Ukraine, Finlande, Bosnie et Kazakhstan sur la route des champions du monde

Publié le 7 décembre 2020, mis à jour le 8 décembre 2020 - Bruno Colombari

Le tirage au sort de la phase éliminatoire de la zone Europe n’a pas été d’une originalité folle : deux équipes rencontrées cette année en amical (Ukraine et Finlande), la Bosnie croisée en 2011 et un nouveau, le Kazakhstan. Mais c’est un tableau facile.

Avant chaque tirage au sort, j’espère que les Bleus rencontreront de nouveaux adversaires, ou du moins ceux qui n’ont pas été croisés récemment. Par exemple, le Kosovo, la Macédoine du Nord ou le Montenegro étaient dans la première catégorie, alors que l’Irlande du Nord, la République tchèque, la Hongrie ou la Slovaquie émargeaient dans la deuxième.

Raté ou presque : en 2021 les Bleus retrouveront leurs deux protagonistes des amicaux de l’automne, à savoir l’Ukraine et la Finlande. S’ajoutent un habitué de phases qualificatives, la Bosnie, rencontrée en 2010-2011, et quand même un petit nouveau, le Kazakhstan. Initialement, la Biélorussie et la Lituanie avaient été tirées, puis ont été déplacées dans le groupe E pour ne pas se trouver avec la Finlande (pays nordique). Le Kazakhstan ne devait pas rencontrer plus d’un équipe d’Europe de l’ouest (à cause des grandes distances) et la France était la seule dans ce cas dans son groupe.

Hormis cette déception, l’équipe de France hérite d’un groupe généreux : l’Ukraine est 24e au classement FIFA, la Finlande 54e, la Bosnie 55e et le Kazakhstan pointe à la 122e place. Rien de bien inquiétant donc.

La réaction de Didier Deschamps après le tirage au sort. Avec un excellent livre devant lui !


L’Ukraine, plutôt un bon client

Même si le carton d’octobre dernier (7-1 en amical) est trompeur tant la sélection ukrainienne était diminuée par le Covid, il n’est pas exclu qu’il laisse des traces quand les deux équipes se croiseront à nouveau en 2021. En dix confrontations, l’Ukraine n’a gagné qu’une fois, en 2013 à Kiev en barrages aller pour la Coupe du monde au Brésil. Les Bleus comptent six victoires, pour trois nuls. Bilan largement positif donc, notamment à la différence de buts (21-6).

#genredatevilleadversairescore
859 Amical 07/10/20  Saint-Denis Ukraine 7-1
774 qCM 19/11/13 Saint-Denis Ukraine 3-0
773 qCM 15/11/13 Kiev Ukraine 0-2
754 Euro T1 15/06/12 Donetsk* Ukraine 2-0
740 Amical 06/06/11 Donetsk Ukraine 4-1
696 qEuro 21/11/07 Kiev Ukraine 2-2
688 qEuro 02/06/07 Saint-Denis Ukraine 2-0
646 Amical 06/06/04 Saint-Denis Ukraine 1-0
581 qEuro 04/09/99 Kiev Ukraine 0-0
576 qEuro 27/03/99 Saint-Denis Ukraine 0-0


 

La Finlande, adversaire préféré jusqu’en novembre dernier

Les hommes de Markku Kanerva peuvent se vanter d’être les derniers en date à avoir battu les champions du monde en titre, ce qui ne leur était jamais arrivés. Jusqu’à novembre dernier, ils avaient même perdu huit fois sur huit contre les Bleus, et postulaient au titre d’adversaire préféré de l’équipe de France. Mais deux buts de Forss et Valakari en trois minutes auront suffi pour qu’ils réalisent un exploit historique dans un Stade de France vide. En compétition, et avec les titulaires, ce sera sûrement une autre histoire.

#genredatevilleadversairescore
862 Amical 11/11/20 Saint-Denis Finlande 0-2
772 qCM 15/10/13 Saint-Denis Finlande 3-0
758 qCM 07/09/12 Helsinki Finlande 1-0
562 Amical 05/06/98 Helsinki Finlande 1-0
537 Amical 29/05/96 Strasbourg Finlande 2-0
514 qCM 08/09/93 Tampere Finlande 2-0
508 qCM 14/11/92 Paris (Parc) Finlande 2-1
269 qCM 28/09/61 Paris (Parc) Finlande 5-1
262 qCM 25/09/60 Helsinki Finlande 2-1


 

Contre la Bosnie, des matchs plutôt serrés

L’équipe de Miralem Pjanic (qui sera sûrement ravi de croiser les Bleus) est un bon souvenir pour Laurent Blanc : c’est à Sarajevo qu’il avait obtenu sa première victoire en tant que sélectionneur, après deux défaites initiales en Norvège et à domicile contre la Biélorussie. Curieusement d’ailleurs, les deux succès français contre les Bosniens ont eu lieu à l’extérieur, alors qu’à domicile, les Bleus ont été accrochés sur le même score, la première fois pour les débuts de Raymond Domenech.

#genredatevilleadversairescore
746 qEuro 11/10/11 Saint-Denis Bosnie 1-1
732 qEuro 07/09/10 Sarajevo Bosnie 2-0
679 Amical 16/08/06 Sarajevo Bosnie 2-1
651 Amical 18/08/04 Rennes Bosnie 1-1


 

Le Kazakhstan, la grande inconnue

Il faisait partie des sept sélections européennes jamais rencontrées par l’équipe de France avec le Kosovo, le Montenegro, la Macédoine du Nord, le Liechtenstein, Gibraltar et Saint-Marin. Ce sera la 90e sélection rencontrée depuis 1904. Le Kazakhstan, qui a rejoint la FIFA en 1994, fait partie de ces ex-républiques soviétiques qui sont affiliées à l’UEFA.

En 210 matchs disputés, il en a gagné 50 (pour 110 défaites), pour la plupart contre des sélections modestes d’Asie, mais il a battu l’Ecosse en mars 2019 (3-0) à Astana, et la Hongrie 3-2 un an plus tôt, à l’extérieur. Attention donc.

Noursoultan (ex-Astana), la capitale, est à 4760 kilomètres à vol d’oiseau de Paris, ce qui en fera le déplacement le plus long dans le cadre d’un match européen. Elle se situe au nord du Pakistan, et à 600 kilomètres de la frontière occidentale de la Chine. C’est la capitale la plus froide du monde en hiver après Oulan-Bator en Mongolie. Autant dire que les Bleus devront éviter d’y aller en mars ou en novembre, ce qui ne laisse que le mois de septembre comme possibilité.

L'Astana Arena (30 000 places), son toit-verrière et sa pelouse synthétique.
L’Astana Arena (30 000 places), son toit-verrière et sa pelouse synthétique.

Le calendrier connu mardi soir

L’équipe de France disputant en octobre le carré final de la Ligue des Nations, elle se retrouve dans un groupe de 5 avec donc huit matchs à jouer. Il y en aura trois en mars, trois en septembre et deux en novembre. Le calendrier détaillé est désormais connu.

Le premier de chacun des dix groupe sera qualifié directement pour la Coupe du monde (novembre-décembre 2022 au Qatar), le deuxième passera par un en barrage en mars 2022 sur deux tours (12 équipes, 6 au second, 3 qualifiées). Les dix deuxièmes des groupes sont rejoints en barrages par les deux meilleures équipes de Ligue A en Ligue des Nations, à savoir la France et la Belgique.

Des champions en titre en souffrance

Les précédents champions du monde en titre ont connu des fortunes diverses lors de l’édition suivante. Seul l’Uruguay, titré en 1930, n’a pas été présent lors du tournoi suivant. Les Uruguayens avaient boycotté la Coupe du monde 1934 en Italie pour protester contre l’absence des la plupart des nations européennes lors de leur tournoi.

Jusqu’en 2002, le champion du monde est qualifié d’office. A deux reprises seulement, il a conservé son titre : en 1938 pour l’Italie et en 1962 pour le Brésil. La France est la dernière nation à avoir profité de ce privilège, mais elle s’était faite sortir dès le premier tour.

Auparavant, deux autres champions en avaient fait autant : l’Italie en 1950 au Brésil (battue par la Suède 2-3, puis vainqueur du Paraguay dans un groupe de 3) et le Brésil en 1966 en Angleterre (battu par la Hongrie, 1-3 puis le Portugal, 1-3 au premier tour après avoir battu la Bulgarie 2-0).

Enfin, depuis 2010, le tenant du titre est systématiquement éliminé dès le premier tour :
 l’Italie en 2010 en Afrique du Sud (deux nuls contre le Paraguay, 1-1 et la Nouvelle-Zélande, 1-1 avant une défaite face à la Slovaquie, 2-3)
 l’Espagne en 2014 au Brésil (défaites 1-5 contre les Pays-Bas et 0-2 contre le Chili, victoire 3-0 face à l’Australie)
 l’Allemagne en 2018 en Russie (défaites contre le Mexique, 0-1 et la Corée du Sud, 0-2, victoire contre la Suède 2-1).

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee

Derniers livres parus

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité