Neuf mois avant l’Euro, deux joueurs sur trois déjà là ?

Publié le 28 août 2020, mis à jour le 29 août 2020 - Bruno Colombari

En 2015 et 2017, la liste de septembre de Didier Deschamps avait livré 15 des 23 joueurs qui allaient participer à l’Euro puis à la Coupe du monde deux cents jours plus tard. En sera-t-il de même cette année ?

Article mis à jour après l’annonce du remplacement d’Houssem Aouar par Nabil Fekir.

On s’en doutait un peu, vu les circonstances pour le moins inhabituelles de cette fin août sous pandémie : la première liste de la saison, celle qui concerne les matchs contre la Suède (le 5 septembre) et la Croatie (le 8) a réservé son lot de surprises. Les deux nouveaux appelés (ils étaient initialement trois avec Houssem Aouar, mais ce dernier, testé positif au Covid-19, a été remplacé par Nabil Fekir) étaient certes largement évoqués ces derniers jours grâce à leurs performances récentes en Ligue des Champions pour le défenseur de Leipzig Dayot Upamecano, ou en Ligue 1 la saison passée pour le Rennais Eduardo Camavinga. Lequel, s’il joue pourrait déloger Kylian Mbappé de son statut de benjamin des Bleus (que le Parisien occupe depuis mars 2017) puisqu’il aura 18 ans le 10 novembre prochain.

On en n’est pas là, l’exemple la saison dernière de Mattéo Guendouzi — appelé deux fois mais pas entré en jeu — rappelant l’évidence, à savoir qu’une convocation n’engendre pas systématiquement une sélection.

JPEG - 79.7 ko

Onze champions du monde seulement, dont sept titulaires en finale

Il n’empêche que cette liste ne compte que onze champions du monde 2018, ce qui est bien peu, même s’il faut modérer le propos en rappelant que sept de ces onze-là étaient titulaires lors de la finale du 15 juillet et deux autres (Nzonzi et Fekir) sont entrés en jeu en début de seconde période. Les quatre manquants sont Umtiti, Matuidi, Pogba et Pavard. On reverra très certainement les deux derniers bientôt, alors que les deux premiers se sont éloignés des Bleus ces derniers temps.

Outre ces onze champions du monde, on trouve sans cette liste cinq joueurs qui avaient débuté en Bleu avant la Russie (Sissoko, Digne, Martial, Rabiot et Ben Yedder), cinq arrivés après (Ferland Mendy, Maignan, Lenglet, Dubois et Ikoné) et donc deux nouveaux (Upamecano et Camavinga).

Comme je l’avais fait en 2013 et en 2017, il peut être intéressant de se demander combien, parmi ces 23-là, seront présents en juin prochain à l’Euro. Mais avant ça, regardons à qui ressemblait le groupe neuf mois avant une phase finale depuis 2007.

Deschamps renouvelle un joueur sur trois entre septembre et juin

Avec entre 13 et 15 noms sur 23 en commun entre la liste de rentrée et la phase finale suivante, Didier Deschamps fait nettement moins bien que ses prédecesseurs : Blanc avait 18/24 en septembre 2011, Domenech 16/22 en août 2009, 17/24 en septembre 2007 et 16/20 en septembre 2005, alors que Santini avait tué le match en réussissant un 18/20 quasi parfait (mais avec un groupe réduit) en septembre 2003.

Les listes ci-dessous concernent les premiers matchs de compétition de la saison. Je ne tiens pas compte du match amical du mois d’août (le dernier date de 2013). En bleu, les joueurs retenus pour la phase finale, en orange ceux présents en septembre mais pas appelés en juin, en vert ceux dans la liste des 23 en juin mais qui n’étaient pas dans le groupe en septembre.

PNG - 129.1 ko
PNG - 134.4 ko
PNG - 88.1 ko
PNG - 81.9 ko
PNG - 80.3 ko
PNG - 82.1 ko

Que peut-on en déduire ? Qu’avoir un groupe presque au complet neuf mois avant la compétition n’est pas forcément une bonne idée. Les cinq phases finales qui ont précédé l’ère Deschamps ont débouché certes sur un excellent parcours en 2006, sur deux semi-échecs en 2004 et 2012 et sur deux fiascos en 2008 et 2010.

A contrario, Deschamps a été finaliste de l’Euro en 2016 et champion du monde en 2018 avec deux groupes renouvelés de plus d’un tiers. Mais il a calé en quart de finale en 2014 avec un turnover encore plus important (11 changements entre septembre et juin).

Il est donc délicat de tirer des conclusions de ce genre de statistiques (comme de toute autre, d’ailleurs). Mais si on regarde maintenant quelle était l’équipe type en fin de tournoi européen ou mondial, et combien, parmi ces onze titulaires, étaient présents en septembre, la donne change. En 2014, cinq finalistes au coup d’envoi avaient manqué le match de rentrée : Sakho et Varane derrière, Cabaye au milieu, Valbuena et Griezmann devant. C’est beaucoup. En 2016, ils n’étaient plus que deux : Umtiti et Payet. Et en 2018, ils étaient trois : Pavard, Hernandez et Varane.

En conclusion, on pourrait donc imaginer que la liste de septembre 2020 (qui peut encore évoluer d’ici le 5) contienne une quinzaine de joueurs qui seront présents à l’Euro en juin prochain, dont huit ou neuf titulaires. C’est une hypothèse audacieuse, compte tenu du contexte sanitaire qui va très certainement perturber la saison.

Sur cette liste 2020, on pourrait miser sur la présence à l’Euro de Lloris, Maignan, Varane, Mendy, Dubois, Upamecano, Kimpembe, Lenglet, Hernandez, Kanté, Griezmann, Ben Yedder, Giroud, Martial et Mbappé. Ce qui écarterait Mandanda, Digne, Sissoko, Rabiot, Camavinga, Nzonzi, Fekir et Ikoné. Mais bien sûr, la liste finale sera différente de celle-là. En neuf mois, il peut se passer beaucoup de choses : des joueurs blessés (la saison va être très longue, les reports de matchs nombreux), d’autres qui perdent leur place en club, des nouveaux qui arrivent (comme Nzonzi, Pavard et Hernandez avant 2018, Kanté et Umtiti en 2016 ou Griezmann, Schneiderlin et Cabella en 2014). Même si pour ce dernier point, on peut considérer que le sélectionneur a pris de l’avance en appelant trois nouveaux dès septembre.

Derniers livres parus



Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité