Start me up !

Publié le 10 juin 2012, mis à jour le 3 décembre 2012

JPEG - 6.2 koUne victoire face à l’Angleterre n’est bien entendu pas indispensable pour sortir du premier tour. Une défaite initiale peut même déboucher sur une demi-finale, comme en 1982. Mais pour aller au bout, il faut commencer par gagner.

Treize phases finales de coupe du monde, sept phases finales de l’Euro : l’équipe de France participe à son vingtième tournoi international (si on met de côté les deux coupes des confédérations 2001 et 2003). Regardons comment elle a débuté les précédents entre 1930 et 2010 et pour quel résultat final (Ceci est une actualisation d’un article paru en mai 2010 : Pourquoi un faux départ des Bleus ne se rattrape pas).

PNG - 118.3 ko

Les conclusions sont claires : sur les dix fois où les Bleus sont sortis du premier tour, ils avaient gagné le premier match huit fois. Et sur les huit demi-finales atteintes, six l’ont été après une victoire initiale. Deux exceptions tout de même : la coupe du monde 2006 en Allemagne, avec une place en finale après un nul d’entrée face à la Suisse, et le Mundial 1982 en Espagne, avec une accession au dernier carré malgré une défaite contre… l’Angleterre.

Gagner le premier match ne signifie évidemment pas remporter l’épreuve. Mais ne pas le gagner prive les Bleus d’une qualification rapide, au terme du deuxième match. La qualification se joue alors lors de la troisième rencontre du premier tour (sauf dans le cas de deux défaites initiales, ce qui n’est arrivé qu’une fois, en 1978). En 1966, 1992, 2002, 2008 et 2010 la France a échoué. En 1982, 1986, 1996, 2004 et 2006, elle a franchi l’obstacle. Mais faute de pouvoir économiser les titulaires en faisant tourner l’effectif, elle n’arrivera jamais au bout, ou alors, sans la fraîcheur nécessaire pour l’emporter (en 2006 face à l’Italie).



France-Danemark à Bruges le 11 juin 2000 (3-0)
France-Danemark à Bruges le 11 juin 2000 (3-0)

Mais gagner le premier match et pas le deuxième revient au même, à la différence, notable, que dans ce cas les Bleus ont toujours franchi le premier tour. Ils ont même atteint les demi-finales en 1958, 1986 et 1996, et les quarts de finale en 2004. Mais à chaque fois, ils sont tombés, même face à des équipes a priori inférieures (République tchèque et Grèce).



La combinaison idéale, c’est donc deux victoires lors des deux premiers matches. En 19 participations à une phase finale, ce n’est arrivé que trois fois. En 1984, 1998 et 2000. Les trois fois, l’équipe a été largement remaniée lors du troisième match, alors que la qualification était acquise. Les titulaires ont alors abordé les rencontres-couperet avec plus de fraîcheur et de confiance, et ont remporté l’épreuve.



On saura lundi soir si la première condition est remplie, et vendredi si les Bleus réussissent un quatrième enchaînement victorieux. Il faudra pour cela faire bien mieux que lors des trois dernières éditions, où l’équipe de France totalise six défaites, cinq nuls... et une seule victoire, face au Togo en 2006. Quant à la dernière fois que les Bleus ont commencé un tournoi par une victoire, c’était en juin 2004 à Lisbonne. Contre l’Angleterre. Start me up !

A paraître le 25 octobre

Dernier livre paru

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité