Le premier match des Bleus en année de Coupe du monde

Publié le 4 mars 2022 - Bruno Colombari

Depuis 1930, l’équipe de France a toujours commencé l’année d’une participation à une Coupe du monde par un match amical. Combien de joueurs finalement appelés étaient déjà là lors de ce match ? Et pour quel résultat ?

Entre le France-Côte d’Ivoire du 25 mars prochain et le premier match au Qatar, il va se passer près de huit mois pendant lesquels les Bleus vont jouer huit fois (dont six en phase de poule de la Ligue des Nations, en juin et septembre). Autant dire qu’entre ceux qui seront sur la pelouse à Marseille et la liste des 23 pour la Coupe du monde, il y aura certainement des changements. Combien ? Probablement quatre ou cinq, si on en juge sur les précédents de 2018 et 2014, où 19 joueurs retenus pour le tournoi mondial étaient déjà là en mars.

Mais ça n’a pas toujours été le cas. Avant-guerre, la sélection était si volatile qu’ils n’étaient pas plus de quatre à avoir été conservés entre le premier match de l’année et la Coupe du monde. En revanche, en 1938 ils sont 11, dont 10 titulaires, que Gaston Barreau retiendra pour jouer le tournoi mondial à domicile.

Voici le détail de ces listes, avec en illustration le sort des joueurs qui ont participé sur le terrain, comme titulaires ou remplaçants (sur la deuxième ligne) au premier match de l’année. Le détail pour les joueurs non entrés en jeu est donné dans le texte.

PNG - 18.9 ko

23 février 1930 : Portugal-France, 2-0 (Porto)

7 débutants : Antonio Lozès, André Chardar, Jean Gautheroux, Ernest Liberati, Lucien Laurent, Gustave Dubus et Pierre Korb. Un seul joueur expérimenté, Alexandre Villaplane (20 sélections).

4 joueurs retenus sur les 16 qui iront en Uruguay : Alexandre Villaplane, Lucien Laurent, André Maschinot et le gardien Alex Thépot (sur le banc contre le Portugal, il sera titulaire en Coupe du monde)

8 non retenus : Antonio Lozes, Manuel Anatol, André Chardar, Louis Cazal, Jean Guatheroux, Ernest Libérati, Gustave Dubus et Pierre Korb.

Le parcours : les Bleus seront éliminés au premier tour malgré une victoire initiale contre le Mexique (4-1), suivie de deux défaites contre l’Argentine (0-1) et le Chili (0-1). Le Portugal, affilié à la FIFA depuis 1923, a participé aux JO 1928 à Amsterdam, où il est battu en quart de finale par l’Egypte. Il décline l’invitation pour la Coupe du monde 1930.

PNG - 8 ko

21 janvier 1934 : Belgique-France, 3-2 (Bruxelles)

Pas de débutant.

4 joueurs retenus sur les 15 qui iront en Italie : Etienne Mattler, Emile Veinante, Jean Nicolas
et le remplaçant non entré René Llense.

11 non retenus : Robert Défossé, Jules Vandooren, Louis Finot, Maurice Banide, Emile Scharwath, Ernest Libérati, Joseph Alcazar, Albert Polge et les remplaçants non rentrés André Chardar, Maxime Deschizeaulx et Bernard Antoinette.

Le parcours : à Turin, les Tricolores s’inclinent de justesse en huitièmes contre l’Autriche, qu’ils ont poussée à la prolongation (2-3). La Belgique va devoir passer par une phase qualificative pour participer à la CM 1934. Elle passera de justesse après un nul contre l’Irlande (4-4) et une défaite contre les Pays-Bas (2-4), qualifiés eux aussi. Mais elle sera battue dès le huitième de finale contre l’Allemagne (2-5) après avoir mené 2-1 à la mi-temps.

PNG - 7.6 ko

30 janvier 1938 : France-Belgique 5-3 (Paris)

2 débutants : Gusti Jordan et Marcel Marchal, qui ne sera plus rappelé.

11 joueurs retenus sur les 22 qui joueront en France : René Llense, Hector Cazenave, Etienne Mattler, François Bourbotte (forfait), Gusti Jordan, Roger Courtois (forfait), Ignace Kowalczyk, Jean Nicolas, Oscar Heisserer, Emile Veinante et le remplaçant non entré Lucien Jasseron. A noter que Bourbotte et Courtois déclareront forfait avant le premier match du tournoi.

3 non retenus :Marcel Marche et les remplaçants non entrés Camille Cottin et Martin Gonzalès.

Le parcours : Français et Belges se retrouvent en huitièmes de finale après le tirage au sort du 5 mars. A Colombes, les Français l’emportent sans souci (3-1), mais tombent face à l’Italie en quart (1-3).

PNG - 8.6 ko

11 avril 1954 : France-Italie 1-3 (Colombes)

Pas de débutant.

9 joueurs retenus sur les 20 qui iront en Suisse : Lazare Gianessi, Roger Marche, Jean-Jacques Marcel, Robert Jonquet, Armand Penverne, Raymond Kopa, et les trois remplaçants non entrés, François Remetter, Jacques Grimonpon, et Antoine Cuissard.

3 non retenus : Roger Piantoni, René Vignal et Thadée Cisowski.

Le parcours : piètre Coupe du monde pour les Français, éliminés après une défaite contre la Yougoslavie (0-1) et une victoire inutile contre le Mexique (3-2). L’Italie est éliminée également au premier tour après avoir perdu contre la Suisse (1-2) et battu la Belgique (4-1). En match d’appui, l’Italie perd à nouveau contre la Suisse (1-4).

PNG - 7.8 ko

13 mars 1958 : France-Espagne 2-2 (Paris)

Pas de débutant.

13 joueurs retenus sur les 22 qui iront en Suède : Claude Abbes, Raymond Kaelbel, André Lerond, Armand Penverne, Jean-Jacques Marcel, Maryan Wisniewski, Yvon Douis, Just Fontaine, Roger Piantoni, Jean Vincent et les remplaçants non entrés Dominique Colonna, Bernard Chiarelli et René Bliard.

2 non retenus : Mustapha Zitouni et Robert Siatka.

Le parcours : si les Tricolores feront un magnifique tournoi (demi-finaliste et troisième place), l’Espagne sera piégée en phase qualificative malgré Kubala, Di Stéfano et Suarez à cause d’une défaite en Ecosse (2-4) et d’un nul à domicile contre la Suisse (2-2).

PNG - 7.4 ko

19 mars 1966 : France-Italie 0-0 (Paris)

Pas de débutant.

13 joueurs retenus sur les 22 qui iront en Angleterre : Marcel Aubour, Robert Budzinski, Bernard Bosquier, Claude Artelesa, André Chorda, Robert Herbin , Jacky Simon, Edmond Baraffe, Philippe Gondet, Gérard Hausser et les trois remplaçants non entrés Johnny Schuth, Joseph Bonnel et Yves Herbet.

2 non retenus : Johnny Schuth et Georges Casolari.

Le parcours : sortis au premier tour après un nul contre le Mexique (1-1) et deux défaites face à l’Uruguay (1-2) et l’Angleterre (0-2), les Bleus ne font pas mieux que l’Italie, qui bat le Chili mais perd contre l’URSS (0-1) et la Corée du Nord (0-1).

PNG - 8.9 ko

8 février 1978 : Italie-France 2-2 (Naples)

1 débutant, Albert Gemmrich (remplaçant).

14 joueurs retenus sur les 22 qui iront en Argentine : Gérard Janvion, Patrice Rio, Christian Lopez, Marius Trésor, Maxime Bossis, Dominique Bathenay, Jen-Marc Guillou, Michel Platini, Henri Michel, Christian Dalger, Bernard Lacombe, Olivier Rouyer et les remplaçants non entrés Jean-Paul Bertrand-Demanes et Patrick Battiston.

2 non retenus : Albert Gemmrich et André Rey.

Le parcours : la France retrouvera l’Italie dès le premier tour, comme contre la Belgique en 1938. Sa défaite initiale (1-2) suivie d’une autre contre l’Argentine (1-2) lui sera fatale. L’Italie ira au second tour où elle s’inclinera face aux Pays-Bas et jouera la petite finale, qu’elle perdra contre le Brésil.

PNG - 9 ko

23 février 1982 : France-Italie 2-0 (Paris)

2 débutants : Manuel Amoros et Daniel Bravo (remplaçant).

16 joueurs retenus sur les 22 qui iront en Espagne : Dominique Baratelli, Manuel Amoros, Christian Lopez, Marius Trésor, Gérard Janvion, Patrick Battiston, Alain Giresse, Jean Tigana, Michel Platini, Gérard Soler, Bernard Lacombe, Dominique Rocheteau, Didier Six et les remplaçants non entrés Jean Castaneda, Jean-François Larios et Bernard Genghini.

2 non retenus : Daniel Bravo et Jacques Zimako.

Le parcours : ça aurait pu être l’affiche de la finale, si la France avait gagné à Séville. Les deux équipes ont connu des trajectoires assez proches en Espagne, avec un premier tour inquiétant et une montée en puissance au second tour. L’Italie a eu la chance de jouer la Pologne sans Boniek en demi, et d’affronter une RFA carbonisée en finale.

PNG - 8.6 ko

26 février 1986 : France-Irlande du Nord 0-0 (Paris)

1 débutant : Jean-Pierre Papin.

15 joueurs retenus sur les 22 qui iront au Mexique : Joël Bats, Manuel Amoros, William Ayache, Patrick Battiston, Maxime Bossis, Thierry Tusseau, Luis Fernandez, Alain Giresse, Michel Platini, Jean-Pierre Papin, Dominique Rocheteau, Jean-Marc Ferreri, Yvon Le Roux et les remplaçants Philippe Vercruysse et Daniel Xuereb.

1 non retenu : Bruno Martini.

Le parcours : si la France atteindra les demi-finales et la troisième place, l’Irlande du Nord ne dépassera pas le premier tour, dans le groupe de l’Espagne, du Brésil et de l’Algérie.

PNG - 9.1 ko

28 janvier 1998 : France-Espagne 1-0 (Saint-Denis)

2 débutants : Bernard Diomède et David Trezeguet (remplaçant).

Les 16 retenus sur les 22 qui joueront en France : Fabien Barthez, Lilian Thuram, Laurent Blanc, Marcel Desailly, Alain Boghossian, Robert Pirès, Didier Deschamps, Vincent Candela, Zinédine Zidane, Bernard Diomède, Youri Djorkaeff, Frank Leboeuf, Stéphane Guivarc’h, David Trezeguet et les remplaçants non entrés Lionel Charbonnier et Patrick Vieira.

2 non retenus : Ibrahim Ba, Florian Maurice.

Le parcours : Après une série de sept matchs amicaux plutôt décevants jusqu’en juin, les Bleus montent en puissance et deviennent champions du monde. Les Espagnols coincent dès le premier tour, éliminés par le Nigéria et le Paraguay, ne devançant que la Bulgarie.

PNG - 8.9 ko

13 février 2002 : France Roumanie 2-1 (Saint-Denis)

Pas de débutant.

Les 17 retenus sur les 23 qui iront en Corée du Sud : Ulrich Ramé, Lilian Thuram, Marcel Desailly, Philippe Christanval, Vincent Candela, Patrick Vieira, Alain Boghossian, Emmanuel Petit, Claude Makelele, Zinédine Zidane, Thierry Henry, David Trezeguet, Christophe Dugarry, Sylvain Wiltord et les remplaçants non entrés Mickaël Silvestre, Willy Sagnol et Grégory Coupet.

2 non retenus : Eric Carrière, Robert Pirès.

Le parcours : la France, tenante du titre, est éliminée dès le premier tour après trois matchs complètement ratés contre le Sénégal (0-1), l’Uruguay (0-0) et le Danemark (0-2). La Roumanie termine deuxième de son groupe qualificatif de la zone Europe, derrière l’Italie. Elle s’incline en barrages contre la Slovénie.

PNG - 8.9 ko

1er mars 2006, France-Slovaquie 1-2 (Saint-Denis)

Pas de débutant.

Les 18 retenus sur les 23 qui iront en Allemagne : Fabien Barthez, Willy Sagnol, Jean-Alain Boumsong, Lilian Thuram, Mickaël Silvestre, Eric Abidal, Vikash Dhorasoo, Patrick Vieira, Zinédine Zidane, Florent Malouda, Alou Diarra, David Trezeguet, Thierry Henry, Nicolas Anelka, Sylvain Wiltord et les remplaçants non entrés Grégory Coupet, Louis Saha et Claude Makelele.

4 non retenus : Nicolas Anelka, Philippe Mexès, Jérémy Toulalan et François Clerc.

Le parcours : la France sera finaliste de la Coupe du monde tandis que la Slovaquie, deuxième de son groupe qualificatif de la zone Europe (derrière le Portugal) mais chute lourdement en barrages contre l’Espagne (1-5, 1-1)

PNG - 8.9 ko

3 mars 2010 : France-Espagne 0-2 (Saint-Denis)

Comme quatre ans plus tôt, les Bleus commencent une année mondiale par une défaite à domicile, face aux champions d’Europe en titre.

1 débutant : Mickaël Ciani.

Les 13 retenus sur les 23 qui iront en Afrique du Sud : Hugo Lloris, Bacary Sagna, Patrice Evra, Jérémy Toulalan, Franck Ribéry, Florent Malouda, Yohann Gourcuff, Thierry Henry, Sidney Govou, Nicolas Anelka, Djibril Cissé et les remplaçants non entrés Steve Mandanda et Cédric Carrasso.

10 non retenus : Jean-Alain Boumsong, Moussa Sissoko, Hatem Ben Arfa, Lassana Diarra, Mickaël Ciani, Julien Escudé, Benoît Cheyrou, Adil Rami, Aly Cissokho, Rod Fanni.

Le parcours : Comme on pouvait s’y attendre, les Bleus tombent rapidement, malgré un premier tour a priori facile. Un nul correct contre l’Uruguay (0-0) puis deux défaites face au Mexique (0-2) et l’Afrique du Sud (1-2).

L’Espagne, surprise d’entrée par la Suisse (0-1), enchaîne six victoires pour remporter la Coupe du monde, avec quatre victoires par 1-0 en matchs à élimination directe (Portugal, Paraguay, Allemagne et Pays-Bas).

PNG - 9.5 ko

5 mars 2014 : France-Pays-Bas 2-0 (Saint-Denis)

2 débutants : Lucas Digne et Antoine Griezmann.

Les 19 retenus sur les 23 qui iront au Brésil : Hugo Lloris, Patrice Evra, Lucas Digne, Eliaquim Mangala, Raphaël Varane, Mathieu Debuchy, Bacary Sagna, Blaise Matuidi, Yohan Cabaye, Paul Pogba, Moussa Sissoko, Antoine Griezmann, Loïc Rémy, Mathieu Valbuena, Karim Benzema, Olivier Giroud et les remplaçants non entrés Stéphane Ruffier, Laurent Koscielny et Mamadou Sakho.

4 non retenus : Franck Ribéry, Steve Mandada, Joshua Guilavogui et Dimitri Payet.

Les parcours : Les Bleus démarrent très fort par deux belles victoires contre le Honduras (3-0- et la Suisse (5-2), mais s’éteignent progressivement face à l’Equateur (0-0), le Nigéria (2-0) et l’Allemagne (0-1) en quart de finale. Les Pays-Bas font mieux en atteignant le dernier carré où ils s’inclinent contre l’Argentine (0-0, tirs au but) avant de remporter la troisième place devant le Brésil (3-0).

PNG - 9.3 ko

23 mars 2018 : France-Colombie 2-3 (Saint-Denis)

2 débutants : Lucas Hernandez et Wissam Ben Yedder.

Les 19 retenus : Hugo Lloris, Djibril Sidibé, Raphaël Varane, Samuel Umtiti, Lucas Hernandez, Kylian Mbappé, Ousmane Dembélé, N’Golo Kanté, Blaise Matuidi, Paul Pogba, Thomas Lemar, Antoine Griezmann, Florian Thauvin, Olivier Giroud et les remplaçants non entrés Steve Mandanda, Alphone Areola, Presnel Kimpembe, Benjamin Pavard et Corentin Tolisso.

5 non retenus : Wissam Ben Yedder, Lucas Digne, Laurent Koscielny, Adrien Rabiot et Anthony Martial.

Le parcours : Médiocres au premier tour contre l’Australie, le Pérou et le Danemark, les Bleus remportent les quatre matchs à élimination directe avec panache (Argentine 4-3, Croatie 4-2) ou maîtrise (Uruguay 2-0, Belgique 1-0) sans passer par la prolongation, et deviennent champions du monde. La Colombie s’incline d’entrée face au Japon (1-2) mais se qualifie en battant la Pologne (3-0) et le Sénégal (1-0), avant de céder face à l’Angleterre aux tirs au but en huitième de finale (1-1).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.