Bleu de presse #60

Publié le 25 mai 2022 - Bruno Colombari

Bien plus que la liste de Didier Deschamps ou que le dixième titre du Paris Saint-Germain, c’est la prolongation de contrat de Mbappé et le cirque médiatique qui a suivi qui a occupé la presse cette semaine.

Amnesty International ne lâche pas l’affaire, et la pression va monter jusqu’en novembre prochain. L’organisation internationale pousse la FIFA à exiger que le Qatar respecte les droits humains, en particulier ceux des travailleurs migrants. Nicolas Ksiss-Martov explique que « désormais, l’ONG interpelle dans une lettre les futurs capés, alors que Didier Deschamps délivrait sa liste. […] La démarche est assez rare. D’habitude, ce genre d’organisation vise plutôt les États et les structures décisionnaires telle que la FIFA. Cette fois est sollicitée une prise de conscience, accompagnée d’une prise de parole des footballeurs, devant le silence intéressé des gouvernements, dont celui d’Emmanuel Macron, et la complicité passive des instances du foot. » Interrogé sur la question lors de l’annonce de la liste des 24 pour les matchs de juin, Didier Deschamps a répondu tout en marchant sur des œufs : « Je n’ai pas envie de rentrer dans un débat médiatique, ce qui n’empêche que chaque personne a et aura toujours sa liberté d’expression. Je ne suis pas là pour bâillonner les bouches. Si je réponds à votre question, j’entre pile dans ce que je refuse : le débat médiatique. » Ce à quoi Nicolas Ksiss Martov rétorque que c’est plutôt une question éthique et politique.

Qatar : engagement pour les Bleus ? par Nicolas Ksiss-Martov dans SoFoot le 20 mai

Lundi 17 octobre : voilà la date officielle de remise du Ballon d’Or cette année, après la réforme du trophée. Guère plus tôt que d’habitude, en fait, alors même que cette année, les lauréats seront désignés en fonction de leurs performances sur la saison sportive, c’est-à-dire 2021-22. Les nommés pour le Ballon d’Or masculin et féminin, ainsi que pour les trophées Kopa (meilleur jeune) et Yachine (meilleur gardien) seront connus le vendredi 12 août. « Si le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi s’est félicité lundi 23 mai d’avoir réussi à conserver dans son effectif le « meilleur joueur du monde » avec Kylian Mbappé, un autre Français pourrait décrocher le Graal : Karim Benzema. Le verdict de la finale de la Ligue des champions entre son Real Madrid et le Liverpool, de Sadio Mané et Mohamed Salah, samedi 28 mai, pourrait lourdement peser dans la balance » constate Grégory Fortune sur RTL.

Ballon d’Or 2022 : la date de remise officialisée, par Gregory Fortune sur RTL le 24 mai

C’est peu dire que le choix de Mbappé de rester à Paris a fait de grosses vagues en Espagne. Y compris au sein du Real Madrid, et notamment Karim Benzema dont une publication sur Instagram a fait jaser dans le petit monde des réseaux sociaux. La photo du rappeur Tupac, assassiné en 1996, serait-elle un message subliminal sur une quelconque trahison ? « L’entourage du joueur madrilène a d’ailleurs démenti un quelconque lien entre cette photo publiée sur le réseau social », relate Guillaume Maillard-Pacini. Pragmatique, Mbappé a pour sa part déclaré : « Quand on se verra, on en discutera. Je lui expliquerai ce choix. »

Kylian Mbappé va parler à Karim Benzema : « je vais lui expliquer ce choix », par Guillaume Maillard-Pacini sur Eurosport le 23 mai

Les articles de Jérôme Latta sur les Cahiers du football nous manquent, et quand il y en a un, on se jette dessus. Son analyse sur le non-transfert de Mbappé est comme toujours mesurée, réfléchie et éclairante. « Le propre de l’affaire est que Mbappé a aussi été le maître du jeu hors du terrain, dans les négociations. En allant au bout de son contrat, il s’est placé en position de force face aux deux clubs, c’est-à-dire en position de capter (en prime à la signature) les montants de transfert qui vont d’ordinaire d’un club à l’autre. » Mais il n’y a pas que ça, évidemment : « Inutile de le lui reprocher : les très grands sportifs ne sont pas humbles.
On peut se le figurer ainsi : s’il remportait la Ligue des champions sous le maillot blanc, on dirait que c’est le Real qui le lui a permis ; sous le maillot bleu et rouge, que c’est lui l’a permis au PSG. Mbappé tient à écrire lui-même sa légende, et peu de clubs aussi puissants lui laisseront autant de latitude pour y parvenir. »

Roi à Paris plutôt que prince à Madrid, par Jérôme Latta sur les Cahiers du football le 23 mai

Sur le site du Monde, Alexandre Pedro et Rémi Dupré reviennent sur la conférence de presse du champion du monde, à qui ils ont trouvé des accents gaulliens, rien que ça. « Parce qu’il ne faut pas insulter l’avenir et le club le plus titré au monde, le champion du monde 2018 préfère mettre les formes. « Je n’ai pas dit non au Real, j’ai dit oui à la France et à un nouveau projet du PSG. J’ai eu l’appel de la patrie et de la capitale », a-t-il confié à plusieurs représentants de la presse écrite, dont Le Monde. La formule sonne un peu gaullienne. Mbappé vend surtout un récit. S’il a lié sa carrière jusqu’en 2025 à un club dont l’Europe savoure l’art consommé du gadin en Ligue des champions depuis son rachat par le Qatar en 2011, c’est parce qu’il croit au « projet », à la possibilité d’enfin apprendre de ses erreurs, mais aussi pour rendre service à son pays. Rien que cela. » A propos de projet, il se trouve qu’Emmanuel Macron, qui n’a sans doute rien de plus urgent à faire en ce moment, a discuté avec Mbappé sur son avenir. « A ce moment précis, Kylian Mbappé réalise le côté vertigineux de la situation et de ses propos. Entre une guerre en Ukraine et une composition du gouvernement à valider, l’hôte de l’Elysée discute mercato avec lui. « C’est là qu’on voit que le foot a changé et qu’il a une place importante dans la société. Mais c’est important de rester à sa place malgré l’importance qu’on peut me donner. »

Les accents gaulliens de Kylian Mbappé, qui reste à Paris, par Alexandre Pedro et Rémi Dupré sur Le Monde le 24 mai

Lors de sa conférence de presse, Mbappé est revenu sur l’affaire des sponsors de l’équipe de France, en mars dernier, et son refus de participer à un shooting. Et a parlé de la réaction de Noël Le Graët à ce sujet : « Le président aussi, a parlé. J’ai entendu. On va régler ce problème rapidement, avec intelligence et respect. » Ce dernier a réagi en affirmant : « Avec lui, il n’y a jamais eu de problème. J’ai pour lui une estime humaine et sportive. J’ l’adore, et je pense qu’il me le rend bien. […] S’il y a des petites choses à modifier, pourquoi pas. Moi, je ne suis pas fermé. »

Opération décrispation, par Etienne Moatti dans L’Equipe du 24 mai

Dans l’émission beIN Center, Didier Deschamps se confie pendant près d’une heure (chose très rare) à Vanessa Le Moigne. De sa première licence aux derniers titres en tant que sélectionneur des Bleus, DD sort du discours toujours millimétré en conférence de presse sur un format long propice aux confidences. « Il ne faut pas que des magiciens et des architectes dans le football, je ne fais pas partie de cette catégorie-là. J’en ai eu autour de moi, heureusement ! » Et déjà un certain talent de maître tacticien : « Je n’ai pas toujours eu la bonne solution, mais ça m’a permis d’écarter la mauvaise. » Avec en bonus un data center qui analyse le système Deschamps, celui de 2018 d’abord, puis le changement opéré récemment en 3-4-1-2. « En fonction des joueurs que j’ai, je choisis la meilleure solution. Je mets tous les joueurs dans les meilleures conditions possibles. » Sur la constitution de la liste, « J’en prends 23, mais il pourrait y en avoir 35. Je ne vais pas prendre un petit nouveau à chaque fois. Ce n’est pas changer pour changer, seulement si j’en ai besoin. La pré-liste sert à ça, il y a cinq joueurs à chaque poste. »

Deschamps : « je fais une pré-liste de 60 joueurs », par Vanessa Le Moigne sur BeinSports le 22 mai

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.