Combien de jours dure un titre de champion du monde ?

Publié le 10 avril 2021 - Matthieu Delahais

Ce 10 avril marque le millième jour depuis l’acquisition du titre de champion du monde 2018. Si on y ajoute les 1430 jours au cours desquels les Bleus ont été tenants du titre entre 1998 et 2002, on arrive donc à un total de 2430. Qu’en est-il des autres nations championnes du monde ?

Pour le calcul du nombre de jours, on considèrera que le champion du monde perd son titre soit lorsqu’il est battu dans un match à élimination directe, soit lors de son dernier match joué si c’est dans une phase de poule. Par exemple, la France a perdu son titre de champion du monde 1998 lors de son dernier match de poule joué en 2002 face au Danemark. Le cas de l’Uruguay en 1934 est spécial puisque les Sud-américains ne sont pas venus défendre leur titre. On considère donc qu’ils ont perdu leur couronne mondiale lors du premier match joué au cours de l’édition 1934.

C’est l’Italie, qui au cumulé, est restée championne du monde le plus longtemps (8 749 jours, pour quatre victoires en 1934, 1938, 1982 et 2006) devant le Brésil (7 333 jours avec pourtant cinq succès en 1958, 1962, 1970, 1994 et 2002) et l’Allemagne (5 804 jours et quatre couronnes en 1954, 1974, 1990 et 2014).

JPEG - 126 ko

Les Brésiliens ont gagné un titre de plus que les Italiens, mais ces derniers ont conservé leur couronne mondiale sans interruption entre 1934 et 1950, bénéficiant des 12 années (entre 1938 et 1950) où le football a été mis en sommeil pendant la seconde guerre mondiale.

Arrivent ensuite l’Argentine (2938, deux victoires en 1978 et 1986) et l’Uruguay (2842 jours, victoires en 1930 et 1950) suivit de la France (2430 jours pour les succès de 1998 et 2018). Mais les Bleus, assurés d’être détenteurs du titre jusqu’au début de l’édition qatari vont cumuler dans le pire des cas 3 020 jours ce qui leur permettra de passer devant les deux nations sud-américaines. L’Espagne (championne du monde en 2010 pour 1443 jours) et l’Angleterre (vainqueur sur ces terres en 1966 et détentrice du titre pendant 1415 jours) complètent la liste.

PNG - 182.9 ko

L’Italie profite de l’interruption de la Deuxième Guerre mondiale

L’équipe d’Italie est restée championne du monde le plus longtemps sans interruption. Vainqueur à domicile en 1934, les Italiens conservent leur titre en 1938 avant que la seconde guerre mondiale ne vienne mettre la grande fête du football mondial en retrait pendant 12 ans. En 1950, la Squadra azzurra ne passe pas le premier tour et lâche son bien après 5866 jours. Un record qui ne sera probablement jamais battu. C’est ensuite le Brésil, seule autre nation à avoir remporté deux titres de suite, qui arrive avec un total de 2942 jours entre le titre remporté en Suède en 1958 et l’élimination lors du premier tour de la coupe du monde anglaise de 1966.

Le Brésil occupe également la troisième place (1473 jours entre son titre de 1970 et son élimination en 1974), mais il va être détrôné par les Bleus de 2018. En effet, la prochaine Coupe du monde aura lieu à l’automne et ne débutera que le 21 novembre 2022. Ce qui assure aux Français d’être champions du monde pendant 1590 jours au minimum (cas où ils ne se qualifieraient pas pour l’épreuve).

PNG - 129.6 ko

Perdre son titre en finale n’est pas synonyme de longévité

Les autres champions du monde ont gardé leur titre entre 1470 jours (Argentine 1986) et 1397 jours (Uruguay 1930). On notera que perdre son titre en finale, comme ce fut le cas de l’Argentine en 1990, n’assure pas forcément une longévité exceptionnelle. Le Brésil de 1994 n’a gardé ce statut que 1456 jours, ce qui le place au neuvième rang. La France de 1998, avec 1430 jours, se classe en 17e position sur 19, juste devant l’Angleterre de 1966 (1415) et l’Uruguay de 1930, seul champion en dessous durant moins de 1400 jours (1397 pour être précis).

Intéressons-nous pour terminer aux périodes de vacance du titre de champion du monde. Au global, le titre est resté libre pendant 173 jours depuis 1934, soit une moyenne de 8,65 jours lors de chaque édition. Le chiffre oscille entre zéro jour en 1990 et 1998 lorsque les champions du monde argentins puis brésiliens ont perdu leur titre en finale, et 20 jours en 2014 avec l’élimination de l’Espagne au premier tour de la l’édition brésilienne. En 1954, lorsque l’Uruguay a été battue en demi-finale, tout comme en 1974 et 1978 avec l’organisation d’un second tour, il n’y a eu que quatre jours entre la perte du titre et sa conquête par un nouveau pays.

PNG - 103 ko

Le titre a été le plus longtemps vacant depuis 2002

En 1958, cinq jours se sont écoulés entre la défaite allemande en demi-finale et le premier succès mondial des Brésiliens. On note sept jours pour les éditions de 1970 et 1994, huit en 2006 (avec la défaite du Brésil en quart face aux Bleus) et neuf en 1982. On passe ensuite à 11 jours en 1966, 12 en 1986 (l’Italie éliminée par la France en huitième) et 14 en 1934 (avec l’absence de l’Uruguay) et 1950 (et la fin de 16 ans de règne italien).

Enfin, il est intéressant de constater que les plus importantes périodes de vacance remontent à ces dernières décennies. Les éliminations des champions du monde dès le premier tour des éditions 2002 (France, 19 jours de vacance), 2010 (Italie, 17 jours), 2014 (Espagne, 20 jours) et 2018 (Allemagne, 18 jours) ont engendré les intervalles les plus longs sans champion du monde. Les Bleus savent ce qu’ils ont à faire en 2022 pour inverser cette tendance…

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee

En savoir plus

Derniers livres parus

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité