Brève histoire des phases qualificatives

Publié le 28 novembre 2020, mis à jour le 21 juillet 2021 - Bruno Colombari

Quand elle n’est pas invitée ou qualifiée d’office, l’équipe de France doit passer par les qualifications pour aller à l’Euro, en Coupe du monde ou en Ligue des Nations. Son bilan, adversaire par adversaire.

  • Mise à jour d’un article initialement paru en novembre 2018.

Depuis 1934, l’équipe de France a participé à 33 phases qualificatives de Coupe du monde, d’Euro ou de Ligue des Nations. Elle a aussi évité cette étape six fois, soit en tant qu’invitée (Coupe du monde 1930) soit en étant qualifiée d’office comme pays organisateur (Coupes du monde 1938 et 1998, Championnats d’Europe 1984 et 2016) ou comme tenant du titre (Coupe du monde 2002).

PNG - 107 ko

Barrage annulé contre l’Allemagne en 1934

La toute première qualification face au Luxembourg, pour la deuxième édition de la Coupe du monde qui doit se dérouler en Italie, est plutôt baroque. La France joue un barrage avec deux autres sélections européennes, l’Allemagne et le Luxembourg. Mais il y a deux qualifiés, et comme le Luxembourg perd contre l’Allemagne en mars (1-9) puis contre la France en avril (1-6), le match France-Allemagne a été tout simplement annulé car sans enjeu. Le premier derby du Rhin en compétition attendra encore 24 ans, en juin 1958 en Suède.

La première phase qualificative digne de ce nom n’aura lieu qu’en 1953 car en 1949, la France a joué son ticket pour l’édition brésilienne lors d’un aller-retour contre la Yougoslavie. 1-1 à Belgrade, 1-1 à Colombes, match d’appui à Florence sur terrain neutre, 2-2 et finalement défaite en prolongations (2-3).

20 buts en quatre matchs contre le Luxembourg et l’Irlande

En 1953 donc, les Bleus sont dans un groupe de trois avec le Luxembourg et la République d’Irlande. Ils s’imposent largement avec quatre victoires en autant de matchs et un total de 20 buts marqués. Ce ne sera pas toujours aussi facile, loin de là.

Si en 1958 et en 1960 la France se qualifie pour la Coupe du monde en Suède et pour la première édition de la Coupe d’Europe des Nations, qu’elle accueille en juillet dans une sorte de final four avant l’heure (demi-finales et finale), ça coince en 1962 contre la Bulgarie. Puis en 1964 face à la Hongrie en quart de finale en avril.


 

Cinq éliminations en neuf ans, sept sélectionneurs à la trappe

Ça passe en 1966, mais ensuite arrive l’enchaînement fatal de cinq éliminations consécutives entre 1967 et 1975, qui coule une génération entière d’internationaux, celle de Georges Bereta, ainsi que pas moins de sept sélectionneurs en huit ans (Snella et Arribas, Fontaine, Dugauguez, Boulogne et Kovacs).

Il faut donc attendre 1977 pour trouver trace d’une qualification pour la Coupe du monde en Argentine (lors du dernier match contre la Bulgarie) et, après une nouvelle élimination à l’Euro 1980, une belle série de trois entre 1982 et 1986. Même s’il convient de préciser qu’en 1984, les Bleus sont qualifiés d’office en tant que pays organisateur de l’Euro. Et qu’en 1985, ils passent d’extrême justesse contre une belle sélection yougoslave (2-0).


 

Rien entre 1987 et 1995, tout depuis

Une fois partie la génération Platini, c’est un nouveau trou noir, le dernier de l’histoire, avec trois éliminations sur quatre entre 1987 et 1993, cette dernière étant particulièrement piteuse puisque due à deux défaites consécutives à domicile (Israël et Bulgarie).

Depuis, l’équipe de France a enchaîné douze participations consécutives à une phase finale d’Euro ou de Coupe du monde, en étant toutefois dispensée de qualifications à trois reprises. Mais ce ne fut pas toujours une partie de plaisir, en témoigne les deux barrages joués contre l’Irlande en 2009 et l’Ukraine en 2013.

Le seul échec, sans grande importance, date de 2018 avec une élimination de la première Ligue des Nations en phase de poules, par les Pays-Bas.


 

On comprend que l’affaiblissement généralisé des sélections d’Europe centrale et orientale (ce qu’on appelait jusqu’en 1989 les « pays de l’Est ») a beaucoup arrangé les Bleus, sans même parler de la disparition de la Yougoslavie (3 qualifications), de l’URSS (2) et de la Tchécoslovaquie (1) et de la RDA (2 deuxièmes places). La Hongrie (2 fois) et la Bulgarie (2 fois) se sont fait elles aussi un malin plaisir à barrer la route aux Français. La Suède (2), l’Ecosse, la Belgique et les Pays-Bas (1) complètent le tableau.

PNG - 83.6 ko

Si on regarde maintenant quels résultats les Bleus ont obtenu face à leurs 45 adversaires européens en phase qualificative, les plus rencontrés sont la Bulgarie et le Luxembourg (15 fois), la République d’Irlande (12) et la Yougoslavie (11).

En négatif contre la Belgique et l’Ecosse, invaincue face à l’Allemagne et l’Italie

Seules trois sélections n’ont jamais perdu contre l’équipe de France dans ce type de compétition : la Hongrie (trois victoires et un nul), la Turquie (une victoire et un nul) et la Suisse (deux nuls).

Les Bleus sont en négatif contre la Belgique (2 victoires, 3 nuls, 3 défaites), l’Ecosse (1 victoire, 3 défaites), la RDA (1 victoire, 2 nuls, 3 défaites), la Turquie (1 nul, 1 défaite) et l’URSS (1 victoire, 1 nul, 2 défaites) en plus de la Yougoslavie (2 victoires, 5 nuls, 4 défaites) et la Hongrie.

A contrario, ils sont invaincus contre l’Albanie, l’Allemagne, Andorre, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Bosnie, Chypre, la Croatie, les Féroé, la Finlande, la Géorgie, la Grèce, l’Islande, l’Italie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, la Moldavie, le Portugal, la Pologne, la Roumanie, la Serbie, la Slovaquie, la Slovénie et la Suisse.

13 sélections jamais rencontrées en qualifications

Si on cherche l’originalité pour le tirage au sort de l’Euro 2020, c’est là qu’il faut regarder. Six sélections européennes n’ont jamais joué contre les Bleus en phase qualificative : le Danemark, Galles, l’Estonie, la République tchèque, l’Irlande du Nord et la Lettonie. Ce qui ne veut évidemment pas dire que l’équipe de France ne les a pas rencontrés dans d’autres circonstances, en amical ou en phase finale, comme le Danemark lors de la Coupe du monde 2018.

Sept autres n’ont jamais été rencontrées depuis 1904, la plupart ayant rejoint l’UEFA récemment : le Monténégro, la Macédoine du Nord, le Kosovo, le Kazakhstan, Gibraltar, le Liechtenstein et Saint-Marin.

PNG - 83.8 ko

Le 7 décembre, le tirage au sort a placé la France dans le groupe 4, celui de l’Ukraine, la Finlande, la Bosnie et le Kazakhstan, qui sera donc la 90e sélection étrangère rencontrée depuis 1904.

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee

En savoir plus

Derniers livres parus

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité