Tableaux de bord 778 après France-Jamaïque (8-0)

Publié le 9 juin 2014, mis à jour le 9 décembre 2014

Un carton pas inédit, les débuts de Schneiderlin, la Jamaïque nouvel adversaire, le troisième « triple doublé » de l’histoire : ce qu’il faut retenir du dernier match avant le Brésil.

Un carton rare mais pas inédit

8-0 : les Bleus y sont allés fort avec ce pauvre Barrett qui aura fait le spectacle à lui tout seul. On se souvient du 7-0 à Chypre en octobre 1980 et du 10-0 face à l’Azerbaïdjan en septembre 1995 (avec huit buteurs différents et un doublé de Franck Lebœuf !), mais les 8-0 remontent à une époque lointaine : l’avant-dernier date de 1957 à Nantes contre l’Islande, celui d’avant a eu lieu en 1953 contre le Luxembourg et le tout premier remonte à l’avant-guerre, la première puisque c’était en 1913 et encore contre le Luxembourg. En revanche, on attend toujours le premier 9-0, comme vous pouvez le voir dans la matrice des scores.
 

Pas de triplé, mais le troisième triple doublé

Le déluge offensif de Lille aurait pu offrir aux Bleus le premier triplé depuis août 2000 (Trezeguet contre la sélection Fifa à Marseille, 5-1). Karim Benzema, Blaise Matuidi et Antoine Griezmann se sont contentés d’un doublé, l’attaquant madrilène étant celui qui est passé le plus près puisqu’un de ses tirs a été repoussé par le montant.

Si les doublés ne sont pas rares, trois doublés dans le même match, c’est déjà plus original. Il y en a pourtant eu deux, à la grande époque de l’équipe de 1958. Contre l’Islande le 2 juin 1957 à Nantes (8-0) en qualifications pour la coupe du monde en Suède, Célestin Oliver commence par un doublé à la 6e et 11e minute. Jean Vincent (29e), René Dereuddre (36e) et Roger Piantoni (45) s’engouffrent dans la brèche. En deuxième mi-temps, Saïd Brahimi marque à son tour (49e), et en fin de match, Piantoni (81e) et Vincent (83e) complètent le tableau. Le gardien islandais s’appelle Helgi Danielsson. En septembre, il encaissera encore cinq buts, dont deux doublés de Thadée Cisowski et de Joseph Ujlaki (1-5).

 

Contre la Grèce le 1er octobre 1958 (7-1) au Parc des Princes, en huitièmes de finales de la première coupe d’Europe des Nations, Raymond Kopa marque à la 23e, Just Fontaine (25e) et Thadée Cisowski (29e) enchaînent en six minutes. En deuxième mi-temps, alors que les Grecs ont réduit le score, Jean Vincent (61e) et Cisowski (68e) en remettent une couche, Fontaine (85e) et Jean Vincent (87e) terminant le travail en fin de rencontre. Ce sont les 15e et 16e buts de Fontaine en 1958, il en marquera deux autres avant Noël.

La Jamaïque, 85e adversaire

En match international, la notion d’adversaire est plus complexe à définir qu’il n’y paraît. On peut déjà écarter des sélections nationales l’Afrique, la Concacaf et la sélection Fifa. Pour le reste, prenons l’Allemagne. Doit-on compter la RFA, la RDA et l’Allemagne d’avant la partition et d’après la réunification ? Le choix arbitraire fait ici est d’amalgamer la RFA et l’Allemagne, et de compter la RDA à part.
A noter que l’Irlande est comptée une fois en tant que pays unifié (dans les années 1920), puis deux autres fois pour l’Eire (République d’Irlande) et l’Irlande du Nord.
En revanche, on compte bien deux équipes pour la République tchèque et la Tchécoslovaquie, ou encore pour l’URSS et la Russie. De même que la Yougoslavie et la Serbie.

PNG - 29.1 ko

Schneiderlin, 877e bleu

Comme on pouvait s’en douter, Didier Deschamps a offert quelques petites minutes de jeu à Morgan Schneiderlin. Même s’il part au Brésil avec le statut de remplaçant, le joueur de Southampton se devait d’étrenner son premier maillot en amical.

Hugo Lloris rejoindra Benzema et Evra dans le top 30 contre le Honduras. A noter qu’il a porté le brassard pour la 33e fois. Seuls Marche (41), Platini (46), Desailly (52) et Deschamps (53) ont fait mieux. Mais Lloris est celui qui compte le moins de sélections sur ces cinq-là. C’est aussi le seul gardien du lot.

Et pendant ce temps, sans faire de bruit, Rio Mavuba vient de boucler son douzième match sans jamais avoir perdu. C’est bien lui la mascotte !

Joueur Sel Tps
de jeu
en mn
%
matches
titul
G N P Buts Cap
22 Karim Benzema 66 4065 73% 35 17 14 21 0
28 Patrice Evra 58 4784 93% 29 19 10 0 5
32 Hugo Lloris 57 5079 100% 28 18 12 0 33
55 Bacary Sagna 41 3371 93% 20 12 9 0 0
76 Mathieu Valbuena 34 2034 65% 19 6 9 5 0
88 Olivier Giroud 30 1366 50% 16 6 8 8 0
89 Yohan Cabaye 30 1890 80% 17 7 6 3 1
105 Loïc Rémy 25 1085 44% 14 7 4 5 0
119 Blaise Matuidi 23 1458 78% 13 4 6 3 1
133 Mathieu Debuchy 21 1651 100% 13 3 5 2 0
154 Mamadou Sakho 19 1472 84% 10 6 3 2 1
166 Moussa Sissoko 17 769 41% 9 3 5 0 0
228 Rio Mavuba 12 690 58% 8 4 0 0 0
245 Paul Pogba 11 825 91% 8 1 2 2 0
345 Raphaël Varane 6 540 100% 5 0 1 0 0
435 Antoine Griezmann 4 177 50% 3 1 0 3 0
638 Morgan Schneiderlin 1 3 0% 1 0 0 0 0
Voir le classement complet des joueurs

Benzema dans le top 10

Il manquait deux buts à l’attaquant du Real Madrid pour entrer dans le top 10 des buteurs, c’est désormais chose faite. A noter qu’Antoine Griezmann a de nouveau marqué après être entré en cours de match, alors que ses deux titularisations avaient été stériles en terme d’efficacité. Quant à Blaise Matuidi, il en est à trois buts lors des quatre derniers matches !

On voit aussi que si les Bleus n’ont qu’un seul véritable buteur, ils sont nombreux à avoir déjà marqué : dix sur seize joueurs de champ à Lille. C’est un atout intéressant.

Joueur Buts Sel buts/
match
CF Pe 2 3+
10 Karim Benzema 21 +2  66 0,32 0 1 3 0
41 Olivier Giroud 8 +1  30 0,27 0 0 2 0
68 Loïc Rémy 5 0 25  0,20 0 0 0 0
70 Mathieu Valbuena 5 34 0,15 0 0 0 0
96 Antoine Griezmann 3 +2 4 0,75 0 0 1 0
117 Blaise Matuidi 3 +2 23 0,13 0 0 1 0
119 Yohan Cabaye 3 +1  30 0,10 0 0 0 0
155 Paul Pogba 2 11 0,18 0 0 0 0
172 Mamadou Sakho 0  2 19 0,11 0 0 1 0
174 Mathieu Debuchy 2 21 0,10 0 0 0 0
Voir le classement complet des buteurs

A paraître

Dernier livre paru

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité