections (de 1993 à 2000) : Israël et la Bulgarie à l’automne 1993 et les Pays-Bas en juin 2000, aux deux extrémités d’une longue carrière. Jean-Alain Boumsong a fait aussi bien mais en 27 matches seulement (2003-2009), l’Auxerrois s’inclinant contre la Slovaquie (mars 2006), l’Ecosse (octobre 2006) et l’Italie (juin 2008). Alain Boghossian a disputé 26 matches entre 1997 et 2002, avec des revers face à la Russie en mars 1998 et en juin 1999 et la Belgique en mai 2002.

PNG - 17.2 ko

Alou Diarra, ça vous dit quelque chose ?

JPEG - 41.2 ko
Il ne sera resté dans les mémoires que pour avoir remplacé Patrick Vieira à Berlin contre l’Italie, mais Alou Diarra n’a perdu que 4 fois en 43 sélections, ce qui est plus qu’honorable. Entre 2004 et 2012, il s’est incliné contre la Slovaquie (mars 2006), le Nigéria (juin 2009), l’Afrique du Sud (juin 2010) et la Suède (juin 2012). Bernard Casoni, qui a fait ses débuts en Bleu en 1988, n’a pour sa part connu la défaite qu’en 1992 contre l’Angleterre (février), la Suisse (mai), le Danemark (juin) et la Bulgarie (septembre). Enfin, Yvon Le Roux (28 capes entre 1983 et 1989) a perdu contre le Danemark (septembre 1983), la RDA (septembre 1985 et novembre 1987) et la RFA (août 1987).

PNG - 16.1 ko

Karembeu, un sur dix

JPEG - 41 ko
Enfin, parmi ceux qui ont perdu autant de matches qu’il y a de doigts dans une main, c’est Christian Karembeu qui a le plus de sélections : 53 entre 1992 et 2002. Derrière lui on trouve Mikaël Silvestre (40 matches entre 2001 et 2006) et Jean-Marc Ferreri (37 entre 1982 et 1990).

PNG - 17.7 ko

Entre 1989 et 2006, ça ne lâchait rien

Les années 90 et 2000, et plus particulièrement la période 1989-2006, est celle dans l’histoire où l’équipe de France a été la plus solide [2] : elle a enchaîné plusieurs longues périodes d’invincibilité (19 matches entre 1989 et 1991, 30 entre 1994 et 1996, 14 en 1999-2000, 21 en 2003-2004, 17 en 2004-2006) avec deux moments de creux (7 défaites en 19 matches en 1992-93, 6 en 19 matches en 2001-2002). Le reste du temps, elle tournait à une défaite par an, pas plus (1996 à 2000, 2003, 2004). Soit seulement 21 matchs perdus sur 203 entre avril 1989 et septembre 2006. A comparer avec les 10 revers en 37 matches depuis l’arrivée de Didier Deschamps il y a trois ans à peine...

Pas étonnant d’y retrouver la plupart des joueurs cités ci-dessus. Les rares exceptions hors-période sont Marvin Martin (qui a débuté en 2011), Jean-Marc Ferreri et Yvon Le Roux qui ont joué dans les années 80. C’est d’ailleurs à cette époque que les Bleus avaient aligné leur première série significative, ne perdant que trois fois en 29 matches entre octobre 1983 et juin 1986.

[1Vous pouvez classer l’ensemble des internationaux par nombre de matches perdus en triant par la colonne P le tableau des joueurs

[2Voir le tableau des matches 

Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

Abonnez-vous !

Chroniques bleues est sur Tipeee, premier site français de tip participatif.

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité