Dominique Rocheteau

Né le 14 janvier 1955 à Saintes, il a porté le maillot bleu pendant onze ans (1976-1986), a participé à trois Coupes du monde et un championnat d’Europe, mais il ne compte au final que 49 sélections, pour 15 buts et 11 passes décisives. Ailier droit puis avant-centre de grande classe, il était d’une correction extrême et ne rendait jamais les coups qu’il prenait. Son Mundial mexicain, à 31 ans, a été le sommet de sa carrière internationale, qu’il a achevée face au Brésil sous le soleil de Guadalajara.

21 août 1985 : France-Uruguay

Publié le 21 août 2010 - Bruno Colombari

Un an après l’Euro 84, les Bleus de Platini et Giresse accueillent l’Uruguay de Francescoli, champions d’Amérique du sud. Un match éblouissant ponctué par deux buts de Rocheteau et Touré et une demi-douzaine d’occasions franches.

M’Vila dans le club des moins de 21 ans

Publié le 25 août 2010 - Bruno Colombari

Quel est le point commun entre Yann Mvila, Karim Benzema, Thierry Henry, Patrick Vieira, Dominique Rocheteau ou Michel Platini ? Tous ont été internationaux avant leurs 21 ans. Petite revue d’effectifs sur les quarante dernières années.

Les attentes du onze en septembre

Publié le 17 septembre 2021 - Bruno Colombari

Depuis 1953, l’équipe de France a joué 78 fois en septembre, avec un bilan intéressant de 46 victoires pour seulement 11 défaites. Elle n’a plus perdu depuis 2010 mais les deux nuls de 2021 ont cassé une belle dynamique.

16 novembre 1977 : France-Bulgarie

Publié le 16 novembre 2010 - Bruno Colombari

Une qualification pour la coupe du monde après douze ans d’absence, le retour de Rocheteau et des Bulgares qui prennent un but à la dernière seconde du match. 77, année héroïque.

Histoire des France-Brésil (1) : de Pelé à Platini

Publié le 2 février 2011 - Bruno Colombari

C’est le rendez-vous des puristes, la quintessence de l’art, l’instant de tous les possibles : un France-Brésil, ça ne se raconte pas, ça se revit. La première partie nous amène de Solna, Suède, à Guadalajara, Mexique, de Pelé à Platini et de Kopa à Careca.

8 juillet 1982 : RFA-France

Publié le 8 juillet 2011 - Bruno Colombari

Version obscure de ses petites sœurs de Marseille et de Guadalajara, la demi-finale sévillane du Mundial 1982 concentre en deux heures et quart bonheur, colère, admiration et chagrin, en un va-et-vient machiavélique au terme duquel l’équipe de France sortira grandie et celle d’Allemagne ébranlée.

SOUTENEZ LE SITE

Si vous appréciez les contenus de Chroniques bleues, vous pouvez apporter votre contribution, à partir de un euro.

En savoir plus

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee