Mondial 1986

Dans un Mexique ravagé par un tremblement de terre, tous les regards sont portés vers les Brésiliens et les Bleus de Platini. Mais les deux premières semaines du tournoi sont pour les Soviétiques et les Danois. Jusqu’à ce que Maradona...

Emmanuel Petit, en plein dans le mille

Publié le 22 septembre 2010 - Bruno Colombari

Son but en finale contre le Brésil restera à jamais dans l’histoire. Pourtant, le parcours d’Emmanuel Petit, 40 ans aujourd’hui, 63 sélections en 13 ans de carrière internationale, est tout sauf linéaire.

Passage de témoin dans un vestiaire à Mexico

Publié le 15 septembre 2010 - Bruno Colombari

France-Italie 1986, huitièmes de finale de la coupe du monde. C’est la mi-temps. Dans le vestiaire du stade olympique de Mexico, Henri Michel donne quelques consignes, Platini encourage ses troupes. Depuis Clairefontaine en 1998, Djorkaeff et Blanc commentent.

Les carrés magiques (1) : Tigana, Fernandez, Giresse, Platini

Publié le 22 janvier 2011 - Bruno Colombari

Trois fois dans son histoire, l’équipe de France a eu dans son jeu un carré d’as, talents complémentaires qui ont entraîné des années fastes. Le premier de la série, celui qui a illuminé le milieu des années 80, était en fait un losange. Bienvenue chez les Fertigipla.

Histoire des France-Brésil (1) : de Pelé à Platini

Publié le 2 février 2011 - Bruno Colombari

C’est le rendez-vous des puristes, la quintessence de l’art, l’instant de tous les possibles : un France-Brésil, ça ne se raconte pas, ça se revit. La première partie nous amène de Solna, Suède, à Guadalajara, Mexique, de Pelé à Platini et de Kopa à Careca.

Michel Platini, solstice d’été

Publié le 21 juin 2011 - Bruno Colombari

Né un 21 juin, c’est le plus grand joueur français de l’histoire, et l’un des meilleurs du monde. Nancéen, Stéphanois, Turinois mais avant tout tricolore, Michel Platini a laissé une trace indélébile entre 1976 et 1987. Et sa carrière multicarte n’est pas finie...

Socrates, le chevalier errant d’une équipe de légende

Publié le 4 décembre 2011 - Bruno Colombari

Ainsi donc, l’immense Socrates est mort à 57 ans, prématurément comme il se doit. Capitaine d’une des plus belles équipes de tous les temps, jamais titré en sélection, il restera pour toujours un des plus grands adversaires que les Bleus aient jamais croisé.

SOUTENEZ LE SITE

Si vous appréciez les contenus de Chroniques bleues, vous pouvez apporter votre contribution, à partir de un euro.

En savoir plus

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee