Olivier Giroud, huitième centenaire

Publié le 9 octobre 2020 - Bruno Colombari

Il succède à Lloris en 2018, Henry en 2008, Zidane et Vieira en 2006, Thuram en 2004, Desailly en 2002 et Deschamps en 2000. Olivier Giroud est le huitième Bleu à atteindre le cap des 100 sélections.

Alors qu’une décennie était passée entre le sixième centenaire (Thierry Henry en juin 2008 contre la Colombie) et le septième (Hugo Lloris, face à l’Australie), deux ans et quatre mois auront suffi pour voir le huitième, encore contre un adversaire en jaune d’ailleurs.

Un bilan dans la moyenne

PNG - 76.8 ko

Au petit jeu des comparaisons, et en ramenant les sept autres centenaires à leurs statistiques au soir de leur centième sélection, le bilan est remarquablement homogène, du moins en ce qui concerne les victoires : hormis Hugo Lloris qui n’en compte que 56 (mais il paie les deux périodes compliquées en 2009-2010, à la fin de l’ère Domenech, et en 2012-2013 à la transition Blanc-Deschamps), les six autres se tiennent dans un mouchoir représentant les deux tiers des matchs joués : 64 pour Vieira, 65 pour Henry, 66 pour Deschamps et Desailly, 67 pour Thuram et 68 pour Zidane. Avec ses 66 victoires, Giroud est exactement dans cette moyenne.

Il fait en revanche beaucoup moins bien côté défaites, où il se trouve dans les eaux de Lloris (19, contre 20). Lui aussi paie la période 2012-2013, et n’a perdu que 7 fois lors des 5 dernières années, en 66 sélections. En contrepartie, il n’a fait que 15 nuls, contre 22 à 26 pour les sept autres.

Le plus rapide pour atteindre 100 sélections

PNG - 97.8 ko

Il y a un domaine, dans ce test comparatif, où il devance tout le monde : c’est dans le délai mis pour atteindre cent sélections. Alors que la moyenne tourne autour de dix ans, avec des pointes à 11 ans et 2 mois pour Deschamps (qui a manqué deux phases finales en 1990 et 1994 et qui a débuté à une période où le nombre de matchs était moindre) et 11 ans et 9 mois pour Zidane (qui a perdu une année lors de sa première retraite internationale entre juin 2004 et août 2005), Giroud n’a eu besoin que de 8 ans et 10 mois pour y arriver.

Il bénéficie évidemment de la participation à 4 phases finales, dont deux pleines à 7 matchs chacune (2016 et 2018) et, comme on va le voir ci-dessous, de sa régularité impressionnante. Et encore est-il pénalisé, comme tous les autres internationaux actuels, du trou béant dans le calendrier 2020 : l’équipe de France aurait dû jouer 9 à 13 fois entre mars et juillet dernier, selon ses performances à l’Euro. Ce qui aurait permis à Giroud d’atteindre les cent sélections en mai ou juin.

13 matchs manqués seulement, dont deux en quatre ans

PNG - 63.1 ko

Son atout, donc, c’est sa présence constante au plus haut niveau. Depuis novembre 2011, il n’a manqué que 13 matchs, dont six entre septembre et novembre 2014, et deux autres en octobre 2016. Depuis cette date, il n’a pas joué lors du match contre l’Allemagne en novembre 2017, et en juin 2019 face à la Bolivie. Soit deux absences… sur 45 rencontres.

Le seul centenaire à avoir fait mieux est Marcel Desailly, qui a joué 100 fois sur 109 entre ses débuts en 1993 et octobre 2002. Didier Deschamps n’est pas loin, avec 17 absences entre 1989 et 2000, alors que les cinq autres s’éparpillent entre 25 et 49 matchs manqués.

Seul Desailly était plus âgé

PNG - 95.5 ko

S’il n’est pas le plus âgé du lot avec ses 34 ans et une semaine, Olivier Giroud se situe dans la partie haute, juste au dessous de Marcel Desailly (34 ans, 1 mois et 5 jours), qui comme lui a fait ses débuts internationaux à 25 ans, et un poil au dessus de Zidane qui a fêté ses cent capes 27 jours avant son 34e anniversaire. Les autres se situent entre 30 et 32 ans.

57 minutes par match en moyenne

PNG - 69.9 ko

Enfin, il est le centenaire qui a passé le moins de temps sur le terrain, et de loin : 5706 minutes, soit, le calcul est simple à faire, 57 minutes par match en moyenne, contre environ 80 minutes pour les autres. Lloris profite évidemment de son statut de gardien pour plafonner à 89,79 minutes (dont deux prolongations, en 2009 contre l’Irlande et 2016 face au Portugal). La différence entre les deux représente plus de 54 heures, soit la bagatelle de… 36 matchs, le total de sélections actuelles de Mbappé.

Griezmann, le neuvième en 2022 ?

Si Blaise Matuidi compte 84 sélections et devrait être le candidat logique au statut de neuvième centenaire, son exil aux Etats-Unis semble le condamner, sauf s’il revient rapidement en Europe. Antoine Griezmann, qui ne manque quasiment jamais de match (4 sur 85 depuis mars 2014), sera donc le prochain, sauf blessure grave et fin de carrière internationale prématurée. Mais quand ? Si l’Euro se tient en 2021 et que les Bleus vont en finale, il devrait y avoir 17 ou 18 matchs l’an prochain. En ajoutant ceux qui restent à jouer en 2020 (normalement 5 d’ici le 17 novembre), il devrait atteindre les 100 en septembre ou octobre 2021. En se donnant une petite marge, on peut s’avancer sans trop de risque sur début 2022. Ce qui serait raccord avec la séquence des six premiers centenaires, à chaque année paire (2000, 2002, 2004 et 2006). Lloris en 2018, Giroud en 2020, Griezmann en 2022... et Pogba ou Varane en 2024 ?


 

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee

En savoir plus

Derniers livres parus

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité