Bleu de presse #20

Publié le 18 novembre 2020 - Bruno Colombari

Il y a les Bleus qui ont changé de sélection, ceux qui s’engagent à la demande des institutions, ceux qui vivent bien leur trentaine et ceux qui tentent de mettre un pied dans la liste pour l’Euro. Ils sont tous dans la revue de presse de la semaine.

Dans L’Equipe du 13 novembre, Christine Thomas signe une enquête de trois pages sur l’utilisation par le gouvernement de l’image des Bleus en soutien à des causes nationales. Pour le personnel soignant en avril dernier, contre le décrochage scolaire en juin, en soutien aux enseignants début novembre après le meurtre de Samuel Paty. Elle a interrogé différents témoins ou acteurs du milieu médiatique et sportif : pour Jérôme Dumois, denl’UNFP, « les footballeurs sont des citoyens ultra-connectés et concernés par les enjeux de société. Ce sont des influenceurs et ils portent cette responsabilité. » Un avis que ne partage pas un conseiller en communication : « Moi, je ne forcerais pas un footballeur à relayer un message qui ne lui correspond pas. Il faut prendre le temps de réfléchir et ne pas faire pour faire, sinon on se prend les pieds dans le tapis et on se fait dézinguer. »

Résidents de la République, par Christine Thomas dans L’Equipe du 13 novembre


JPEG - 118.8 ko

Vous ne saviez pas qu’il y a des articles dans le site Footballdatabase ? Moi non plus. En voici un (non signé) sur les joueurs français ayant changé de sélection. Il y est notamment question de Pierre-Emerick Aubameyang (Gabon), Geoffrey Kondogbia (République centrafricaine) Loïc Nego (Hongrie, que les Bleus retrouveront en juin à l’Euro), Gianelli Imbula (Congo), Sébastien Haller et Maxwel Cornet (Côte d’Ivoire). Tour d’horizon de ces joueurs qui ont tourné le dos à la France pour jouer avec le pays de leur origine ou d’adoption.

Ces joueurs français ayant décidé de défendre les couleurs d’un autre pays sur Footballdatabase le 16 novembre.


Avant de signer un doublé contre la Suède, Olivier Giroud s’est confié à Arnaud Tulipier dans un dossier consacré aux trentenaires par France Football. Il raconte que Wenger lui avait dit, à Arsenal : « toi, tu as un profil pour jouer longtemps » « J’ai gardé ça dans un coin de ma tête. Ceux qui sont dans un registre particulier, qui prennent la profondeur, quand ils sont amenés à perdre de la vitesse, ils ne durent pas. C’est plus simple pour des joueurs comme moi qui ont d’autres qualités. »
Et aussi :
« On entend tout le temps que le déclin commence à 30 ans, c’est faux ! Ma meilleure période en terme de stats, c’était à 30-32 ans. Titi Henry l’a dit : un attaquant est au sommet de son art à 29-30 ans. Pourquoi serait-il rincé deux ou trois ans après ? »

Olivier Giroud : « Wenger me l’avait dit », interview d’Arnaud Tulipier dans France Football du 17 novembre.


En trois parties, France Football fait l’analyse d’après-match suite à Portugal-France. Qui sont les patrons ? « Dans l’état d’esprit, l’organisation, et de leaders qui les ont portés avec force, le succès de Lisbonne porte la marque des étoilés 2018. […] Dans le management de ses cadres (Lloris, Varane, Kanté, Pogba, Griezmann), DD sais quels sont les mécanismes et les ressorts à activer. Quels sont ceux qui vont compter ? Sur les deux matchs contre le Portugal, il y a eu 9, puis 7 finalistes de 2018 alignés. Kimpembe et Rabiot étaient présents les deux fois. Qui est le onzième ? Pour le dernier poste de titulaire en attaque, si Giroud perd sa place, « c’est peut-être la solution Anthony Martial, qui a pris part aux sept matchs des Bleus depuis septembre qui a gagné des points et de la crédibilité aux yeux du sélectionneur. »

Equipe de France, vous avez un message, de Thomas Simon, France Football du 17 novembre


JPEG - 84.9 ko

Invité dans France Football à se prononcer sur les ressemblances et les différences entre l’équipe de France championne du monde 2018, et le Bayern champion d’Europe 2020, Lucas Hernandez a du mal à comparer. « C’est le collectif qui constitue notre grande force et notre faculté à défendre, que ce soit dans notre moitié de terrain ou même dans nos seize mètres, c’est incroyable. Au Bayern, nous défendons beaucoup plus haut, nous avons davantage la possession du ballon. »

Lucas Hernandez : « Le plus important, c’est d’avoir faim », interview d’Alexis Menuge dans France Football du 17 novembre.


Partant du principe que le jeu des Bleus est « déprimant », voire « un peu bancale », la rédaction d’Ultimo Diez a planché sur ce que serait un jeu ambitieux : « L’idée est d’instaurer une possession de qualité, ambitieuse et qui optimise le contre-pressing avec des permutations et une forte présence haut dans l’axe. Pour la formation, le 4-3-3 avec une pointe basse est tout indiqué pour occuper l’intérieur et être le plus flexible possible. »

Dans cette compo assez improbable, Maignan serait titulaire, comme Laporte ou Koundé, Théo Hernandez ou Nordi Mukiele en défense. Au milieu, c’est moins original avec Kanté, Pogba et Camavinga (comme quoi…) alors que devant, Kylian Mbappé et Antoine Griezmann seraient associés à… Karim Benzema.

Equipe de France et beau jeu, ravivons la flamme, Axel Daillet, Ultimo Diez le 17 novembre.


JPEG - 72.1 ko

L’équipe de France participera donc au carré final de la Ligue des Nations en octobre 2021 avec l’Espagne et probablement la Belgique et l’Italie. Ce sera l’occasion pour les Bleus de tenter de garnir leur armoire à trophées, où se trouvent déjà deux Coupes du monde, deux Coupes d’Europe des Nations, deux Coupes des Confédérations et une Coupe intercontinentale. Matthieu Delahais raconte d’où vient ce trophée « drapé dans les couleurs européennes » qui ne manque pas de style.

Un trophée drapé dans les couleurs europénennes par Matthieu Delahais, Trophées du Foot.

Derniers livres parus



Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité