Le premier but face aux Anglais, une histoire à rebondissements

Publié le 10 mai 2021 - Matthieu Delahais

S’il a fallu huit matches pour que la France gagne enfin contre l’Angleterre, le premier but des Tricolores a été long à venir aussi, à la 87e minute du quatrième match entre les deux nations. Mais était-ce vraiment le premier but des Français ?

L’histoire du football français avant la première guerre mondiale est complexe, puisque plusieurs organismes vont gérer l’équipe de France. C’est tout d’abord l’USFSA (Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques), qui entre 1904 et 1908 est en charge de l’équipe de France. Mais suite à un conflit, l’Union quitte la FIFA et laisse la main au CFI (Comité Français Interfédéral) qui à partir de 1909 devient l’organisme officiel du football français. Mais cela ne va pas empêcher l’Union de continuer à jour des matches. Tout comme la FGSPF (Fédération Gymnaste et Sportives des Patronages de France) avait joué un match face à une équipe anglaise en 1907…

7 mars 1905 : premier but non officiel

C’est au Parc des Princes que les Français reçoivent leurs voisins d’outre-Manche le 7 mars 1905. Le résultat est sans équivoque (5-1 pour les Anglais), mais les Français réussissent à marquer un but. Pourtant, ce but tout comme ce match ne sont pas reconnus officiellement. En effet, les Anglais n’avaient pas encore adhéré à la FIFA (ils ne le feront qu’en 1906), ce qui excluait le caractère officiel de cette rencontre.

Et dans un sens, ce n’est peut-être pas plus mal. Parce que la réalisation française résultait de la glissade d’un joueur hors-jeu, entrainant la chute du gardien adverse, et conclue d’un tir victorieux. En voici la description donnée par L’Auto le lendemain du match : « Royet en passant à gauche, glisse et tombe dans les jambes du gardien de but venu sur lui ; celui-ci culbute, laissant le but vide et le ballon devant. Cyprès s’empresse de l’envoyer dans les filets. (…) Pourquoi sommes-nous moins joyeux ? C’est que le but n’a pas été marqué franchement, c’est le résultat d’un accident, voilà tout ; le hasard et non la science du jeu à servi nos couleurs. Faut-il dire aussi que, de son propre aveu, Royet était hors-jeu avant sa chute ? »
Marquer officiellement un premier but à nos pires ennemis de cette façon n’aurait pas été très glorieux…

21 janvier 1907 : premier but et victoire d’une autre fédération

Le 21 janvier 1907, la FGSPF organise un match international face à l’équipe anglaise de North London AFC. Il est à noter que seule l’USFSA était autorisée à organiser des rencontres internationales et avait tout fait pour empêcher cette rencontre. Dans les jours précédents l’opposition, l’USFSA avait également bien dénigré les joueurs des Patronages.

Mais à la surprise générale, l’équipe française s’impose 4-3, ce qui est un véritable exploit face à une équipe anglaise à cette époque. L’Auto précise que la blessure au genou du portier anglais a bien aidé la FGSPF, mais reconnait la qualité de ses joueurs. L’auteur du premier but est un certain Gavart, qui sur un débordement a décidé de tirer plutôt que de centrer.

Ce match sera le seul disputé par une équipe de France estampillée FGSPF. En effet, son président, le docteur Michaux, qui avait soigné le gardien anglais durant la mi-temps, fonde quelques semaines plus tard le CFI (Comité Français Interfédéral), son objectif étant de rassembler toutes les Fédérations sous une même bannière. Un peu plus d’un an plus tard, le CFI prendra en charge l’équipe de France, lorsque l’USFSA décidera de quitter la FIFA qui ne respectait pas assez à ses yeux les valeurs de l’amateurisme.

L’Auto du 17 avril 1910 (via BNF Gallica)


16 avril 1910 : le premier but officiel

Le 16 avril 1910, l’équipe de France rencontre l’Angleterre à Brighton. C’est la seconde fois depuis la prise en charge de la sélection par le CFI que les deux nations se retrouvent. Un an plus tôt, les Français s’étaient inclinés 0-12 à Gentilly. Les choses ne sont guère différentes cette fois-ci, puisque les Anglais passent encore 10 buts à l’équipe France. Mais les Français réussissent toutefois à marquer en fin de rencontre grâce à Auguste Tousset selon la presse française, mais à Henri Mouton selon la presse anglaise.

Ce match intervient en plein pendant le conflit opposant l’USFSA au CFI. L’Auto étant plus pro USFSA, ce match n’est résumé qu’en quelques lignes dans les dernières pages de l’édition du 17 avril. Le résultat est annoncé comme étant attendu même s’il est jugé honorable pour les Français. Les qualités de la défense sont mises en avant, mais la lenteur de la ligne des avants est aussi soulignée. Et le nom du buteur n’est même pas cité.

La description de ce but historique pour la France est donnée dans Football : « Tout à coup, silence absolu, le ballon bien shooté par Ducret arrive à Tousset, qui passe à Mouton ; celui-ci, gêné par un arrière anglais le repasse à Tousset qui shoote à ras de terre. Le goal anglais saute sur le ballon, se relève, et rentre dans ses filets avec le ballon, Tousset et le petit Mouton, c’est du délire. »

La description semble bien montrer que Tousset est l’auteur du but. Mais comme il était encore permis de charger le gardien à cette époque, on peut supposer que Mouton a apporté sa contribution en poussant le portier anglais. Dans le livre L’intégrale de l’équipe de France de football (Jean-Michel et Pierre Cazal, Michel Orregia), les auteurs ajoutent que pour le journal anglais The Referee ce but avait été offert par nos hôtes qui menaient déjà 10-0.

JPEG - 70.2 ko
L’équipe anglaise amateur représentant la Grande-Bretagne aux JO de Londres en 1908.


23 mars 1911 – L’USFSA finit aussi par marquer face aux Anglais

L’USFSA, en marge de la FIFA depuis 1908, va continuer à disputer des rencontres internationales, principalement contre l’équipe anglais de l’AFA (Amateur Football Association). Elle encaisse successivement 8 buts en 1909, puis 20 en 1910 sans en rendre un seul à son adversaire. Ce n’est que le 23 mars 1911 qu’Albert Eloy (qui jouera aussi deux fois avec la « vraie » équipe de France en 1913 et 1914) marque enfin un but à nos voisins, même si l’UEFSA s’incline encore (1-3).

Quelques mois plus tard, le 1er janvier 1912, l’USFSA est à nouveau battu sèchement à l’extérieur cette fois (1-7). Mais le compte-rendu du lendemain commence par « C’est la première fois que le team de l’U.S.F.S.A. marque un but sur le sol anglais ; il y a deux ans à Brighton, Mouton rentra un but pour le C.F.I. contre le team des amateurs de la Football Association. »

En dépit du doute persistant sur l’auteur du but du CFI (Mouton ici, Tousset par ailleurs), on sent l’importance de ces premiers buts marqués face aux maîtres qui étaient déjà une sorte de reconnaissance pour nos footballeurs en ces temps anciens.

pour finir...

Merci à Raphaël, Hugo et Pierre pour leur aide dans les recherches qui ont permis l’écriture de cet article.

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee

Derniers livres parus

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité