[883] France-Danemark (1-2) : une défaite à la Cornelius

Publié le 4 juin 2022 - Bruno Colombari

Première défaite en compétition depuis trois ans, revers contre un futur adversaire en Coupe du monde, sorties sur blessure de Mbappé et Varane : contre le Danemark à Saint-Denis, les Bleus ont tout fait à l’envers.

Le résultat était-il prévisible ?

On pouvait anticiper une soirée compliquée, mais quand même pas à ce point, d’autant que les Bleus se présentaient avec leur équipe type, hormis Pogba blessé. Mais le syndrome du mois de juin en année impaire (2022 ayant ce profil-là, contrairement à 2021) a encore frappé, face à un Danemark pas vraiment menaçant mais sans complexe devant, et qui a bien profité des largesses défensives françaises. Le profil du match rappelle curieusement celui contre la Bulgarie en novembre 1993, avec un contre fatal à la Kostanidov (qui lui aussi avait signé un doublé) que Cornelius conclut par une frappe sous la barre. Et comme la soirée a été aussi marquée par les sorties sur blessure de Mbappé (45e, genou) et Varane (60e, cuisse), on peut parler, plutôt que d’une victoire à la Pyrrhus, d’une défaite à la Cornelius.

L’équipe est-elle en progrès ?

D’évidence non. Par rapport à celle qui a remporté la Ligue des Nations à l’automne, ou qui a battu la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud en mars dernier, c’est le jour et la nuit. Fragile derrière avec plusieurs occasions franches concédées au Danemark et bien sauvées par Lloris, trop lente au milieu et statique devant avec un festival de passes ratées, la sélection pilotée exceptionnellement (et sans réussite) par Guy Stéphan a étalé les fragilités du 3-4-3, surtout quand un des pistons passe à travers, comme l’a fait Théo Hernandez. De quoi inciter Deschamps à revoir sa copie ? Possible, même si ce sera compliqué sur ce rassemblement, le profil des joueurs défensifs ne se prêtant pas vraiment à un retour à la défense à quatre.

Quels sont les joueurs en vue ?

Hugo Lloris ne pouvait rien sur les deux buts qu’il encaisse, mais il en a sauvé au moins deux autres en deuxième mi-temps, notamment devant Eriksen, alors que son poteau avait évité l’ouverture du score sur un tir de près de Maehle en début de match.

Après un début poussif, N’Golo Kanté est monté en puissance en deuxième période, ce qui a coïncidé avec la meilleure phase des Bleus dans le quatrième quart d’heure du match. Sa jolie frappe enroulée qui percute le poteau de Schmeichel à dix minutes de la fin aurait pu donner la victoire aux Bleus.

Kingsley Coman a aussi beaucoup gâché en première mi-temps, mais il aura eu le mérite de tenter et de ne pas se décourager. Il est meilleur au retour des vestiaires, et pensait sans doute jouer enfin l’intégralité d’un match en équipe de France pour sa 38e sélection, mais Guy Stéphan l’a sorti dans le temps additionnel pour faire entrer Jonathan Clauss.

Quels sont les joueurs en retrait ?

Dure soirée pour la fratrie Hernandez, réunie pour la première fois au Stade de France. Lucas n’a pas été bon, mais que dire de Théo, lui qui avait été si brillant lors de ses cinq premières sélections est passé complètement au travers de la sixième en étant impliqué dans les deux buts danois et n’apportant strictement rien devant. Pour lui aussi, la saison est sans doute un peu trop longue.

Antoine Griezmann est toujours à la peine, à l’image de sa saison bien terne avec l’Atlético. Quant à Kylian Mbappé, il a semblé manquer de jus et d’explosivité, avant de sortir touché au genou. Pour lui aussi, ces matchs de juin sont une épreuve.

Quelles sont les attentes pour le prochain match ?

C’est la deuxième fois que les Bleus perdent en Ligue des Nations, et la première, contre les Pays-Bas à Rotterdam en novembre 2018, ça leur avait coûté la qualification pour le carré final. Mais c’était le dernier match d’un groupe de trois, avec seulement quatre rencontres, alors qu’il y en aura six cette année. Ce qui donne un droit à l’erreur, d’autant que la Croatie, prochain adversaire à Salit lundi soir, a été balayée à domicile par l’Autriche (0-3).

Pour autant, ce parcours qualificatif pourrait bien se transformer définitivement en ce qu’il était déjà en creux, à savoir une série de matchs préparatoires à la Coupe du monde, qui est bien sûr l’objectif principal de l’année. Dans quelle mesure cette défaite contre le Danemark pèsera dans les têtes le 26 novembre prochain à Doha, lors du deuxième match du premier tour ? Elle évitera en tout cas tout péché d’orgueil. Et quitte à perdre cette année contre le Danemark, mieux vaut le faire maintenant que dans cinq mois.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.