Nordisk Football : « Les Finlandais s’exportent de mieux en mieux, mais il manque un joueur qui crève l’écran »

Publié le 6 septembre 2021 - Bruno Colombari

Jadis adversaire facile pour les Bleus, la Finlande a changé de statut en s’imposant au Stade de France en novembre 2020 et en participant à la première phase finale de son histoire lors de l’Euro. Présentation des Hiboux Grands Ducs par Will, qui suit la Finlande pour Nordisk Football.

Will est l’un des deux rédacteurs de l’excellent site Nordisk Football qui suit l’actualité du football finlandais, notamment sur Twitter (@Veikkausliiga_F). Après la première phase finale jouée par les Hiboux Grands Ducs lors du dernier Euro, et avant de retrouver l’équipe de France à Lyon dix mois après l’avoir battue à Saint-Denis, il nous parle de ce football émergent sur la scène européenne.

La Finlande est la dernière équipe à avoir battu la France, et à domicile qui plus est. Comment ce résultat a-t-il été perçu là-bas ? Etait-il envisageable ?

Le football n’est pas le sport majeur en Finlande. Les Finlandais sont en effet beaucoup plus friands de hockey (plusieurs fois champions du monde) des sports mécaniques (Bottas, Raikonnen, Rallye...) et des sports d’hiver. La victoire contre la France puis la qualification pour une première compétition internationale a tout d’un coup mis le spotlight sur ce sport.


 

Pour la première fois de son histoire, la Finlande a participé à une phase finale à l’Euro, et a même gagné son premier match contre le Danemark, dans des circonstances particulières. Quel était l’état d’esprit des joueurs et du staff juste après le match à Copenhague ?

La victoire contre le Danemark a été totalement mise de côté suite à l’incident avec Eriksen. On ne saura jamais si on aurait gagné le match ou pas si cela ne s’était pas passé. Ceci étant dit, lors du match contre la Russie qui était le match le plus important du groupe, les Finlandais se sont dit pourquoi pas nous. Le petit poucet pouvait se qualifier pour les 8e.

Embed from Getty Images


Les deux matchs suivants ont été perdus face à la Russie et à la Belgique, tous deux à Saint-Petersbourg, tout près de la frontière finlandaise donc. Mais la Finlande n’a été éliminée qu’à la différence de buts, alors qu’elle avait autant de points (3) que la Russie et le Danemark. Aurait-elle pu aller loin ensuite, comme l’ont fait les Danois ?

Avant la victoire contre le Danemark on aurait tous signé pour un point sur le tournoi. La qualification étant inespérée, le but c’était de se faire plaisir pendant le tournoi. Après c’est vrai la qualification se joue à rien mais franchement, pas de regret, on était plus faible que le Danemark et la Belgique.

Embed from Getty Images


Où situer la Finlande par rapport aux autres pays nordiques, l’Islande, la Suède, la Norvège et le Danemark ?

Alors je ferais une différence entre le niveau du championnat et le niveau de la sélection nationale car la sélection est à 95% composée de joueurs évoluant à l’étranger. Globalement le Danemark et la Suède sont de loin les meilleurs nations. Ensuite la Norvège a un réservoir de talents fabuleux. L’Islande a des hauts et des bas mais plutôt sur la descente. Et nous on est sur la montée.

Quels sont les joueurs les plus prometteurs de cette génération ?

Les joueurs les plus prometteurs qui ont fait l’Euro sont Valakari et Forss qui ont 22 ans et Jensen qui a 23 ans. Aucun est titulaire incontestable. Trois autres jeunes ont été récemment appelés : Assehnoun et Kairinen (22 ans) et Hostikka 23 ans. Il y a des plus jeunes très talentueux : Tihi (19 ans), Skyttä (19 ans), Mömmö (19ans) et Antman (20 ans). Skyttä joue à Toulouse.

Embed from Getty Images


Les joueurs finlandais s’exportent-ils aussi bien que les Suédois, les Norvégiens ou les Danois dans les grands championnats européens ?

Les Finlandais s’exportent de mieux en mieux comme en attestent les récents départs de Mömmö à Lecce et Pyythiä à Bologne. Les jeunes cités précédemment sont déjà à l’étranger. Les meilleurs joueurs sont en Bundesliga (Hradecky) ou Premier League (Pukki) mais il manque un joueur comme Zlatan, Haaland ou Eriksen qui crèvent l’écran. Depuis Litmanen je pense, c’était le dernier.

Dans quel état d’esprit la Finlande aborde-t-elle l’équipe de France ?

Pas de pression. Je pense qu’on va bétonner derrière et tenter d’accrocher le nul.

Après l’Euro 2020, la Coupe du monde 2022 est-elle un objectif réaliste ?

J’espère, le groupe n’est pas facile mais pourquoi pas la deuxième place. C’est très ouvert, ce sera sûrement sur le match retour en Finlande face à l’Ukraine que ça se jouera. On a fait 1-1 là-bas.

Embed from Getty Images


 

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee

En savoir plus

Derniers livres parus

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité