Perdre à la maison : histoire des défaites à domicile en amical

Publié le 19 février 2024 - Bruno Colombari

Etre battu en amical sur son propre terrain n’est pas une catastrophe, mais comme désormais les Bleus jouent quasiment tous leur matchs sans enjeu à domicile, penchons-nous sur ces défaites vite oubliées.

2 minutes de lecture

Sur 307 matchs amicaux joués à domicile depuis 1904, les Bleus en ont perdu 85, soit 28%. Un chiffre bien sûr à relativiser par le fait que la moitié de ceux-ci remontent à avant 1940, où l’équipe de France perdait une fois sur deux en amical à domicile (42 fois sur 83), à une époque où les matchs de compétition étaient rarissimes.

Depuis 1940, il y a eu autant de défaites en amical à domicile (43) mais sur presque trois fois plus de matchs (224), ce qui fait tomber la proportion à 19%. Et si on restreint la focale à la période Deschamps, depuis août 2012 (soit 149 matchs, 16% du total), cette part descend encore, mais pas de façon flagrante (17,5%). La raison est simple à trouver : en amical depuis bientôt douze ans, les Bleus ont joué 40 fois sur 55 à domicile. Avec des niveaux de motivation et de concentration aléatoire, et la plupart du temps un taux de rotation des joueurs très élevés d’un match à l’autre.

PNG - 155.5 kio

La dernière défaite à domicile en amical remonte au 11 novembre 2020 contre la Finlande (0-2), dans un Stade de France à huis clos à cause de la crise sanitaire. Et l’avant-dernière, c’était le 23 mars 2018 face à la Colombie (2-3). On remarquera d’ailleurs que le bilan de Deschamps à domicile en amical est un peu moins bon en amical qu’en compétition, où il n’a perdu que 11 fois sur 78 (14%), contre 7 fois sur 40 (17,5%) en amical, on l’a vu. Et encore, ce bilan s’est nettement amélioré, car l’actuel sélectionneur a dû attendre 14 mois avant de gagner en amical à la maison, après trois échecs initiaux (Uruguay 0-0 en août 2012, Japon 0-1 en octobre 2012 et Allemagne 1-2 en février 2013). Le Brésil (1-3) et la Belgique (3-4) en 2015, ainsi que l’Espagne (0-2) en 2017 complètent le tableau.


 

Sur les 67 adversaires accueillis en match amical depuis 1904, 31 d’entre eux ont gagné au moins une fois contre l’équipe de France. La grande spécialiste du genre est l’Angleterre, avec 14 victoires (pour seulement 7 défaites), mais 12 d’entre elles datent d’avant-guerre, l’équipe de France ne l’ayant emporté qu’une fois, en 1921. La dernière défaite à domicile face aux Three Lions date de juin 1997 (0-1 à Montpellier).

La Belgique arrive ensuite avec 10 victoires pour 10 défaites, mais avec un historique bien différent de celui des Anglais. Les Belges ont d’abord remporté leurs trois premiers matchs en France, puis ont perdu 11 des 14 suivants entre 1912 et 1947. Mais depuis, c’est à nouveau très compliqué pour les Bleus qui ont perdu 5 fois sur 12 et 7 nuls ! En clair, la dernière victoire française à domicile et en amical contre la Belgique remonte au 1er juin 1947 (4-2 à Colombes). Heureusement qu’entre temps les Bleus ont gagné deux fois en compétition, en avril 1981 (3-2) et en juin 1984 (5-0). Et ils n’ont plus perdu à l’extérieur depuis décembre 1964 (0-3), restant sur trois victoires et un nul en 2013.

D’autres adversaires ont un bilan positif contre la France à domicile en amical, comme la Tchécoslovaquie (5 victoires pour 3 défaites en 10 matchs), l’Italie (4 victoires pour 3 défaites en 13 matchs), le Brésil (4 victoires pour 2 défaites en 8 matchs) ou l’Argentine (3 victoires et 1 défaites en 5 matchs), pour n’évoquer que ceux qui ont gagné au moins trois fois. L’Espagne a un bilan en équilibré (6 victoires, 6 défaites en 15 matchs), tout comme l’Autriche (4 victoires et 4 défaites en 9 matchs).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dossier spécial Jeux olympiques