2019, un bilan en bleu (4/6) : le milieu

Publié le 14 décembre 2019

Seulement six milieux de terrain appelés par Didier Deschamps, aucun nouveau puisque Mattéo Guendouzi n’a pas joué : malgré les absences de Kanté et Pogba, l’entrejeu français n’a pas été bouleversé en 2019.

JPEG - 65.1 ko

Quatre champions du monde (Kanté, Matuidi, Pogba et Tolisso), un joueur lancé fin 2018 (Ndombele) et un revenant (Sissoko) : hormis la mise à l’écart de Steven Nzonzi, le milieu de terrain des Bleus n’a quasiment pas bougé cette année. Il aurait pu accueillir un nouveau membre si Mattéo Guendouzi, appelé en septembre puis en novembre, avait eu l’occasion d’étrenner sa première cape, mais Didier Deschamps en a décidé autrement.

L’occasion aurait pourtant été belle de lancer de nouveaux joueurs (Houssem Aouar, entre autres). D’abord parce que l’adversité s’y prêtait, avec des matchs a priori faciles contre la Moldavie et Andorre, et ensuite parce que les trois titulaires de la Coupe du monde ont été absents lors de plusieurs rassemblements : Kanté en juin, septembre et octobre, Pogba en septembre, octobre et novembre et Matuidi en novembre. Mais après avoir fait appel à Tanguy Ndombele contre la Bolivie et Andorre en juin, Didier Deschamps a installé Corentin Tolisso lors des six derniers matchs de la saison et Moussa Sissoko pour palier l’absence de Kanté à l’automne.

Tolisso le plus utilisé

La rotation a donc été intense, même si elle n’a porté que sur six joueurs. C’est finalement Corentin Tolisso qui totalise le plus de titularisations (6) et le plus de minutes jouées (540, soit 55% du total). Il a même marqué son premier but en sélection contre l’Albanie en novembre. Blaise Matuidi a lui aussi été titulaire a six reprises, mais il n’a joué que trois matchs en entier et compte un temps de jeu moindre (49%). Derrière lui vient Moussa Sissoko, que Didier Deschamps a convoqué pour les cinq rassemblements de l’année et qui a joué sept fois, dont seulement deux comme remplaçant.

Des trois titulaires de 2018, Kanté et Pogba ne semblent pas menacés par la concurrence, même si des absences prolongées en sélection peuvent finir par coûter cher, comme l’ont expérimenté en défense Laurent Koscielny en 2018 et Samuel Umtiti cette année. La situation de Blaise Matuidi est plus tangente : peu utilisé en juin (24 minutes contre la Bolivie et une mi-temps en Turquie), il a été forfait en novembre et assez peu convaincant en octobre. L’alternative d’un 4-2-3-1 avec quatre vrais joueurs offensifs pourrait lui être fatale, mais la blessure de Kingsley Coman en décembre va réduire les options possibles pour le sélectionneurs. Reste Thomas Lemar ou éventuellement Jonathan Ikoné.

Vers un 4-3-3 au premier tour de l’Euro ?

Une autre option avec trois milieux serait de conserver Tolisso, satisfaisant lors des six matchs qu’il a joués et qui pourrait être associé à Kanté et Pogba. Une configuration jamais testée cette année en raison des absences des deux derniers cités, et sans doute plus technique que celles mises en place à Konya en juin (Matuidi, Pogba, Sissoko) ou contre l’Islande et la Turquie en octobre (Matuidi, Tolisso et Sissoko). Compte tenu du premier tour très relevé qui attend les Bleus en juin 2020, l’hypothèse d’un entrejeu à trois est tout de même la plus probable, quitte à faire entrer un joueur plus offensif en cours de match. C’est ce que Didier Deschamps avait fait contre la Turquie à Saint-Denis (Lemar à la place de Matuidi) et à Konya (Coman pour Matuidi).

Dernier livre paru

Sites partenaires


Trophée virtuel spécial Euro


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


273 matchs des Bleus en intégralité