22 questions pour 2022

Publié le 1er janvier 2022 - Bruno Colombari

Après un championnat d’Europe et une Ligue des Nations disputés en année impaire à cinq mois d’intervalle, voici une Coupe du monde jouée en novembre-décembre dans un calendrier chamboulé. Autant dire que 2022 pose beaucoup de questions, auxquelles je tente de répondre.

1. Une troisième étoile en décembre ?

Oui. C’est un pari très risqué car remporter deux Coupes du monde consécutivement n’est arrivé que deux fois, en 1934-1938 (Italie) et en 1958-1962 (Brésil), dans des contextes et des formats complètement différents. Mais ce n’est pas impossible, à condition bien sûr d’avoir retenu les leçons de l’Euro. Le potentiel des Bleus est considérable : la quasi-totalité des champions du monde 2018 est encore là, Benzema est revenu et des jeunes de grand talent comme Théo Hernandez ou Aurélien Tchouaméni se sont faufilés dans les interstices. L’équipe semble même sur le papier plus forte que celle titrée en Russie. Certes, on disait ça aussi en 2002, on connaît la suite.

2. Qatar, y aller ou pas ?

Les Bleus iront au Qatar : le président le la FFF, Noël Le Graët, est formel, et Didier Deschamps s’aligne. Quant aux joueurs, qui ont déjà du mal à prendre position sur des questions extrasportives, il ne faut pas compter sur eux pour émettre la moindre critique que ce soit sur ce sujet brûlant, tant les intérêts qataris sont imbriqués à ceux du football français (via le PSG). En Europe, ce sont les Norvégiens qui se sont prononcés pour le boycott, mais leur sélection est déjà éliminée. Il reste à espérer que les médias et les ONG mettent une grosse pression sur le Qatar. Pas sûr que ce soit suffisant pour faire bouger les choses.

3. Combien y aura-t-il de champions du monde 2018 au Qatar ?

Sauf évidemment blessure et forfait, Lloris, Pavard, Varane, Lucas Hernandez et Kimpembe devraient être du voyage côté défense, avec sans doute Aréola. Au milieu, Kanté et Pogba y seront aussi, et Tolisso probablement. En attaque, outre Mbappé et Griezmann, Ousmane Dembélé sera sans doute retenu. Ce qui fait une grosse dizaine de champions du monde. Lemar aura du mal. Thauvin et Matuidi sont hors course, Mandanda et Giroud écartés, Rami en fin de carrière, Umtiti, Nzonzi, Fekir et Sidibé sont loin de la sélection, sans parler de Benjamin Mendy.

4. Lloris deviendra-t-il le recordman de matchs joués en Coupe du monde ?

C’est très probable, si les Bleus sortent du premier tour. Actuellement, ce sont Fabien Barthez et Thierry Henry qui comptent le plus de matchs joués en phase finale mondiale (17 entre 1998 et 2010) devant Lilian Thuram (16). Hugo Lloris en est à 14, alors que Varane en compte 12 et Pogba 11. Si l’équipe de France va au bout du tournoi, ces trois-là pourraient prendre les trois premières places.

5. Benzema dixième centenaire ?

C’est quasi assuré, sauf blessure grave qui mettrait un terme à sa carrière internationale. Il ne manque que six matchs à Benzema pour atteindre les cent sélections, et les Bleus joueront huit fois avant la Coupe du monde. Et comme depuis son retour en juin dernier, l’avant-centre du Real n’a manqué aucun match, le calcul est vite fait.

6. Lloris dépassera-t-il Thuram au nombre de sélections ?

Oui. Encore sept sélections et le record de Thuram (142 capes, établi en juin 2008) tombera. Malgré un jeu au pied toujours aussi quelconque, le capitaine des Bleus est toujours indiscutable et la concurrence (Maignan) trop loin derrière pour instiller le doute dans l’esprit du sélectionneur.

7. Un nouveau gardien, le 80ème ?

C’est plutôt mal parti. Depuis Mike Maignan en novembre 2020, aucun gardien n’a pris la place de Lloris, et Mandanda, qui a été son numéro 2 depuis 2009, est sorti du groupe. Comme Costil et Areola, tous deux appelés en fin d’année pour faire le nombre, compte déjà des sélections, il faudra probablement attendre 2023 pour voir un petit nouveau arriver dans les cages.

8. Un deuxième carré final de Ligue des Nations pour 2023 ?

Probablement, car le tirage de la phase qualificative est très avantageux (Danemark, Croatie et Autriche). Attention quand même : lors de ses deux premières éditions, la nouvelle compétition de l’UEFA s’est renouvelée à 100% (Portugal, Pays-Bas, Angleterre et Suisse en 2019, France, Espagne, Italie et Belgique en 2021). Mais une élimination ne serait pas catastrophique : les six matchs de juin et septembre seront de bons tests avant la Coupe du monde, on ne leur en demande pas plus.

9. Fin de parcours pour Deschamps ?

La question se posera vraiment en cas de doublé en décembre. Partir sur un triomphe final, ou rester pour tenter de conquérir l’Euro 2024, le seul titre qui manque à son palmarès d’entraîneur ? En cas de nouvel échec (élimination avant les demi-finales), la pression sera certainement trop forte pour que Deschamps reste. Et même une place dans le dernier carré, voire en finale, ne serait sans doute pas suffisante. Donc je dirai oui, fin de parcours.

10. La série d’invincibilité record (30 matchs) sera-t-elle battue ?

Non. Il faudrait ne perdre aucun des 13 prochaines rencontres, soit les 8 d’ici septembre, les trois du premier tour, le huitième et le quart de finale au Qatar. En 2004 et en 2012, les Bleus avaient aussi entamé une phase finale sur une belle série d’invincibilité, avant de chuter prématurément. L’essentiel est de ne pas perdre à la Coupe du monde, avant c’est sans importance.

11. Benzema et Mbappé ensemble au Real Madrid en 2022 ?

C’est de plus en plus probable, d’autant que leur association en sélection s’améliore à chaque match. Ce serait aussi bénéfique pour les Bleus, même si d’août à début novembre, le temps d’adaptation en club sera très court. Mais avec aussi Camavinga au milieu et Ferland Mendy derrière, la colonie française aurait fière allure.

12. Camavinga fera-t-il son retour en sélection ?

Oui. Le représentant de la génération 2002 n’a plus été rappelé par Deschamps depuis l’automne 2020, mais il a fait du chemin depuis. Il lui reste à gagner une place de titulaire au Real entre Kroos, Casemiro et Modric, mais s’il y parvient, il semble quand même très supérieur à Veretout ou Sissoko pour intégrer la liste des 23. Il fêtera ses 20 ans le 10 novembre 2022, onze jours avant le début du tournoi.

13. Giroud reviendra-t-il ?

Non. On peut le regretter, ou évoquer les cas de Evra, Mandanda ou Rami pour rappeler que les choses peuvent changer, mais le fossé semble désormais profond entre l’avant-centre champion du monde et son sélectionneur, voire quelques éléments influents du groupe. Il faudrait une conjonction de choses improbables comme plusieurs forfaits en attaque et une deuxième partie de saison éblouissante avec l’AC Milan pour mettre un peu de doute dans la tête de Deschamps et le faire revenir sur sa décision.

14. Lloris battra-t-il le record de Bats (29 sélections consécutives) ?

Ce ne sera pas facile. Il faudrait pour cela que l’actuel capitaine des Bleus, qui en est à 18 matchs de rang depuis novembre 2020, n’en manque aucun jusqu’au huitième de finale de la Coupe du monde. Mais ça reste dans l’ordre du possible, même si ce n’est pas l’essentiel.

15. Quel serait un bon tirage pour les Bleus à la Coupe du monde ?

C’est en général quelque chose qu’on constate après coup. Ceux de 2002 et 2010 semblaient faciles, et à chaque fois les Bleus ont fini quatrièmes. Et en 2006 et 2018, ils ont sué sang et eau pour sortir des cadors de la trempe du Togo, de l’Australie ou de la Corée du Sud. Mais il faut remonter à 1978 pour trouver trace d’un tirage très défavorable pour un premier tour de Coupe du monde (Argentine, Italie et Hongrie). Le format à 32 et le statut de tête de série des Bleus devraient les protéger contre toute mauvaise surprise. On ne connaît que 13 des 32 qualifiés, et ce sont justement les 19 manquants qui formeront les adversaires des Bleus.

16. Quels débutants en 2022 ?

Il y en a eu six entre septembre et novembre, ce qui laisse à Didier Deschamps un choix très large, de quoi former environ trois équipes différentes (33 joueurs utilisés en 2021). Ce qui veut dire qu’il devra en éliminer 10 s’il n’en lance aucun. Et s’il en lance, Amine Gouiri pourrait être retenu, ou William Saliba, même si la défense est un secteur très concurrentiel (toutes les lignes le sont). Jonathan Clauss pourrait aussi se voir offrir une chance en piston droit vu ses performances avec Lens.

17. A quoi ressemblera le nouveau maillot ?

Les premières fuites ne sont pas encourageantes, même si rien ne dit qu’elles seront fiables. Pour le maillot 2020, elles l’étaient en tout cas. Si elles disent vrai, on aurait droit à un maillot bleu foncé assez proche de celui de l’Italie en 2006, avec des parements noirs (ou bleu nuit) assez vilains. Il devrait probablement sortir en juin, avant les matchs de Ligue des Nations.

18. Quels nouveaux adversaires pour les Bleus ?

Il pourrait y avoir le Qatar en mars, dans un tournoi où les Beus joueront un autre match, mais probablement contre une grosse sélection, donc déjà rencontrée. Les trois adversaires de la Ligue des Nations ne sont évidemment pas nouveaux. Et à la Coupe du monde, les pays européens déjà qualifiés ont tous été rencontrés (de même que ceux barragistes). En Amérique du Sud, seul le Venezuela, déjà éliminé, n’a jamais été croisé. En Concacaf (Amérique du nord et centrale), si le Canada, les Etats-Unis et le Mexique sont en bonne voie (mais tous rencontrés), le Panama, actuellement quatrième, serait un nouvel adversaire. Dans la zone Afrique, parmi les 10 barragistes, le Congo, le Ghana et le Mali n’ont jamais été rencontrés. Enfin, dans la zone Asie, il y a une chance de voir un adversaire inédit des Bleus : les Emirats arabes unis, le Liban ou l’Irak peuvent encore espérer accrocher une place.

19. Griezmann continuera-t-il longtemps sa série de matchs consécutifs ?

Avec le nombre astronomique de 58 sélections d’affilée depuis juin 2017, Antoine Griezmann a pulvérisé le précédent record détenu par Patrick Vieira (44). S’il ne se blesse pas, et s’il participe aux amicaux de mars, il n’y a pas de raison que sa série s’interrompe rapidement, même si elle finira bien un jour.

20. Le record de buts de Henry est-il menacé ?

Quand Olivier Giroud a inscrit ses 45e et 46e buts contre la Bulgarie en juin, on se disait que c’était possible. Sauf que l’annonce du retour de Karim Benzema, deux semaines plus tôt, a rendu caduc ce projet puisque Giroud a très peu joué à l’Euro et n’a plus été rappelé après. Désormais il faudra plutôt miser sur Antoine Griezmann, qui en est à 42, alors que Benzema (36) part de loin. Et à terme, évidemment, il y a des chances que Mbappé (24) mette tout le monde d’accord.

21. Un livre en préparation ?

Oui, et même en voie de finalisation d’ici fin janvier. Il sortira en juin, et je vous en dirai plus d’ici le mois de mars. C’est un beau projet sur lequel on travaille à deux depuis fin 2020.

22. Du changement pour Chroniques bleues ?

Oui, et un gros, dans les prochaines semaines. Mais pour l’instant, ce n’est pas encore finalisé. Un peu de patience...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SOUTENEZ LE SITE

Si vous appréciez les contenus de Chroniques bleues, vous pouvez apporter votre contribution, à partir de un euro.

En savoir plus

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee