Ces Bleus omnisports

Publié le 17 janvier 2023 - Matthieu Delahais - 1

Si les Bleus sont les meilleurs joueurs français de football, cela ne les empêche pas de briller dans d’autres sports. Pour certains, cela leur a servi de tremplin vers le métier de footballeur ou les a aidés à parfaire leur condition physique. Pour d’autres, ce n’est qu’après leur carrière qu’ils se sont ouverts, avec succès, à d’autres disciplines.

3 minutes de lecture

De nombreux sports sont dérivés du football. Wissam Ben Yedder (19 sélections depuis 2018) a ainsi commencé par jouer au futsal avant de partir sur les gazons. Sa carrière en salle l’a vu porter le maillot de l’équipe de France de la discipline (six sélections et trois buts entre 2008 et 2010) une petite dizaine d’années avant qu’il ne devienne international de l’équipe de France de football.


 

Du hockey avec Davy, du basket avec Sahnoun, du beach-soccer avec Canto

Eric Cantona (45 capes entre 1987 et 1995) a suivi le chemin inverse, puisqu’à l’issue de sa carrière de footballeur professionnel terminée en 1997, il s’est passionné pour le beach soccer (1997-2010). Il devient même sélectionneur-joueur (2004-2010) de l’équipe nationale avec laquelle il est sacré champion du monde en 2005. D’autres anciens internationaux (Stéphane Porato (1 sélection en 1999), Vincent Guérin (19 entre 1993 et 1996), Bruno Germain (1 en 1987) ou encore Laurent Fournier (3 en 1992)) vont suivre ses traces et porter la tunique bleue à la plage après l’avoir défendue sur les gazons.

Si la NBA fait passionne de nombreux Bleus, un ancien international s’est illustré au basket il y a un peu plus de cinquante ans. Omar Sahnoun (6 sélections de 1977 et 1978) a en effet pratiqué le handball puis cette discipline, avant de rejoindre les pelouses. En 1968, il remporte la finale nationale de basket des Benjamins.

Pour terminer avec les sports collectifs, il convient de parler de Jacques Davy qui a joué en 1904 le premier match de l’histoire de l’équipe de France au poste de demi-centre. En plus de pratiquer le football à l’US Parisienne, il était gardien au Hockey Club de Paris et a également été international dans ce sport.

Blanc, Boghossian et Ginola, les princes du golf

Camel Mériem (3 capes entre 2004 et 2005), une fois les crampons remisés, va continuer à pratiquer son art sur les greens de footgolf. Le principe est le même qu’au golf, mise à part qu’il se pratique avec un ballon de foot et que la taille des trous est adaptée. Il remporte ainsi la coupe de France en 2021 (19 ans après avoir remporté la coupe de Ligue avec Bordeaux), se classe deuxième du championnat de France et pointe à la 58e place du classement mondial de footgolf.

Le golf est un sport souvent évoqué lorsque l’on parle des loisirs des footballeurs. Laurent Blanc (97 sélections de 1989 à 2000) avoue ainsi qu’il y jouait une à deux fois par semaine et qu’il avait atteint le handicap 8, ce qui est un peu moins bien que David Ginola (17 matchs en Bleu entre 1990 et 1995) qui a un handicap 5.1. Mais le spécialiste est sans conteste Alain Boghossian (26 capes, 1997-2002) qui voit le golf comme une véritable évasion et a un handicap de –0,6. Il participe même à l’épreuve professionnelle du Master 13 sur l’Alps Tour de 2007 puis est nommé capitaine de l’équipe de France des Boys. En juin 2022, il est sacré champion de France dans la catégorie Séniors.


 

Coupet et le marathon, Papin et le vélo, Liza et le jiu-jitsu brésilien

Dans une toute autre discipline, on peut citer Bixente Lizarazu (international à 97 reprises de 1992 à 2004), champion d’Europe de jiu-jistu brésilien en 2009, catégorie vétérans ceintures bleues niveau 1 poids légers. Le consultant de TF1 passe ceinture violette en 2010 et obtient la noire en 2016.

La course à pied, devenue phénomène de mode ces dernières années, a séduit aussi beaucoup d’ancien Bleus. On peut citer Jean-Pierre Papin (53 sélections, 1986-1995) sur 10 kilomètres, même si son sport de prédilection est plutôt le vélo, ou Grégory Coupet (34 matchs en Bleu, 2001-2008) qui a couru le marathon de New-York en 5 heures et 23 minutes en 2014 et a participé à plusieurs Iron-man. Paul Le Guen (17 capes, 1993-1995) apprécie aussi ce genre de sport puisqu’il a participé au marathon des sables par équipe en 2014 où il se classe troisième avec ses partenaires (240 kilomètres sur 6 jours courus en 22 heures et 28 minutes). La performance la plus remarquable est sans doute à mettre à l’actif de Jean-Paul Bertrand-Demanes. L’ancien portier nantais s’est remis au triathlon après avoir vaincu un cancer et même couru l’Iron-Man de Nice.

D’autres Bleus ont plus été séduit par le frisson de la vitesse procuré par le sport automobile. Fabien Barthez (87 capes) est ainsi devenu champion de France de Grand Tourisme en 2013. Pour leur part, Raymond Kopa (48 sélections) et Michel Hidalgo (1 sélection) ont participé au Paris-Dakar en tant que copilote. Le Ballon d’or 1958 a accompagné Etienne Smulevici (Mitsubishi) en 1985 (71e au classement auto) tandis que l’inventeur du carré magique a terminé à une plus qu’honorable place (21e au classement auto) en 1991 avec Thierry Delli-Zotti (Mitsubishi).


 

Avant-guerre, des athlètes complets

On trouve la trace des performances de nombreux Bleus plus anciens dans les épreuves de courses. Victor Hitzel (une sélection en 1903), par exemple, a terminé la marche du Petit Matelot (40 kilomètres) à 14e place sur 1300 en 1903. Jean Pacot (une cape en 1909) était un spécialiste du 100 mètres tout comme du saut en longueur et du billard. Jules Cottenier (international à quatre reprises entre 1932 et 1934) a gagné le 4 fois 250 mètres au Challenge Interligue. Maurice Mercey (retenu une fois en 1920) a été international sur pistes et champion de Paris sur 400 mètres plat mais aussi en saut en longueur. Joseph Gonzales (une sélection en 1936) a remporté le 800 mètres d’Oranie le 1er juillet 1933.

Dans les sports athlétiques, on peut aussi citer Ernest Tossier (une cape en 1909), champion régional de lancer de poids en 1905, mais aussi champion des Patronages de lancer de disque en 1910 avec un jet à 32,02 mètres. Hervé Marc (une sélection en 1930) est champion de Bretagne de saut en longueur à la fin des années 1920. Raoul Diagne (18 sélections de 1931 à 1940) est champion scolaire de saut en hauteur (1,75 mètre) et en longueur en 1929.

pour finir...

Merci à Pierre Cazal et François Da Rocha Carneiro dont la connaissance des Bleus m’a aidé pour l’écriture de cet article, ainsi qu’à Richard Coudrais pour les infos complémentaires et Raphaël Perry et son livre Bleus Ephémères qui a été une mine d’informations.

Vos commentaires

  • Le 17 janvier 2023 à 15:22, par Nhi Tran Quang En réponse à : Ces Bleus omnisports

    n’oubliez pas que barthez s’est lancé dans le sport automobile, il a été champion de France en voiture GT en 2013, et en 2016 il créé avec Olivier Panis sa propre écurie automobile avec laquelle son écurie obtient en 2022 une 2ème place au classement de l’European Le Mans Series

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.