Bleu de presse #45

Publié le 13 octobre 2021 - Bruno Colombari

Des excuses à la Ligue des Nations, des nouvelles de Benjamin Mendy, la controverse Mbappé, les coulisses de la finale, Tchouaméni qui se place et un calendrier démentiel avant la Coupe du monde 2022 : voici la revue de presse hebdomadaire de l’équipe de France.

Pour commencer, et parce qu’ici aussi, on a beaucoup grimacé sur le concept de Ligue des Nations, l’article d’Eric Maggiori sur le site de SoFoot qui présente ses excuses. Lui non plus n’y croyait pas au début : « En gros, cela restait des matchs amicaux, sauf qu’à la fin, on fait des classements et on offre un joli trophée en plastique au vainqueur. » Mais en Italie, les quatre matchs ont donné beaucoup de spectacle et d’émotions, avec des rebondissements en cascade. « Alors certes, lorsque l’on entend Karim Benzema dire qu’il rêvait d’un trophée en Bleu et qu’il en a enfin un, on est obligé d’esquisser un sourire, bien conscients qu’en matière de prestige et d’aura, une Ligue des nations ne vaudra jamais un Euro ou un Mondial. » Mais, admet Maggiori (et moi avec), « Pour la frappe d’Hernández, pour le bijou de Benzema, pour les jambes en feu de Mbappé, pour les émotions vécues alors qu’on aurait pu se coltiner un France-Liechtenstein en amical, nous tenons à présenter nos excuses à la Ligue des nations. »

Maxime Dupuis et Martin Mosnier reviennent sur l’action du but de Kylian Mbappé et la décision de l’arbitre Anthony Taylor de le valider malgré une position initiale de hors-jeu au moment de la passe de Théo Hernandez. « On automatise tout sans chercher à comprendre », constate Maxime Dupuis. « Ce n’est pas une passe en retrait d’Eric Garcia. Là c’est un tacle, il se jette pour intercepter le ballon, il ne remet pas délibérément Mbappé en jeu. C’est là où le bât blesse. » Car, comme le conclut Martin Mosnier, « C’est l’essence du VAR et de l’arbitrage vidéo, on a voulu régler des problèmes qui n’existaient pas vraiment, en se disant que comme c’est la vidéo qui va décider, ce sera réglé. Or il y a toujours un homme pour décider. Autant que ce soit l’arbitre qui le fasse. »

Grégory Fortune s’est demandé dans quelle mesure Griezmann, Mbappé et Benzema n’allaient pas bientôt effacer des records la génération de Zidane. Benzema devrait prendre la cinquième place du classement des buteurs à David Trezeguet bientôt, Antoine Griezmann est encore dans les temps pour aller chercher le record de buts de Henry (41 à 51), sans parler de Kylian Mbappé qui peut viser les deux catégories puisqu’il compte 51 sélections et 19 buts avant ses 23 ans.

Vous voulez savoir ce qui s’est passé avant et après la finale de la Ligue des Nations, et aussi à la mi-temps ? Guillaume Bigot, le JRI de la FFF, a suivi les Bleus au plus près dimanche soir à San Siro. Das ces 12 minutes, on voit Deschamps exhorter les joueurs à se calmer, à trouver la bonne passe à la récupération et à avoir plus de disponibilité. Et Pogba d’ajouter « il faut être agressif. Ça commence de devant, tout le monde. Quand on a le ballon, on le garde et on va leur faire mal. On fait un vrai pressing ». Rien de révolutionnaire donc, mais on a retrouvé le Pogba de 2018, pas celui qui pestait contre tout le monde à l’Euro dernier. A la fin du match, en allant saluer les supporters, il disait : « on joue les matchs pour ça. Et on monte, et on progresse. » Et Deschamps de saluer « l’état d’esprit, le caractère » de ces joueurs. « Qu’est-ce qu’on est bien ! » Mieux que le 28 juin, c’est sûr.

  • Le film des coulisses d’Espagne-France (vidéo FFF) en 12 minutes, par Guillaume Bigot sur la chaîne YouTube de la FFF


 

Il n’était pas sur la pelouse à San Siro, où il évolue avec l’AC Milan chaque semaine depuis le début de la saison, mais Olivier Giroud avait quelque chose à dire sur les Bleus, et il l’a fait sur la chaîne de la Série A italienne. Il a notamment évoqué le gardien Mike Maignan, titulaire chez les Rossoneri (où il a remplacé Donnarumma) et numéro deux en sélection. « Je pense qu’il deviendra le gardien titulaire de l’équipe de France quand Lloris partira, il est très talentueux ». Et il est meilleur dans le jeu au pied, serait-on tenté d’ajouter.

Pour BeIn Sports, pas besoin de chercher un successeur ou un remplaçant à N’Golo Kanté. Il existe et il s’appelle Aurélien Tchouaméni. « A 21 ans, son profil est idéal, tant sur le plan sportif qu’humain. Face aux concurrences de N’Golo Kanté et Paul Pogba, deux des cadres les plus importants des Bleus, il ne peut absolument rien réclamer. Au contraire, il affirme avec un logique appétit son immense bonheur d’occuper ce rôle. » Par contre, il peut prendre la place d’un autre… « Si le schéma avec ces deux milieux axiaux est maintenu, Tchouaméni paraît même commencer à prendre une longueur d’avance sur Adrien Rabiot, qui a l’avantage de pouvoir être décalé en piston ». Davantage que Jordan Veretout en tout cas. Si concurrence il y a, elle pourrait plutôt devenir de Corentin Tolisso, Mattéo Guendouzi ou Eduardo Camavinga. Bref, dans ce secteur de jeu, Didier Deschamps a l’embarras du choix.

Tchouaméni nouvelle doublure de Kanté, c’est validé sur Be InSports le 12 octobre

On voudrait dévaloriser la Coupe du monde qu’on ne s’y prendrait pas autrement : l’UEFA a envoyé en juillet dernier une circulaire à ses 55 fédérations membres annonçant que les internationaux seront à la disposition de leur sélection le 14 novembre 2022, soit tout juste une semaine avant le match d’ouverture (prévu le 21 novembre), expliquent Arnaud Hermant et Damien Degorre sur le site de L’Equipe. Rappelons que le calendrier international de 2022 ne ressemble déjà à rien, avec un créneau pour des amicaux en mars (pendant les barrages pour les équipes ayant terminé deuxièmes de leur groupe qualificatif), quatre (!) matchs en juin (du 2 au 14) dans le cadre des qualifications pour la Ligue des Nations 2023, et les deux derniers début septembre. Les sélections européennes qualifiées arriveront donc au Qatar quelques jours avant le début du tournoi. Dans quel état de préparation ? Déjà très controversée suite au choix du Qatar et à la nécessité de décaler les dates à la fin de l’automne, menacée de boycott en raison des milliers de décès sur les chantiers, cette édition 2022 est décidément très mal partie.

  • Les internationaux ne seront libérés qu’une semaine avant la Coupe du monde 2022, sur le site de L’Equipe le 12 octobre par Arnaud Hermant et Damien Degorre.

Pendant que les Bleus fêtent leur victoire en Ligue des Nations, Benjamin Mendy, champion du monde 2018, se morfond dans une cellule de la prison privée d’Altcourse, à Liverpool. Pour la troisième fois, sa demande de libération sous caution a été rejetée, et l’incarcération à titre provisoire, commencée le 27 août, continue. « Mendy a comparu à Chester, et c’est là-bas qu’il a encore rendez-vous, le 15 novembre, pour une nouvelle audience judiciaire, lors de la quelle il devrait dire s’il plaide coupable, ou non coupable, des faits dont il est suspecté. S’il plaide non coupable, le défenseur français sera jugé à partir du 24 janvier. » Alban Traquet précise que les détenus travaillent « 40 heures par semaine », pour un salaire de 7 livres (contre 100.000 euros par semaine à Manchester City).

  • La vie au quotidien en prison de Benjamin Mendy par Alban Traquet, dans L’Equipe du 11 octobre

On termine par un tweet des Irrésistibles Français qui ont bien mérité d’être salués par les Bleus après la finale dimanche, un gros progrès par rapport à l’attitude des champions du monde à Moscou le 15 juillet 2018 :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SOUTENEZ LE SITE

Si vous appréciez les contenus de Chroniques bleues, vous pouvez apporter votre contribution, à partir de un euro.

En savoir plus

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee