Tableaux de bord 786 après France-Portugal

Publié le 12 octobre 2014, mis à jour le 5 novembre 2017

Ronaldo Ballon d’Or bredouille contre les Bleus, l’arrivée d’un nouveau gardien, les séries de victoires en cours, le trentième match de Deschamps sur le banc : les tableaux sont pleins à ras bord !

Le Portugal et les autres bêtes blanches

C’est donc la neuvième victoire consécutive des Bleus contre les Portugais. Un résultat conséquent, mais il existe douze autres sélections contre lesquelles l’équipe de France réussit plutôt bien, à savoir reste sur une série d’au moins trois victoires consécutives. On pourrait les appeler des bêtes blanches, c’est-à-dire l’inverse des bêtes noires qui nous causent toujours de grands malheurs (genre Uruguay ou Allemagne).

Sur le graphique ci-dessous, vous pouvez voir depuis quelle année dure chaque série, et contre qui les Bleus n’ont fait que gagner (avec une astérisque). Si le Portugal et la Hongrie ne sont évidemment pas dans cette catégorie, le Luxembourg y échappe grâce à une victoire datant de 1914 (5-4 !) ainsi que Chypre, avec un nul piteux à Nicosie en 1988 (1-1) qui coûta sa place à Henri Michel.

PNG - 36.8 ko

Voir le tableau complet des adversaires

Les Ballons d’Or souffrent contre les Bleus

S’il y a bien quelque chose qui ne fait pas peur aux défenseurs français, c’est bien d’avoir un Ballon d’Or en face. Cristiano Ronaldo en a fait le constat à Saint-Denis. La première fois qu’il avait croisé les Bleus, c’était en juillet 2006 et il était ressorti bredouille. Huit ans et deux Ballons d’Or plus tard, même constat.

L’histoire nous montre qu’il n’est pas le seul à s’être cassé les dents contre la France. Sur les 38 lauréats (on a évidemment enlevé Kopa, Platini, Papin et Zidane), douze seulement ont battu un gardien tricolore, sachant que cinq autres (George Weah, Johann Cruyff, Kevin Keegan, George Best et Dennis Law) n’ont jamais joué contre la France. Autrement dit, la défense des Bleus a tenu bon contre 21 Ballons d’Or !

Le plus efficace contre les Bleus, c’est Gerd Müller (Ballon d’Or 1970). Le Bomber a marqué trois fois, une fois avant (1967) et deux fois après (1973). Le Portugais Eusebio (1965) a mis deux buts au soir de sa carrière (en 1973) et l’Espagnol Luis Suarez (1960) a marqué lui aussi deux fois, mais avant son titre (1958 et 1959).

Gerd Müller, Ballon d'Or 1970
Gerd Müller, Ballon d’Or 1970
Notez la simplicité du décor, la modestie du trophée et l’absence de tenues de soirée : la Fifa n’avait pas encore mis la main sur le Ballon d’Or France Football.

Plus récemment, on retrouve le Hongrois Florian Albert (1967, buteur en 1964), le Soviétique Oleg Blokhine (1975, buteur en 1973), l’Italien Paolo Rossi (1982, buteur en 1978), l’Allemand Karl-Heinz Rummenigge (1980 et 1981, buteur en 1982), le Soviétique Igor Belanov (1986, buteur la même année), le Bulgare Hristo Stoïchkov (1994, buteur en 1992), l’Anglais Michael Owen (2001, buteur en 2000), l’Ukrainien Andrei Chevtchenko (2004, buteur en 2007) et l’Argentin Leo Messi (2009 à 2012, buteur en 2009), le dernier de la série.

Autrement dit, Muller, Eusebio, Chevtchenko et Rummenigge sont les seuls Ballons d’Or à avoir marqué contre la France après avoir été titrés, Messi et Belanov l’ayant fait l’année de leur sacre.

Dans la liste de ceux qui n’ont jamais marqué contre les Bleus, on trouve du beau linge, comme Ronaldo (le Brésilien, quatre matches joués entre 1997 et 2006), Luis Figo (4), Alfredo Di Stefano (4), Roberto Baggio (2), Ronaldinho (2), Marco Van Basten (1) ou Ruud Gullit (1).

Enfin, pour la bonne bouche, on ne va pas oublier les deux géants jamais titrés que furent Diego Maradona et Pelé. Le premier n’a joué qu’une fois contre les Bleus, en mars 1986, sans marquer (0-2). Le second a battu la France deux fois quasiment à lui tout seul : en 1958 (5-2, trois buts) et en 1963 (3-2, trois buts). Claude Abbes et Georges Carnus en ont longtemps fait des cauchemars la nuit.

L’arrivée d’un nouveau gardien

Benoît Costil convoqué par Didier Deschamps : un nouveau gardien chez les Bleus est un événement suffisamment rare pour être signalé, même si c’est le sosie d’Olivier Giroud. Le dernier à avoir étrenné une sélection dans les cages, c’était Cédric Carrasso en juin 2011 contre la Pologne. Et l’avant-dernier, Stéphane Ruffier en août 2010 en Norvège. Il faudra bien sûr attendre que Costil débute officiellement en sélection, ce qui n’est pas encore fait. Il deviendrait alors le 77e gardien des Bleus.

Le tableau ci-dessous liste les dix nouveaux gardiens sélectionnés depuis le titre mondial de 1998. C’est Roger Lemerre qui en a lancé le plus (cinq entre février 1999 et juin 2001), mais hormis Coupet, aucun d’eux n’a acquis un statut de titulaire. Jacques Santini n’en a essayé aucun, alors que Raymond Domenech a attendu plus de trois ans pour faire débuter successivement Frey, Mandanda et Lloris. Laurent Blanc a quant à lui donné sa chance à Ruffier et Carrasso, et s’il venait à jouer, Costil serait le premier gardien intronisé par Deschamps.

nomJGNPdébutdernière
Cédric Carrasso 1 1 0 0 09/06/2011 09/06/2011
Stéphane Ruffier 2 1 0 1 11/08/2010 27/05/2014
Hugo Lloris 64 31 20 13 19/11/2008 07/09/2014
Stève Mandanda 17 11 2 4 27/05/2008 11/10/2014
Sébastien Frey 2 1 1 0 21/11/2007 27/05/2008
Mickaël Landreau 11 7 3 1 03/06/2001 17/11/2007
Grégory Coupet 34 20 8 6 01/06/2001 17/06/2008
Richard Dutruel 1 0 1 0 04/10/2000 04/10/2000
Stéphane Porato 1 1 0 0 13/11/1999 13/11/1999
Ulrich Ramé 12 8 1 3 09/06/1999 12/02/2003
 Voir le tableau des gardiens

Le trentième de Deschamps

C’est fait : à la fin de France-Portugal, Didier Deschamps a dirigé son trentième match en tant que sélectionneur. Il n’a pas encore rejoint Georges Boulogne (ce sera fait à Erevan mardi), mais il a désormais gagné autant de matches que Platini, Blanc et Michel (16). Il reste néanmoins très loin des 22 succès obtenus par Jacques Santini entre 2002 et 2004, en seulement 28 matches. Ce record-là n’est pas près d’être battu.

# nom J G N P joueurs
appelés
dont
nouveaux
durée
en jours
1 Domenech 79 41 24 14 69 28 2134
2 Hidalgo 75 41 16 18 89 25 3014
3 Jacquet 53 34 16 3 56 23 1607
4 Lemerre 53 34 11 8 51 28 1392
5 Michel 36 16 12 8 54 28 1471
6 Boulogne 31 15 5 11 38 17 1537
7 Deschamps 30 16 7 7 48 16 787
Voir le tableau des sélectionneurs

Classement des joueurs

Patrice Evra profite de l’absence de Lloris pour le rejoindre à la 26e place, tandis que Bacary Sagna entre dans le top 50 et que Blaise Matuidi a porté le brassard de capitaine pour la deuxième fois. Huit des quinze joueurs alignés contre le Portugal comptaient moins de vingt sélections.

Joueur Sel Tps
de jeu
en mn
%
matches
titul
G N P Buts Cap
18 Karim Benzema 74 4724 74% 40 19 15 25 0
26 Patrice Evra 64 5303 94% 34 19 11 0 5
50 Bacary Sagna 44 3641 93% 21 14 9 0 0
56 Mathieu Valbuena 41 2508 68% 24 7 10 6 0
68 Yohan Cabaye 37 2391 81% 22 8 7 3 1
84 Blaise Matuidi 31 2060 81% 18 6 7 4 2
118 Moussa Sissoko 24 1163 46% 14 5 5 1 0
157 Paul Pogba 19 1433 89% 13 3 3 5 0
161 André-Pierre Gignac 18 710 39% 8 6 4 4 0
169 Stève Mandanda 17 1476 88% 11 2 4 0 1
206 Raphaël Varane 14 1199 93% 10 2 2 0 0
247 Antoine Griezmann 11 615 64% 8 2 1 3 0
297 Dimitri Payet 8 379 50% 5 1 2 0 0
390 Morgan Schneiderlin 5 200 40% 3 2 0 0 0
438 Eliaquim Mangala 4 315 75% 2 1 1 0 0
Voir le tableau des joueurs

Classement des buteurs

Karim Benzema a donc retrouvé le chemin des filets contre le Portugal. C’est son 25e but en sélection, tout près désormais de Sylvain Wiltord qu’il pourrait rejoindre, voir dépasser, d’ici la fin de l’année. Paul Pogba en est déjà à cinq buts en 19 sélections, ce qui le met devant André-Pierre Gignac et juste derrière Mathieu Valbuena et Loïc Rémy.

Joueur Buts Sel buts/
match
CF Pe 2 3+
9 Karim Benzema 25 +1 74 0,34 0 2 4 0
56 Mathieu Valbuena 6 0  41 0,15 0 0 0 0
69 Paul Pogba 5 +1  19 0,26 0 0 0 0
83 André-Pierre Gignac 4 0  18 0,22 0 0 1 0
90 Blaise Matuidi 4 0 31 0,13 0 0 1 0
107 Antoine Griezmann 3 0  11 0,27 0 0 1 0
120 Yohan Cabaye 3 0 37 0,08 0 0 0 0
306 Moussa Sissoko 1 0 23 0,04 0 0 0 0
Voir le tableau des buteurs

La feuille de match

Le onze de départ, les remplacements, le capitaine (signalé par une astérisque blanche pour le capitaine au coup d’envoi, par une astérisque grise pour le capitaine qui a pris le brassard en cours de match), les buts (dans un cercle blanc) et les réservistes regroupés sur une fiche. La couleur de la fiche dépend du résultat : bleu pour une victoire, gris pour un nul et rouge pour une défaite.

PNG - 54.2 ko

Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

Abonnez-vous !

Chroniques bleues est sur Tipeee, premier site français de tip participatif.

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité