Les rendez-vous manqués de l’équipe de France

Publié le 11 juillet 2022 - Richard Coudrais - 1

Forfaits, exclusions, matchs annulés, adversaires décommandés, certains matchs de l’équipe de France n’ont pas pu avoir lieu tout au long de son histoire. En voici une liste.

5 minutes de lecture

Dans les premières années du football, et jusqu’au milieu des années 1950, les forfaits n’étaient pas rares dans les grandes épreuves que constituaient la Coupe du monde et les Jeux olympiques. L’équipe de France n’a pas été épargnée.

France-Bohème, 20 octobre 1908

La France a envoyé deux équipes au tournoi olympique des Jeux de Londres en 1908. La première est opposée au Danemark tandis que la seconde doit affronter, à White City, l’équipe de Bohême et Moravie. Mais celle-ci ne sera pas présente, déclarant forfait, tout comme la Hongrie, en raison de la crise diplomatique provoquée par l’annexion de la Bosnie par l’empire austro-hongrois. C’est du moins la version officielle, d’autres évoquant plutôt sa récente éviction de la FIFA, demandée par la fédérations d’Autriche. La Bohème et la Moravie (actuelle République tchèque) ne sont en effet à l’époque que des régions de la monarchie danubienne, et ne sont pas considérées comme une nation à part entière. L’équipe française est donc directement qualifiée pour les demi-finales où elle sera opposée au Danemark, qui a éliminé l’autre équipe française.

Pays-Bas-France, 23 octobre 1908

Le match pour la troisième place du tournoi olympique des Jeux de Londres doit opposer à White City l’équipe de France A aux Pays-Bas. Mais quelque peu honteuse de sa défaite 17-1 contre le Danemark, la délégation française a préféré rentrer à la maison sans demander son reste. C’est la Suède, finalement, qui dispute, et perd, la rencontre face aux Pays-Bas.

Norvège-France, 29 juin 1912

Au premier tour du tournoi olympique des Jeux de Stockholm, en 1912, l’équipe de France est opposée à la Norvège. Mais huit jours avant la rencontre, la délégation française déclare forfait, n’étant a priori pas en mesure de présenter une équipe de qualité pour le tournoi.

France-Suisse, 28 août 1920

Au premier tour du tournoi olympique des Jeux d’Anvers, l’équipe de France est opposée à la Suisse au stade de la Gantoise. Mais quelques jours avant la rencontre, la confédération helvétique déclare forfait suite à une crise interne née d’une rencontre de la Nati face à l’équipe d’Allemagne alors honnie par la communauté internationale. L’équipe de France est automatiquement qualifiée pour les quarts de finale.

Battue en demi-finale par la Tchécoslovaquie, l’équipe de France est invitée à disputer le tournoi de repêchage qui lui permettrait éventuellement de conquérir la médaille d’argent. Mais la plupart des joueurs français sont rentrés à Paris après la demi-finale, ignorant qu’il leur restait une poignée de matchs à disputer.

France-Angleterre, 28 février 1922

Un match amical est conclu avec l’équipe d’Angleterre pour le dernier jour de février 1922. Mais les Anglais, vexés de leur première défaite subie face aux Tricolores en mai 1921, et plus globalement des défaites de plus en plus nombreuses de leur sélection amateur, se sont lancés dans une enquête en France et en Belgique sur l’amateurisme de façade des footballeurs du continent. L’ambiance étant plutôt tendue, il a été jugé plus raisonnable d’annuler la rencontre.

France-Italie, 11 avril 1937

A un peu plus d’un an de la Coupe du monde organisée dans l’hexagone, la France invite les champions du monde italiens à un match amical. Mais l’Italie, sur le plan politique, s’éloigne de l’idéal démocratique. Mussolini de range du côté d’Hitler et de Franco et se lance à la conquête de territoires africains. La tenue de la rencontre risquant d’être perturbée par les manifestations, la fédération italienne fait savoir, trois jours avant le match, qu’elle ne se rendra pas à Paris. L’équipe de France trouvera une solution de remplacement avec l’équipe anglaise du Charlton Athletic.

France-Autriche, 24 mars 1938

La Coupe du monde approche et pour parfaire sa préparation, l’équipe de France a conclu un match amical avec le wunderteam autrichien. Mais douze jours avant la rencontre, le funeste 12 mars 1938, les troupes hitlériennes annexent l’Autriche. La rencontre est officiellement annulée quatre jours après l’Anschluss. Alors que deux clubs anglais sont sollicités, c’est la Bulgarie qui se rendra au Parc des Princes.

France-Tchécoslovaquie, 22 janvier 1939

Un scénario très proche du France-Autriche de 1938 se répète avec la Tchécoslovaquie, que les Tricolores ont invité à un match amical en janvier 1939. Mais en septembre 1938, les accords de Munich écartèle la nation tchécoslovaque sous la pression d’Hitler. Autant dire qu’à Prague, le football ne fait plus partie des préoccupations. C’est la Pologne qui sera accueillie au Parc des Princes.

France-Allemagne, 23 avril 1939

Alors que la menace d’une guerre est de plus en plus vive, un match France-Allemagne est fixé au stade de Colombes. Mais à quelques jours du match, le gouvernement français estima plus raisonnable de remettre la partie à plus tard. Un France-Ecosse est mis sur pied pour le 30 avril avant d’être annulé à son tour. Finalement, c’est le Pays de Galles qui viendra donner le change le 21 mai.

La guerre, officiellement déclenchée le 1er septembre 1939, contraint d’annuler les rencontres France-Belgique du 12 novembre 1939, France-Suisse du 28 avril 1940 et France-Pologne du 26 mai 1940. La rencontre France-Portugal du 28 janvier 1940 a par contre bien été maintenue.

France-Uruguay, 25 juin 1950 et France-Bolivie, 29 juin 1950

Alors qu’elle n’a pas réussi à se qualifier pour la Coupe du monde au Brésil, l’équipe de France est invitée à participer à l’épreuve en remplacement de l’Ecosse qui a déclaré forfait. La Fédération française accepte avant de se raviser, posant réclamation pour un déplacement de 3.800 km entre deux rencontres du premier tour. Il était prévu qu’elle affronte l’Uruguay à Porto Alegre puis la Bolivie à Recife. Un éventuel troisième match contre le Portugal ou la Turquie devait également être au programme. Les Tricolores ne feront finalement pas le voyage, laissant l’Uruguay et la Bolivie se disputer le seul match du groupe, remporté 8-0 par la Celeste.

France-Belgique, 20 février 1980

Les équipes de France et de Belgique ne s’étaient plus rencontrées depuis cinq ans, elles qui naguère s’affrontaient une fois l’an. Un match amical est donc fixé au Parc des Princes le 20 février 1980. Mais quelques semaines plus tôt, le tirage au sort des éliminatoires de la Coupe du monde 1982 a placé les deux équipes dans le même groupe, en compagnie des Pays-Bas, de l’Irlande et de Chypre. Afin d’éviter que la tenue de la rencontre amicale n’influe sur les batailles à venir, les deux fédérations acceptent d’annuler le rendez-vous. La France affronte finalement la Grèce le 27 février alors que les Belges reçoivent le Luxembourg. Curieusement, la rencontre contre les Pays-Bas un mois plus tard sera maintenue, alors qu’elle présente le même cas de figure...

France-Angleterre, 24 mars 1982

Bis repetita au printemps 1982 où les équipes de France et d’Angleterre avaient prévu de se rencontrer pour un match amical au Parc des Princes. Le tirage au sort de la phase finale de la Coupe du monde en Espagne a entre-temps placé les deux sélections dans le même groupe, avec une rencontre dès le premier jour à Bilbao. Michel Hidalgo, qui a toujours estimé que le Italie-France de février 1978 avait desservi son équipe quatre mois plus tard à Mar del Plata, demande donc à son homologue Ron Greenwood d’annuler la rencontre. Tandis que les Anglais s’en vont finalement affronter l’Athletic Bilbao à San Mamès, c’est l’Irlande du Nord qui sert de sparring-partner aux Tricolores au Parc des Princes. Les Bleus s’imposent 4-0 sans savoir qu’ils retrouveront ces mêmes Nord-Irlandais trois mois plus tard au deuxième tour du Mundial à Madrid.

France-Italie, 20 février 1985

Le flambant neuf stade Louis II de Monaco, ouvert un mois plus tôt, devait accueillir le 20 février 1985 une rencontre entre l’équipe de France et les champions du monde italiens. Mais les rigueurs de l’hiver ayant provoqué la remise de nombreuses rencontres du championnat, il a été jugé plus sage de ne pas maintenir la rencontre afin de ne pas congestionner le calendrier.

France-Yougoslavie, 17 juin 1992

Au premier tour du championnat d’Europe organisé en Suède, l’équipe de France doit affronter la Yougoslavie à Malmö pour le troisième match. Mais juste avant le tournoi, l’équipe yougoslave a été exclue du tournoi à la demande de l’ONU en raison de la guerre qui sévit au pays. C’est le Danemark qui remplace les Yougoslaves au pied levé. Avec un certain succès.

France-Argentine, 22 mai 1994

A la fin de la saison 1993/1994, l’équipe de France est invitée à disputer la Kirin Cup, un tournoi amical organisé au Japon. Son premier adversaire doit être l’Argentine, mais celle-ci n’a finalement pas fait le voyage. Les autorités japonaises ont refusé d’accorder un visa à Diego Maradona et Claudio Caniggia, deux joueurs condamnés pour usage de drogue. L’équipe de France remportera le tournoi tronqué en s’imposant face à l’Australie et au Japon.

Coupe des confédérations 1999

Sacrée championne du monde en 1998, l’équipe de France est invitée à disputer la Coupe des Confédérations 1999 qui se déroule au Mexique du 24 juillet au 4 août. Mais la Fédération française préfère décliner l’invitation, les joueurs étant aux prises avec un calendrier démentiel. La France sera présente lors des éditions suivantes (2001 et 2003) qu’elle remportera.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.