Un nom sur un maillot

908 joueurs ont porté au moins une fois le maillot de l’équipe de France. De Jurietti, dont la carrière internationale a duré 8 secondes, à Lilian Thuram, qui a joué plus de 194 heures, tous ont une histoire qui mérite d’être racontée, ainsi que celle de quelques illustres adversaires. Retrouvez dans cette rubrique des portraits individuels ou collectifs, avec des statistiques inédites.

  • Dans l’ombre des géants (4/4) : Pogba et Griezmann
    Publié le 30 juin 2020 - Bruno Colombari

    Arrivés en sélection à un an d’intervalle entre 2013 et 2014, Pogba et Griezmann ont vu leur statut se croiser chez les Bleus : alors qu’on voyait le premier en haut de l’affiche, c’est le deuxième qui s’est imposé. Mais l’histoire n’est pas finie.

  • Max Lehmann, le déserteur devenu doyen
    Publié le 26 juin 2020 - Pierre Cazal

    Né en Suisse, défenseur de la grande équipe sochalienne des années 30, il s’est moins fait remarquer par ses qualités sportives que par sa longévité, plus de 102 ans, qui en a fait le doyen des Bleus. Mais c’est aussi un étonnant déserteur, en septembre 1938…

  • Dans l’ombre des géants (3/4) : Djorkaeff et Zidane
    Publié le 2 juin 2020 - Bruno Colombari

    Il fallait du cran à Aimé Jacquet, en 1995, pour tout miser sur le duo montant Djorkaeff-Zidane, quitte à écarter pour cela Ginola, Papin et Cantona. Dans une équipe plutôt défensive, ces deux-là vont apporter leur technique et leurs qualités de finisseurs.

  • Louis Mesnier, un Didi bien avant Titi
    Publié le 31 mai 2020 - Matthieu Delahais

    Mais pourquoi l’appelait-on Didi dans la presse de 1904 ? Matthieu Delahais met en cause la raison laquelle le premier buteur de l’histoire des Bleus aurait requis l’anonymat. Et rappelle que Louis Mesnier a détenu, en 1912, le double record des buts et des sélections. Personne n’a fait mieux depuis.

  • René Petit, Bleu malgré lui
    Publié le 24 mai 2020 - Pierre Cazal

    C’est la première star française à avoir joué pour le Real Madrid, bien avant Kopa et Zidane. Celui qu’on a comparé rétrospectivement à Alfredo Di Stéfano était sûrement le meilleur joueur français des années 20. Mais il ne compte que deux sélections. Pourquoi ?

  • Dans l’ombre des géants (2/4) : Giresse et Platini
    Publié le 17 mai 2020 - Bruno Colombari

    L’un est le roi du jeu court, petit gabarit et tempérament effacé. L’autre est le dieu des passes longues, technique irréprochable et ego à l’avenant. Plutôt que les mettre en concurrence, Michel Hidalgo a choisi de les associer. Pour le plus grand bénéfice des deux.

  • Sebastian et Angel Rambert, une filiation franco-argentine
    Publié le 10 mai 2020 - Pierre Cazal

    L’histoire des Rambert traverse le vingtième siècle : un Français du Sud-Ouest qui part en Argentine, son petit-fils Angel qui découvre la France à 24 ans, joue pour les Bleus, retourne en Argentine et meurt avant de voir son fils Sebastian porter le maillot albiceleste.

  • Dans l’ombre des géants (1/4) : Piantoni et Kopa
    Publié le 8 mai 2020 - Bruno Colombari

    Premier article d’une série de quatre sur des duos de très grands noms du football français. L’un est entré dans la légende, l’autre l’a accompagné, en retrait. Dans quelle mesure Roger Piantoni a-t-il poussé Raymond Kopa vers le haut ? Ou a-t-il lui-même été hissé vers les sommets ?

  • Jacques Dhur, au nom du père
    Publié le 5 mai 2020 - Pierre Cazal

    C’est l’un des 22 gardiens de l’équipe de France à ne compter qu’une sélection, en 1927. Mais l’originalité de Jacques Dhur est ailleurs : de son vrai nom Jacques Le Héno, il a adopté le pseudonyme de son père, un pamphlétaire qui avait pris la défense d’Emile Zola lors de l’affaire Dreyfus.

Dernier livre paru

Sites partenaires


Trophée virtuel spécial Euro


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


273 matchs des Bleus en intégralité