Euro 1984

Le point d’orgue de l’ère Hidalgo coïncide avec l’explosion de Platini, l’installation de Bossis dans l’axe et la mise en place d’un carré magique en équilibre. Le résultat, c’est un feu d’artifice offensif et émotionnel qui culmine lors du match de Nantes face à la Belgique et de la demi-finale de Marseille contre le Portugal.

Les carrés magiques (1) : Tigana, Fernandez, Giresse, Platini

Publié le 22 janvier 2011 - Bruno Colombari

Trois fois dans son histoire, l’équipe de France a eu dans son jeu un carré d’as, talents complémentaires qui ont entraîné des années fastes. Le premier de la série, celui qui a illuminé le milieu des années 80, était en fait un losange. Bienvenue chez les Fertigipla.