Accueil > Tableaux de bord > Tableaux de bord 744 après Roumanie-France (0-0)

télécharger l'article au format PDF

Tableaux de bord 744 après Roumanie-France (0-0)

Publié le 7 septembre 2011, mis à jour le 17 mars 2013

Nasri dans le top 100 des sélectionnés, les rares doubles victoires consécutives à l’extérieur et en compétition, la Roumanie adversaire moins zérozérogène que l’Uruguay mais bien plus que la Hongrie : nouvelle fournée de stats garanties indéracinables.

Série en cours

Treize matches sans défaite, mais avec un match nul de plus, le quatrième sur les sept dernières rencontres. On constatera que dans les longues séries, trois d’entre elles comptent encore plus de confrontations sans vainqueur : 6 en 1998-99 (sur 19 matches), 9 en 2004-2005 (sur 17 matches) et 10 en 1994-1996 (sur 30 matches). Comme lors de ces deux dernières, la série en cours est d’ailleurs pauvre en buts (20 buts pour, 5 contre).

PNG - 91.9 ko

Karim Benzema en quarantaine

Voilà donc l’avant-centre du Real Madrid à la tête de quarante sélections, alors qu’il ne fêtera son vingt-quatrième anniversaire qu’en décembre prochain. Ses temps de passage sont vraiment impressionnants, comme on le soulignait fin 2010. Il est loin devant un autre natif de 1987, Samir Nasri, qui entre toutefois dans le top 100, à hauteur de Reynald Pedros et d’Alain Roche. Un peu plus haut, en l’absence de Malouda c’est Eric Abidal qui était le plus capé avec 56 sélections, comme Patrick Battiston. On zappe pour cette fois le classement des buteurs, puisque personne n’a marqué.

PNG - 57.5 ko

Moyenne de sélections au coup d’envoi et joueurs à moins de 6 sélections :

Le graphique suivant montre bien la progression régulière du groupe titulaire de Laurent Blanc, jusqu’à Bucarest du moins : depuis un an et le match aller contre la Roumanie, le cumul de sélections du onze de départ n’avait diminué que lors des quatre derniers matches amicaux au printemps (Croatie, Ukraine, Pologne) et en été (Chili). Les retours d’Evra, Ribéry et Abidal (entre 37 et 56 sélections) ont étoffé l’effectif.

PNG - 43.1 ko

Mais le remplacement de Malouda, Nasri et Alou Diarra par Valbuena, Martin et Cabaye ont fait plonger la courbe lors de la dernière rencontre, revenue au niveau du début 2011. A titre de comparaison, le record du cumul de sélections avant le coup d’envoi est de 701 et date du 21 juin 2004 (France-Suisse).

JPEG - 66.4 ko
Abidal, Lloris, Rami, Benzema, M’Vila et Cabaye ;
Valbuena, Evra, Sagna, Ribéry et Martin.

Deux rencontres consécutives à l’extérieur en compétition

On ne tient pas compte des matches disputés sur terrain neutre (phases finales de coupe du monde, de l’Euro ou coupe des Confédérations).

Depuis que les rencontres qualificatives sont regroupées par deux, ce n’est que la deuxième fois que les Bleus jouent deux fois consécutivement à l’extérieur en quatre jours. La première, c’était en septembre 1999 et l’équipe de Roger Lemerre avait fait un nul à Kiev (0-0) contre l’Ukraine avant de l’emporter à Erevan (3-2) face à l’Arménie. En 2005, la victoire en Irlande (1-0) avait été suivie par un nul en Suisse (1-1), mais il y avait un mois entre les deux matches.

Sur les seize fois où les Bleus ont joué deux matches consécutifs à l’extérieur en compétition, le résultat le plus fréquent est une combinaison nul-gagné : en 1971 (Hongrie 1-1 et Norvège 3-1), en 1993 (Suède 1-1, Finlande 2-0), en 1994 (Pologne 0-0, Azerbaïdjan 2-0), en 1998 (Islande 1-1, Russie 3-2), en 1999, en 2005 et donc cette année.

PNG - 54.3 ko

Pour retrouver trace de deux victoires, il faut donc remonter à 1993 (Israël 4-0, Autriche 1-0). A deux autres reprises, l’équipe de France a réussi un doublé semblable : en septembre-octobre 1991 (Tchécoslovaquie 2-1 et Espagne 2-1) et en 1953 (Luxembourg 6-1 et Eire 5-3).

Trois fois, elle a combiné victoire et défaite : en 1964 (Hongrie 1-2, Luxembourg 2-0), en 1966 (Belgique 1-2, Luxembourg 3-0) et en 1969 (Norvège 3-1, Suède 0-2). Et deux fois, elle n’a pas fait mieux qu’un nul et une défaite : en 1985 (Yougoslavie 0-0, Bulgarie 0-2) et en 1988 (Chypre 1-1, Yougoslavie 2-3).

Enfin, les Bleus n’ont perdu deux fois qu’en septembre-octobre 1981, à Bruxelles contre la Belgique (0-2) puis à Dublin contre l’Eire (1-3). Ça ne les avait pas empêché d’arracher un billet pour le Mundial espagnol un mois plus tard.

Les adversaires zérozérogènes

C’est la 52e fois que les Bleus terminent un match sur le score de 0-0, la troisième fois contre la Roumanie (les deux premières ayant eu lieu en octobre 1994 et en juin 2008, avec une une constance remarquable dans le spectacle déprimant). Seule l’Italie a fait mieux contre la France avec quatre scores nuls et vierges en 1937, 1966, 1998 et 2007. Au même niveau que la Roumanie on trouve l’Argentine (1965, 1972 et 1977), les Pays-Bas (1980, 1996 et 2004), la Pologne (1990, 1994 et 2004), la Suisse (1958, 2005 et 2006), l’Uruguay (2002, 2008 et 2010) et la Yougoslavie (1983, 1985 et 1989). Si on rapporte le nombre de 0-0 au nombre de matches disputés contre ces adversaires, l’Uruguay est largement en tête (3 fois en 6 matches) devant l’Argentine (12) et la Roumanie (13), loin devant la Suisse et l’Italie (36).

Les France-Hongrie et les France-Portugal (aucun 0-0 en 22 rencontres) sont au contraire les affiches les moins avares en buts. Mais les France-Angleterre (un seul 0-0 en 38 confrontations) ou les France-Belgique (deux 0-0 en 69 matches) ne sont pas mal non plus.



Voir le profil de Bruno Colombari sur LinkedIn



SPIP Site sous spip 3.0.17 et le plugin zpip | Hébergé par Mutins
Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Sauf mention contraire, le contenu rédactionnel de cette page est sous contrat Creative Commons.

Visiteurs connectés : 4