[912] France-Pologne (1-1) : un nul qui pourrait coûter cher

Publié le 25 juin 2024 - Bruno Colombari

Alors qu’ils pensaient avoir fait le plus dur sur un pénalty de Mbappé, les Bleus ont été rejoints par la Pologne et doivent se contenter d’une deuxième place qui les envoie dans la partie de tableau la plus ardue.

3 minutes de lecture

Le résultat est-il prévisible ?

Non. Malgré les inquiétudes nées des performances décevantes contre l’Autriche et surtout face aux Pays-Bas, avec un manque criant de réalisme, il semblait bien que ce troisième match pouvait être gagné sans trop de difficultés face à une équipe déjà éliminée après deux défaites, avec l’enjeu de prendre la première place du groupe D afin de rester dans la partie basse du tableau, celle de l’Angleterre et probablement de l’Ukraine ou de la Turquie. De plus, le retour de Mbappé devait améliorer grandement l’impact offensif de l’équipe, qui avait donné des gages derrière.

Mais décidément cet Euro ne veut pas démarrer pour une équipe de France loin de ce qu’elle a montré en Russie ou au Qatar, et dangereusement proche de celle de 2021. Ce nul très malvenu donne un bilan comptable identique de celui du précédent Euro, à savoir une victoire suivie de deux nuls, mais en 2021 les Bleus avaient fini le premier tour avec quatre buts marqués (et certes trois encaissés).

L’équipe est-elle en progrès ?

Non, car si elle est toujours aussi peu adroite devant la cage adverse, s’en remettant à un pénalty pour ouvrir le score, elle a été fébrile derrière, laissant trop d’espaces aux Polonais et perdant des ballons brûlants dans des zones dangereuses, ou commettant des fautes amenant des occasions adverses.

Difficile de savoir si le problème est physique, technique ou psychologique, mais d’évidence, l’équipe tourne à 30 ou 40% de ses capacités. Ce n’est certes pas nouveau à l’issue du premier tour (souvenez-vous de ceux de 2016 ou de 2018, vraiment pas enthousiasmants), mais il faut être sacrément optimiste pour espérer un embrasement similaire à ceux contre l’Argentine il y a six ans ou la Pologne il y a 18 mois, qui avaient idéalement lancé la phase à élimination directe.

Et si cette équipe a tant de mal à gagner un match (3 sur les 7 derniers, avec 3nuls et une défaite) et à marquer des buts (8 sur les 7 rencontres de 2024), qu’adviendra-t-elle s’il faut disputer une prolongation, qu’elle n’a plus remportée depuis 2009 (Irlande, en barrages), voire une séance de tirs au but, où sa dernière victoire date de 1998 (Italie), avant même la naissance de Mbappé ?

Quels sont les joueurs en vue ?

Aligné comme titulaire, Bradley Barcola a fait une bonne première période, avant d’être sorti à l’heure de jeu pour Giroud. S’il n’a pas été décisif, l’ailier gauche parisien a amené du déséquilibre et de la vitesse, même s’il semble avoir eu du mal à combiner avec Mbappé, son coéquipier en club. Il mérite en tout cas d’être revu, avec un profil très différent de celui de Marcus Thuram.

Le jeu de Mbappé a encore eu beaucoup de déchet, avec encore une très belle occasion manquée à la 75e, entre la faute de Upamecano et le pénalty de Lewandowski. On se demande d’ailleurs ce qui se serait passé en cas de but… Mais le capitaine des Bleus a amené de la vitesse et de l’audace devant. Son pénalty transformé devrait le remettre en confiance pour la suite de la compétition, même si son masque semble le gêner.

Mike Maignan a bien cru sauver la victoire française en détournant la première tentative de Lewandowski, mais celle-ci a été donnée à retirer, comme en Coupe du monde face à Lloris. La course d’élan du Barcelonais, extrêmement saccadée, incite en effet le gardien à partir avant la frappe, ce qui le pénalise grandement. Il n’était pas loin de la deuxième frappe, plus près de son poteau gauche. Pour le reste, il a été présent mais semblait battu sur la tête de Lewandowski hors cadre à la 34e.

Quels sont les joueurs en retrait ?

Ousmane Dembélé n’y arrive pas. Il a beaucoup tenté, fait parfois de grosses différences dans son couloir (où il a tenté de combiner avec Koundé), mais reste d’une maladresse étonnante dans le dernier geste, comme sur ce ballon en deuxième période qu’il perd tout seul près de la ligne de sortie de but. Jusqu’à quand restera-t-il titulaire ?

N’Golo Kanté a perdu beaucoup de ballons dans l’entrejeu, ou fait de mauvais choix de passes. Il n’a pas vraiment été aidé par Rabiot ou par Tchouaméni, souvent mis en difficulté sur les contres polonais. Ce qui pose question pour la suite du tournoi, alors que ce troisième match, la qualification étant acquise avant le coup d’envoi, aurait pu leur permettre de souffler. Ce ne sera pas le cas.

Quelles sont les attentes pour le prochain match ?

On ne connaîtra l’adversaire des Bleus que vers 20 heures ce mercredi, à l’issue des matchs Ukraine-Belgique et Slovaquie-Roumanie. Ce sera très serré car les quatre équipes ont toutes trois points, autrement dit chacune peut terminer le premier tour à n’importe quelle place. Rappelons que c’est le deuxième de ce groupe qui affrontera les Français lundi 1er juillet à 18h Düsseldorf.

Quel qu’il soit, il faudra évidemment hausser sérieusement le niveau de jeu pour faire mieux qu’en 2021 (élimination dès le huitième de finale contre la Suisse, 3-3 aux tirs au but). Parce qu’après, le tableau s’annonce féroce avec potentiellement un quart de finale contre le Portugal et une demi-finale face à l’Espagne et l’Allemagne. Autant dire qu’en ce 25 juin, Berlin semble très, très loin.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dossier spécial Jeux olympiques