Samir Nasri, la mise à l’index

Publié le 2 octobre 2021 - Richard Coudrais

Samir Nasri, 41 sélections en équipe de France, a annoncé la fin de sa carrière a l’âge de 34 ans. Mais il y a longtemps que son aventure avec l’équipe de France avait pris fin. Avec un sentiment de gâchis.

Embed from Getty Images


Samir Nasri aurait pu être ce grand joueur qui a tant manqué à l’équipe de France après le départ de Zinédine Zidane. Il disposait d’un bagage technique impressionnant et d’un talent prometteur. Il a finalement laissé de lui-même une image de gamin capricieux qui n’a jamais su répondre aux attentes.

Génération 87

C’est en mars 2007 que Samir Nasri apparait en équipe de France A, à l’occasion d’une rencontre au Stade de France face à l’Autriche. Le jeune Marseillais de dix-neuf ans est titularisé au milieu de terrain aux côtés de Rio Mavuba, Lassana Diarra et Abou Diaby. Ses autres coéquipiers ont pour noms Nicolas Anelka et Djibril Cissé en attaque, Lilian Thuram, Philippe Mexès, Julien Escudé et François Clerc en défense et enfin Grégory Coupet dans les buts.

A la mi-temps, un autre gamin fait son entrée, le Lyonnais Karim Benzema. Au bout de sept minutes, ce dernier marque le premier (et seul) but de la rencontre sur une passe décisive de Samir Nasri. La France s’enflamme pour ces deux natifs de 1987, sacrés champion d’Europe U17 en 2004, aux côtés de Ben Arfa et Jérémy Menez, lesquels n’allaient plus tarder à rejoindre les Bleus. On sait à quel point aujourd’hui cette Génération 87 n’a pas vraiment répondu aux attentes [1], et notamment Samir Nasri.

Formé à l’OM, qu’il a rejoint à l’age de neuf ans, et où il a fait ses débuts pros à 17 ans, Samir Nasri est un joueur remarquable, doté d’une technique très fine et d’une vision qui devrait en faire un grand meneur de jeu. Il est régulièrement appelé en sélections dès le plus jeune âge, et ses prestations ont déjà fait l’objet de sujets télévisés. Raymond Domenech le rappelle en plusieurs occasions. Samir Nasri joue, marque et participe à la qualification des Bleus pour l’Euro 2008.

La place des grands

Ce n’est pas une surprise de le voir figurer dans la liste des 23 pour le championnat d’Europe. Il entre en jeu dans les dernières minutes du premier match contre la Roumanie (0-0). La France rate son tournoi, sévèrement battue par les Pays Bas (4-1) avant d’être dominée par l’Italie (2-0). Samir Nasri dispute la rencontre contre les Transalpins comme un dindon de la farce. Il entre en jeu après huit minutes pour remplacer Franck Ribéry blessé. Un quart d’heure plus tard, Eric Abidal est expulsé. Raymond Domenech estime qu’il doit faire entrer un autre défenseur, Jean-Alain Boumsong, et choisit donc de faire sortir le jeune Marseillais à peine entré.

La belle image du petit prince marseillais s’écorne considérablement durant ce championnat d’Europe austro-helvétique. Des indiscrétions évoquent une place de bus que le gamin aurait chipé à Thierry Henry, un véritable crime de lèse-majesté. Un livre de son coéquipier William Gallas (qui deviendra son farouche ennemi) fera état d’une attitude hautaine à l’entraînement, peu compatible avec l’esprit collectif.

C’est peut-être pour ces raisons qu’à la suite de l’Euro, alors qu’il a rejoint Arsenal, Samir Nasri perd sa place en équipe de France. Il n’est plus que la doublure de Yoann Gourcuff, qu’il remplace en deux occasions avant de disparaitre complètement. Logiquement, comme Benzema, il ne figure pas sur la liste pour la Coupe du monde en Afrique du Sud, ce qui lui épargne finalement l’épisode honteux de Knysna.

Raymond Domenech non reconduit, son successeur Laurent Blanc fait appel à Nasri pour son premier match au Stade de France contre la Norvège, celui où n’est convoqué aucun acteur de la pitoyable campagne sud-africaine. Le Gunner retrouve une place chez les Bleus et on lui confie même le brassard à l’occasion d’un match à Luxembourg. En octobre 2011, le penalty qu’il inscrit en fin de match contre la Bosnie-Herzégovine au Stade de France permet aux Bleus d’arracher un match nul (1-1) et surtout la qualification pour l’Euro 2012.

Le doigt de Donetsk

Le Championnat d’Europe ukraino-polonais est la deuxième grande épreuve de Samir Nasri. Celui-ci inscrit le premier but tricolore lors du premier match contre l’Angleterre, un but dont on a surtout retenu la célébration l’index sur la bouche à l’adresse de ses détracteurs. Titulaire à l’occasion des trois matchs du premier tour, il est laissé sur le banc pour le quart de finale contre l’Espagne, n’entrant en jeu que pour la dernière demi-heure en remplacement de Malouda. L’incorrigible se retrouve à nouveau au cœur d’incidents à l’issue du match où il insulte vertement un journaliste.

Embed from Getty Images


L’attitude du joueur fait un peu tâche alors que la fédération s’efforce de faire oublier la désastreuse image laissée à Knysna. Elle suspend plusieurs joueurs au terme de l’Euro 2012, dont Nasri pour trois rencontres. Laurent Blanc laisse le poste à Didier Deschamps, lequel reconstruit une équipe sans Nasri, qu’il n’appelle plus pendant presque une saison, jusqu’à la tournée sud-américaine de juin 2013. Si le joueur a finalement dû déclarer forfait, il est rappelé à la rentrée et participe à la qualification des Bleus pour la Coupe du monde brésilienne. Celle-ci passe par un fameux barrage contre l’Ukraine. Nasri est titularisé à Kiev mais ne s’y montre pas à son avantage, manquant notamment une occasion.

Didier Deschamps ne l’aligne pas pour le match retour à Saint-Denis. Le joueur voit les Tricolores arracher la qualification à l’issue d’une rencontre mémorable, pour ne pas dire fondatrice. Samir Nasri ne figure pas non plus sur la liste des 23 joueurs embarqués au Brésil, le sélectionneur insistant que le fait qu’il a besoin de joueurs qui acceptent d’être remplaçants. A 27 ans, Samir Nasri aurait pu faire profil bas et se remettre à travailler. Au lieu de quoi il préfère organiser une conférence de presse pour annoncer… qu’il met fin à sa carrière internationale.

Embed from Getty Images


41 sélections, 5 buts

Samir Nasri a disputé 41 rencontres avec l’équipe de France entre 2007 et 2013. Auteur de cinq buts, il comptabilise 17 matchs amicaux et 23 rencontres de compétition, dont 6 en phase finale de l’Euro.

Sel Genre Date Lieu Adversaire Score Tps jeu Buts
1 Amical 28/03/2007 Saint-Denis Autriche 1-0 70
2 qEuro 02/06/2007 Saint-Denis Ukraine 2-0 10
3 qEuro 06/06/2007 Auxerre Géorgie 1-0 90 1
4 Amical 22/08/2007 Trnava Slovaquie 1-0 73
5 qEuro 12/09/2007 Paris (Parc) Ecosse 0-1 70
6 Amical 16/11/2007 Saint-Denis Maroc 2-2 90 1
7 qEuro 21/11/2007 Kiev Ukraine 2-2 45
8 Amical 27/05/2008 Grenoble Equateur 2-0 90
9 Amical 31/05/2008 Toulouse Paraguay 0-0 71
10 Amical 03/06/2008 Saint-Denis Colombie 1-0 76
11 Euro T1 09/06/2008 Zurich* Roumanie 0-0 77
12 Euro T1 17/06/2008 Zurich* Italie 0-2 17
13 qCM 06/09/2008 Vienne Autriche 1-3 10
14 Amical 19/11/2008 Saint-Denis Uruguay 0-0 72
15 qCM 28/03/2009 Kaunas Lituanie 1-0 78
16 Amical 11/08/2010 Oslo Norvège 1-2 11
17 qEuro 09/10/2010 Saint-Denis Roumanie 2-0 74
18 qEuro 12/10/2010 Metz Luxembourg 2-0 27
19 Amical 17/11/2010 Londres Angleterre 2-1 90
20 qEuro 25/03/2011 Luxembourg Luxembourg 2-0 90 (CAP)
21 Amical 29/03/2011 Saint-Denis Croatie 0-0 88
22 qEuro 03/06/2011 Minsk Biélorussie 1-1 90
23 Amical 10/08/2011 Montpellier Chili 1-1 66
24 qEuro 02/09/2011 Tirana Albanie 2-1 90
25 qEuro 06/09/2011 Bucarest Roumanie 0-0 15
26 qEuro 07/10/2011 Saint-Denis Albanie 3-0 90
27 qEuro 11/10/2011 Saint-Denis Bosnie 1-1 90 1
28 Amical 29/02/2012 Brême Allemagne 2-1 90
29 Amical 27/05/2012 Valenciennes Islande 3-2 60
30 Amical 31/05/2012 Reims Serbie 2-0 90
31 Amical 05/06/2012 Le Mans Estonie 4-0 73
32 Euro T1 11/06/2012 Donetsk* Angleterre 1-1 90 1
33 Euro T1 15/06/2012 Donetsk Ukraine 2-0 90
34 Euro T1 19/06/2012 Kiev* Suède 0-2 77
35 Euro 1/4 23/06/2012 Donetsk* Espagne 0-2 26
36 Amical 14/08/2013 Bruxelles Belgique 0-0 27
37 qCM 06/09/2013 Tbilissi Géorgie 0-0 12
38 qCM 10/09/2013 Gomel Biélorussie 4-2 29 1
39 Amical 11/10/2013 Paris (Parc) Australie 6-0 90
40 qCM 15/10/2013 Saint-Denis Finlande 3-0 71
41 qCM 15/11/2013 Kiev Ukraine 0-2 80

pour finir...

Sources : Les sites selectiona.free.fr, Wikipedia, L’Equipe, So Foot...

[1Un seul natif de 1987 deviendra finalement champion du monde, que l’on attendait pourtant moins que les autres : Blaise Matuidi.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SOUTENEZ LE SITE

Si vous appréciez les contenus de Chroniques bleues, vous pouvez apporter votre contribution, à partir de un euro.

En savoir plus

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee