Les clubs des Bleus présents à l’Euro depuis 1984

Publié le 4 mars 2024 - Bruno Colombari

Si la Ligue 1 fournit moins de joueurs que les clubs étrangers à l’équipe de France depuis le milieu des années 1990, ça n’a pas toujours été le cas, et la répartition des expatriés a beaucoup évolué depuis 1984.

5 minutes de lecture

Même s’ils ont manqué les éditions 1980 et 1988, les Bleus ont suffisamment de vécu en championnat d’Europe pour qu’on se penche sur la répartition de leurs clubs au moment de chaque phase finale. Sont signalés dans ces cartes les transferts suite à l’Euro de la France vers l’étranger (flèche rouge après le nom du joueur), de l’étranger vers la France (flèche bleue) et d’un club étranger à l’autre (flèche noire). Les transferts entre clubs français ne sont pas signalés.

1984 (19 joueurs en France, 1 à l’étranger) : l’exception platinienne

L’édition 1984 est caractéristique de la période antérieure à l’arrêt Bosman (décembre 1995) qui a ouvert en grand les frontières européennes pour les transferts de joueurs. Sur les 20 joueurs convoqués par Michel Hidalgo, un seul joue alors à l’étranger, Michel Platini (à la Juventus). Les 19 autres évoluent en première division française, avec deux clubs fournissant chacun 5 internationaux : Bordeaux, champion de France (Battiston, Tusseu, Tigana, Giresse et Lacombe) et Monaco, deuxième avec le même total de points (Amoros, Bravo, Le Roux, Genghini et Bellone) et finaliste de la Coupe de France. On rappellera au passage que l’entraîneur des Girondins est le futur sélectionneur champion du monde, Aimé Jacquet. Auxerre, Paris SG et Toulouse, respectivement troisième, quatrième et cinquième, fournissent deux joueurs chacun. Il y a quand même un impatrié parmi les Bleus, Didier Six, qui joue à Mulhouse après deux expériences à Bruges et à Stuttgart. Il refera d’ailleurs ses valises après l’Euro, pour Aston Villa. Ce sera le seul champion d’Europe à changer de club pendant l’été.

PNG - 106.2 kio

1992 (18/2) : Blanc et Cantona en ambassadeurs

En 1992, rien n’a changé ou presque : 18 joueurs de première division dans la liste de Platini, plus Laurent Blanc qui termine une saison à Naples et Eric Cantona qui joue à Leeds, en Angleterre depuis février, sur les conseils de son sélectionneur et après avoir annoncé qu’il voulait mettre un terme à sa carrière. Cette équipe de France-là est adossée à l’OM, qui fournit pas moins de 8 joueurs, ne laissant que des miettes au sept autres clubs représentés où Auxerre tire encore sa carte du jeu avec trois représentants. Après l’Euro, si Christian Perez quitte le PSG pour l’AS Monaco, le plus gros transfert est celui de Jean-Pierre Papin, de l’OM à l’AC Milan, alors le meilleur club européen avec ses deux titres en 1989 et 1990. Quant à Eric Cantona, il quitte Leeds, avec lequel il a été champion d’Angleterre, en novembre 1992, pour Manchester United. Et Laurent Blanc revient en France, à Nîmes.

PNG - 112 kio

1996 (18/4) : juste avant le grand départ

En 1996, l’arrêt Bosman est passé, mais il n’y a que quatre expatriés dans la liste des 22 d’Aimé Jacquet, tous en Série A italienne : Marcel Desailly (AC Milan), Christian Karembeu (Sampdoria), Jocelyn Angloma (Torino) et Didier Deschamps (Juventus), qui vient de remporter la Ligue des Champions devant l’Ajax. Spet clubs français fournissent les 18 autres Bleus, avec une majorité de Parisiens (5) et de Monégasques (4), alors que les Auxerrois, pourtant champions de France, n’en appportent que 3. Mais c’est évidemment la triplette bordelaise (Zidane, Dugarry et Lizarazu) qui fait saliver l’Europe après une finale de Coupe de l’UEFA perdue contre le Bayern.

La première grande vague de départ date de l’été 1996, après l’Euro. Zinédine Zidane signe à la Juventus, Christophe Dugarry file à l’AC Milan et Bixente Lizarazu tente sa chance à l’Athletic Bilbao. Lilian Thuram rejoint Parme, Mickaël Madar et Corentin Martins débarquent à la Corogne sous les couleurs du Deportivo, Youri Djorkaeff et Jocelyn Angloma rejoignent l’Inter Milan, Frank Lebœuf part à Chelsea, Laurent Blanc arrive au FC Barcelone. Neuf Bleus quittent la France, et Angloma change de club en Italie. Cette dernière destination est la plus prisée, avec huit internationaux français, contre quatre en Espagne et un seul en Angleterre.

PNG - 118.9 kio

2000 (8/14) : Londres et Madrid en pôle

En 2000, les Bleus réalisent un magnifique Euro et sont logiquement très convoités à l’étranger, même s’ils sont déjà largement majoritaires (14 sur 22), avec une Premier League désormais plus attractive que la Série A (6 contre 4, tous à Londres). Et parmi les 8 restants en France, cinq partent à l’étranger avec les Monégasques Fabien Barthez vers Manchester United et David Trezeguet à la Juventus, les Bordelais Johan Micoud à Parme et Sylvain Wiltord pour Arsenal où il retrouve le Marseillais Robert Pirès. Nicolas Anelka, qui vient de remporter la Ligue des Champions fait le chemin inverse en laissant le Real Madrid pour le Paris SG, alors que Christian Karembe quitte les Merengue pour Middlesbrough. Dans l’autre sens, Didier Deschamps part de Chelsea pour Valence et Emmanuel Petit troque Arsenal pour le FC Barcelone.

PNG - 114.3 kio

2004 (8/14) : l’Angleterre puissance neuf

L’Euro raté au portugal marque autant la prédominance du championnat d’Angleterre (9 joueurs répartis en trois clubs) que la fin de carrière internationale de Marcel Desailly et de Bixente Lizarazu, ainsi que, dans un premier temps, de Zinédine Zidane, Lilian Thuram et Claude Makelele. Parmi les 7 internationaux présents en Ligue 1, le seul à partir à l’étranger est Jean-Alain Boumsong, qui quitte l’AJ Auxerre pour les Glasgow Rangers. Dans l’autre sens, Sylvain Wiltord (Arsenal) revient en France, à l’Olympique lyonnais et Bixente Lizarazu quitte provisoirement le Bayern pour l’OM, mais revient en Bavière dès janvier 2005.
Marcel Desailly quitte Chelsea pour le club qatarien d’Al-Gharafa. Jérôme Rothen (Monaco) va au PSG alors que Benoît Pedretti part de Sochaux pour l’OM. 

PNG - 192.2 kio

2008 (10/13) : 7 Lyonnais et Chelsea

En 2008, les Bleus du championnat de France sont plus nombreux, une dizaine, alors qu’il y en a 6 en Angleterre, et 3 à Barcelone. Si Claude Makelele quitte Chelsea pour le Paris SG après l’Euro, trois autres font le chemin inverse : Samir Nasri abandonne l’OM pour Arsenal, Grégory Coupet et Sébastien Squillaci partent de Lyon pour l’Atlético Madrid et le FC Séville.

Lassana Diarra surprend tout le monde en quittant Arsenal pour Portsmouth (il rejoindra le Real un an plus tard). Willy Sagnol met un terme prématuré à sa carrière, à 31 ans. Son dernier match aura été celui contre les Pays-Bas à l’Euro. Tout comme Lilian Thuram, qui veut signer au PSG après son séjour à Barcelone, mais la visite médicale révèle une anomalie cardiaque qui achève sa carrière, à 36 ans.

PNG - 187.5 kio

2012 (12/11) : la Ligue 1 redevient majoritaire

En 2012, les Bleus de France sont assez dans la liste de l’Euro (12 sur 23) pour former une équipe entière. C’est l’OM qui fournit le plus gros contingent (3 joueurs) devant Lyon et le PSG (2). Huit clubs de Ligue 1 sont représentés, une première depuis 1992. 7 joueurs viennent d’Angleterre, où le poids d’Arsenal décroît et où Newcastle compte deux internationaux.

Trois Bleus quittent la Ligue 1 après l’Euro, tous en direction de Londres : Hugo Lloris Lyon) va à Tottenham, où il va passer 11 ans, Olivier Giroud (Montpellier) part pour Arsenal et Alou Diarra (OM) s’installe à West Ham.

PNG - 204.4 kio

2016 (5/18) : Londres, Manchester et Turin jouent à onze

A l’Euro français, nouveau reflux : la Ligue 1 est réduite au minimum avec seulement 5 représentants, contre 11 en Angleterre (dont 5 joueurs rien que dans les clubs londoniens et 4 autres à Manchester) Moussa Sissoko va de Newcastle à Tottenham et 3 en Italie, qui revient progressivement dans le jeu (avec 2 Bleus à la Juve). A noter l’exception constituée par André-Pierre Gignac, convoqué pour l’Euro alors qu’il évolue loin de l’Europe, à Monterrey (Mexique).

Du côté des mouvements, il y a deux départs à l’étranger, Steve Mandanda qui quitte l’OM pour Crystal Palace (une expérience très brève avant un retour au Vélodrome) et Samuel Umtiti (Lyon) qui s’installe au FC Barcelone. Il y est rejoint par Lucas Digne, en provenance de l’AS Roma, alors qu’Eliaquim Mangala (Manchester City) est prêté au FC Valence et que N’Golo Kanté quitte Leicester pour Chelsea.

PNG - 120.5 kio

2021 (6/20) : record d’expatriés, le Bayern quadruple

Repoussé d’un an pour cause de pandémie, l’Euro 2020 permet aux sélectionneurs d’établir des listes de 26 joueurs. Il y a 20 Bleus évoluant à l’étranger, un record pour un championnat d’Europe. S’il y a encore 5 Londoniens, c’est le Bayern qui fournit le plus de Bleus à Didier Deschamps, avec 4 joueurs. 7 autres viennent d’Espagne, où Madrid et Barcelone concentrent à elles deux 6 internationaux.

Si les Bleus de Ligue 1 sont très minoritaires (6), un seul d’entre eux part à l’étranger après l’Euro : il s’agit de Mike Maignan, champion de France avec Lille et recruté par l’AC Milan. Kurt Zouma et Olivier Giroud quittent Chelsea, le premier pour West Ham et le second pour l’AC Milan, avec lequel il sera champion d’Italie. Moussa Sissoko part de Tottenham pour Watford. Antoine Griezmann quitte Barcelone pour rejoindre l’Atlético Madrid alors que Raphaël Varane, après dix ans passés au Real, part pour Manchester United.

PNG - 197.2 kio
Vous êtes plusieurs milliers chaque jour à venir sur Chroniques bleues. Nous vous en sommes reconnaissants et nous aimerions en savoir plus sur vous. Avec, en cadeau, trois articles inédits au format pdf à télécharger !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos articles inédits