Bleu de presse #36

Publié le 8 juin 2021 - Hugo Colombari

Un milieu en losange, la question Kanté, le statut de favoris, une attaque inédite, le cas Giroud, le retour du public et les erreurs du passé : entre deux amicaux et à une semaine de l’Euro, tout s’accélère.

Le retour en sélection de Karim Benzema a entrainé la mise en place par Didier Deschamps d’un système nouveau (bien que non inédit), un 4-4-2 avec un milieu en losange, qui devrait être reconduit ce mardi soir face à la Bulgarie. Comme le souligne Hugo Delom, si un milieu en losange permet de densifier la présence de joueurs dans l’axe du terrain et donc de miser sur un jeu offensif plus vertical, cela ouvre logiquement des espaces dans les couloirs pour les adversaires. « Défensivement, la mise en place du losange soulève de nombreuses interrogations. Ce schéma, en délaissant les côtés, pousse à beaucoup d’adaptations. Les techniciens s’accordent à dire que c’est une animation pour avoir le ballon. Sans, c’est plus exigeant. […] C’est la différence majeure par rapport au schéma en 4-4-2 classique (ou au 4-2-3-1). La zone occupée est plus axiale. L’enjeu est donc de bien savoir défendre sur la largeur. »

Le losange, c’est pointu, par Hugo Delom dans L’Équipe du 5 juin


Cette évolution du schéma tactique au milieu de terrain, induit par le passage à deux attaquants de pointe, pose également la question du positionnement de N’Golo Kanté. Si sa place de titulaire semble indiscutable étant donné son état de forme avec Chelsea où il a fini la saison en occupant un rôle plus offensif, le milieu en losange que Didier Deschamps semble vouloir installer pour l’Euro ne laisse que peu de choix quant au positionnement du Londonien. « Ce système, parfait pour Antoine Griezmann dans l’axe et pour Kylian Mbappé, qui n’est pas bridé sur un côté, pourrait contraindre Kanté à évoluer en “sentinelle”. Un poste où il devra surtout se concentrer sur les tâches défensives, même si c’était déjà un peu le cas à deux, avec un Paul Pogba très porté sur l’attaque ». En conférence dimanche, Kanté a joué le jeu de l’entre-deux : « J’aime bien quand j’ai la liberté d’aller plus haut mais je peux rester en pointe basse et prendre du plaisir aussi ».

Et au milieu vole Kanté, par Vincent Garcia dans L’Équipe du 7 juin


Toujours au milieu de terrain, si trois des quatre pointes du losange semblent déjà réservées à Kanté, Pogba et Griezmann, la quatrième est quant à elle ouverte à la concurrence, notamment entre Corentin Tolisso et Adrien Rabiot. Ou plutôt le « nouveau Rabiot », pour reprendre les termes de Clément Gavard. « Au-delà de ses qualités et de son état de forme, Rabiot a surtout retrouvé ses lettres de noblesse parce qu’il accepte désormais de se mettre au service d’un collectif. Plus de maturité, moins de caprices, et la conscience que sa polyvalence est plus un avantage qu’un boulet pour s’installer dans le groupe France. […] “Je peux m’adapter au poste de milieu gauche, je l’ai fait plusieurs fois et ça a bien fonctionné, a confirmé Rabiot. J’ai déjà dit au coach que maintenant, je pourrais jouer n’importe où pour le bien de l’équipe de France. Du moment que je peux apporter quelque chose à cette équipe, mon positionnement n’est pas un sujet. Jouer en sentinelle est aussi une option, bien sûr.” »

Nouvelle époque, nouveau Rabiot, par Clément Gavard sur le site de So Foot le 7 juin


En tant que cadre du groupe, Paul Pogba a affirmé sur Téléfoot son ambition de prendre une revanche personnelle sur sa récente défaite en finale de la ligue Europa mais surtout collective 5 ans après avoir échoué en finale du championnat d’Europe : « Une autre équipe est venue prendre cette coupe chez nous en 2016. Et ça bien sûr, ça reste. On a gagné la Coupe du monde, franchement c’était un mal pour un bien, mais on veut gagner l’Euro ». Le Mancunien tempère également les attentes vis-à-vis de l’attaque des Bleus avant de rappeler l’importance de la gestion du groupe : « Ce qui tue, c’est l’égo. Et il n’y en a pas ici. Tout le monde se respecte. Il n’y a pas une personne au-dessus de l’autre ».

Grand format – Pogba « On va à l’Euro pour gagner », par Julien Maynard sur Téléfoot le 6 juin


Une attaque inédite

Ayant titularisé Benzema aux côtés de Mbappé et devant Griezmann face au pays de Galles la semaine dernière (ce qui devrait également être le cas contre la Bulgarie ce mardi), Didier Deschamps teste un tout nouveau trio offensif à seulement quelques jours du début de l’Euro. Raphaël Cosmidis a décrypté les 75 premières minutes de cette association. « Les trois hommes ont souvent évolué proches les uns des autres. Que le ballon aille sur un des deux flancs ou circule au cœur du jeu, ils ont eu tendance à réduire les distances pour tenter de combiner (…) Chacun peut lancer une action ou la relayer. Griezmann a servi d’appui à plusieurs reprises, Benzema est au moins aussi doué pour tenir ce rôle. »

Un trio déjà accordé, par Raphaël Cosmidis dans L’Équipe du 4 juin


L’une des principales interrogations quant à la ligne offensive de l’équipe de France concerne le rôle d’Olivier Giroud, dont le faible temps de jeu en club combiné au retour de Benzema pourrait compromettre ses chances d’être titulaire durant l’Euro cet été. Le Londonien n’aurait que très peu apprécié la prolongation d’un an de son contrat, conséquence d’une clause activée par Chelsea. « Le champion du monde n’entend pas revivre une saison comme il a traversé les quatre derniers mois de celle qui vient de s’écouler, en dépit de la victoire en C1 (sans jouer la moindre minute en finale). […] Il sait que, dans la hiérarchie des attaquants de Chelsea, il est loin derrière Timo Werner ou Tammy Abraham. Et il ne souhaite pas revivre la même chose à la reprise, sous peine de voir ses convocations en sélection s’évanouir pour de bon » écrit Damien Degorre. Un temps de jeu réduit jugé « problématique » par Didier Deschamps, qui affirme cependant que l’attaquant des Blues est « en top forme ».

Giroud bien en bleu, pas en Blues, par Damien Degorre dans L’Équipe du 6 juin


Le match face à la Bulgarie sera le 150e de Guy Stéphan, adjoint de Didier Deschamps, sur le banc des Bleus et le Breton vivra dans quelques jours son troisième championnat d’Europe, après l’édition de 2000 aux côtés de Roger Lemerre et celle de 2016. Dans une interview accordée au Parisien, Guy Stéphan est revenu sur plusieurs moments marquants de sa carrière d’adjoint en équipe de France, notamment les erreurs et enseignements de la défaite de 2016 : « J’ai une conviction sur cet épisode. On avait joué notre finale face à l’Allemagne (2-0). Mais il s’agissait d’une demi-finale. On a consommé beaucoup d’énergie dans cette opposition au Stade-Vélodrome. On n’avait pas assez récupéré face au Portugal. […] Une forme d’euphorie s’était emparée du vestiaire après l’Allemagne. Il n’y a rien eu de semblable en 2018 avant le succès final. »

Guy Stéphan ouvre son album souvenir, par Harold Marchetti dans Le Parisien du 7 juin


En bref

Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des sports, a confirmé sur France Info « la possibilité d’avoir des fan-zones en France », avec une limite de 5000 personnes assises, ce au moins jusqu’au 30 juin.

Le premier match des Bleus à l’Euro, le 15 juin à Munich contre l’Allemagne, se jouera devant un maximum de 14000 spectateurs, a annoncé le chef du gouvernement régional.

Au vu des commentaires dithyrambiques sur son niveau de jeu mais également sur sa personnalité, N’Golo Kanté a rappelé en conférence de presse qu’il était « quelqu’un de normal ».

Aymeric Laporte, plusieurs fois convoqué par Didier Deschamps sans jamais jouer, a disputé son premier match avec la sélection espagnole vendredi dernier face au Portugal (0-0) en match amical.

Selon José Mourinho, Arsène Wenger, Gianluigi Buffon ou encore l’Observatoire du football du CIES, les Bleus sont favoris pour remporter l’Euro 2020.

L’Équipe (édition du 8 juin) rapporte que l’UEFA a fixé un seuil minimum de 13 joueurs aptes à jouer par équipe pour qu’un match se déroule, ceci en prévision de potentiels cas positifs au Covid-19. Si le match ne peut être reporté, l’équipe mise en cause aura match perdu sur le score de 3-0.

Kylian Mbappé et Thomas Pesquet ont échangé par visio sur les trajectoires de balle, l’apesanteur, le sens du travail ou encore le fait de représenter la France.

La FFF a dévoilé samedi dernier la photo officielle des joueurs et du staff technique de l’équipe de France pour l’Euro 2020, prise dans les jardins du château de Clairefontaine.

JPEG - 100.3 ko

(Crédits J.-F. Robert/FFF)

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee

En savoir plus

Derniers livres parus

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité