Une histoire des victoires de l’équipe de France à l’extérieur

Publié le 27 mars 2021 - Bruno Colombari

Si l’emporter sur terrain adverse est devenu relativement banal depuis trente ans, ce n’a pas toujours été le cas. Jusqu’au milieu des années 1970, les Bleus perdaient six fois sur dix à l’extérieur et gagnaient une fois sur quatre.

Depuis 1904, les Bleus ont gagné 125 fois sur terrain adverse, sur 321 matchs à l’extérieur. Ici, il faut préciser ce que recoupe cette catégorie : elle exclut les matchs sur terrain neutre, à l’exception de deux cas :
 quand l’adversaire joue à domicile (comme l’Ukraine à Donetsk à l’Euro 2012, l’Afrique du Sud à Bloemfontein en 2010, le Japon à Yokohama et la Corée du Sud à Séoul à la Coupe des Confédérations 2001, la Suède à Solna en 1992, l’Argentine à Buenos Aires en 1978 ou l’Angleterre à Londres en 1966).
 quand le match se joue sur terrain neutre pour cas de force majeure (Azerbaïdjan à Trabzon en 1994, Andorre à Barcelone en 1999, Israël à Palerme en 2003)

L’équipe de France a rencontré 59 sélections différentes à l’extérieur, en a battu au moins une fois 49 et ne compte aucune victoire contre les 10 autres. Il s’agit de la Yougoslavie (3 nuls, 5 défaites), de l’URSS (3 nuls, 2 défaites), de la RDA (1 nul, 2 défaites), de la Tunisie et de la Serbie (2 nuls), du Brésil et de l’Afrique du Sud (1 nul, 1 défaite), de l’Australie (1 nul) et du Chili (1 défaite).


 

A l’inverse, les Bleus ont toujours battu à l’extérieur 15 sélections. Parmi lesquelles deux des quatre adversaires lors des qualifications pour la Coupe du monde 2022 : la Finlande (4 fois) et la Bosnie (2 fois). Entre les deux s’intercalent les Féroé (3 fois) et viennent ensuite la Lituanie, Andorre, l’Arménie, la Corée du Sud et la Croatie (2 fois). Sept autres sélections ont été battues lors du seul match à l’extérieur disputé : les Etats-Unis, le Japon, le Koweït, Malte, la Moldavie, la Slovénie et l’Azerbaïdjan.

Le découpage de l’histoire des Bleus en quatre grandes périodes (l’avant-guerre, de l’après-guerre à 1975, de la génération Platini au premier titre mondial et de 1998 à aujourd’hui) est éclairant sur la montée en puissance des victoires à l’extérieur, qui sont la marque des grandes équipes. Et, parmi elles, des victoires en compétition. Mettons de côté la première période où il n’y a qu’un seul match de compétition à l’extérieur (Luxembourg 1934). Les victoires dans les matchs qui comptent passent de 11 sur 26 sur la deuxième période à 13 sur 28 sur la troisième et à 34 sur 58 dans la période actuelle (depuis 1998). L’équipe de France championne du monde des matchs amicaux, même à l’extérieur, c’est fini !

JPEG - 60.3 ko

Le long tunnel des années 1920 : 14 défaites, 1 nul

Si les deux premières victoires à l’extérieur ne se sont pas faites attendre (avril 1907 en Belgique et mars 1908 en Suisse), lors des 6e et 7e matchs, les années 1920 ont constitué un long désert : 15 rencontres à l’extérieur, 14 défaites et un nul (en 1926 en Belgique). Il faudra attendre le 25 mais 1930 pour voir les Français gagner leur septième match à l’extérieur (sur 37 joués). Et le 15 mars 1934 pour assister à la première en compétition, au Luxembourg en barrage d’accession à la deuxième Coupe du monde de l’histoire.

Lors des 59 matchs joués à l’extérieur entre 1904 et 1942, l’équipe de France n’enregistre que 13 victoires (22% du total) pour 40 défaites. Sur ces 13, une seule est notable, contre l’Italie à Turin en 1912 (4-3). Les autres sont acquises face à des adversaires équivalents (Suisse, Belgique) ou inférieurs (Bulgarie, Pays-Bas, Luxembourg).

Des victoires de prestige en Allemagne et en Espagne dans les années 1950

Au cours des trois décennies d’après-guerre, la tendance s’améliore lentement : 26 victoires en 91 matchs à l’extérieur, pour 47 défaites. Hormis un joli 4-0 en Tchécoslovaquie en 1948, rien d’extraordinaire jusqu’au milieu des années 1950 : avec la génération Kopa et Piantoni, les Tricolores vont battre les champions du monde allemands à Hanovre en octobre 1954 (3-1), puis l’Espagne en mars 1955 à Madrid (2-1). Mais les années 1960-1970 et sont cruelles : entre septembre 1960 et octobre 1975, 10 victoires en 45 matchs (pour 28 défaites) !

L’embellie n’arrive qu’à partir de la génération Platini. Même s’ils ne sont pas redoutables à l’extérieur, les Bleus commencent à se montrer : ils l’emportent en Suisse en 1977 (4-0), en Suède en 1979 (3-1) et réussissent même deux cartons aux Etats-Unis en 1979 (6-0) et à Chypre en 1980 (7-0). Suit une grosse panne sèche de 15 matchs sans victoire à l’extérieur entre mai 1985 et mars 1989 (7 défaites, 8 nuls), contrebalancée par une superbe série avec Platini sélectionneur : 8 victoires et un nul en 1989-1991. Aimé Jacquet mettra un point d’honneur à ne lâcher que deux petites défaites (en amical) en 17 matchs (dont 6 nuls) entre 1994 et 1998.

JPEG - 70.1 ko

Entre 1998 et 2006, des Bleus imprenables à l’extérieur

De son titre mondial jusqu’en septembre 2006, l’équipe de France est quasiment injouable hors de l’hexagone : 3 défaites en 36 matchs à l’extérieur, dont deux en amical en 2001 (Espagne et Chili) et une seule en compétition (aux Pays-Bas à l’Euro). Elle l’emporte pour la première fois de son histoire en Angleterre en 1999 et récidive en 2010. Elle est chez elle en Allemagne (victoires en 2003 et 2012), en Italie (2012 et 2016) et aux Pays-Bas (2016, deux fois).

Mais elle est plus vulnérable à l’extérieur depuis 2006 avec 4 défaites sous Raymond Domenech, une seule sous Laurent Blanc (pour son premier match, en Norvège en 2010) et déjà 8 sous Didier Deschamps en 31 matchs à l’extérieur. Mais sur la période 1998-2020, les Bleus ont gagné 60% de leurs matchs à l’extérieur, ce qui est énorme.


 

L’Angleterre et l’Espagne difficiles à battre chez elles

Parmi les adversaires les plus souvent rencontrés sur leur terrain, l’équipe de France s’en sort bien contre le Portugal (6 victoires sur 9), les Pays Bas (6 sur 14) ou l’Allemagne (4 sur 13, mais seulement 5 défaites). C’est beaucoup plus compliqué contre la Belgique (8 victoires pour 20 défaites en 35 confrontations), l’Italie (4 victoires pour 10 défaites en 16 matchs), l’Espagne (2 victoires et 8 défaites en 13 oppositions) et l’Angleterre (2 victoires et 9 défaites sur 14 confrontations). Il aura fallu attendre 95 ans pour gagner chez les Anglais, et la dernière victoire en Espagne remonte à 1991, il y a donc tout juste 30 ans.

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee

Derniers livres parus

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité