La course aux étoiles

Publié le 3 août 2018 - Bruno Colombari - 7

Dès septembre, l’équipe de France portera deux étoiles sur son maillot. C’est le Brésil qui avait lancé cette pratique en 1971, suivi par l’Italie en 1982. Le principe ne s’est généralisé qu’au tournant du siècle.

Tout va de plus en plus vite. Alors que l’Uruguay a attendu 62 ans, l’Italie 48, l’Allemagne 42 et l’Angleterre 39, il n’avait fallu que 55 jours pour voir les Bleus porter leur première étoile, le 5 septembre 1998 à Reykjavik [1]. En 2018 à Moscou, le nouveau maillot à deux étoiles était déjà enfilé par dessus le précédent juste après la remise de la Coupe.

Dans les schémas ci-dessous sont représentés les titres mondiaux et l’année de l’apparition des étoiles sur le maillot. Ainsi que l’intervalle de temps entre le premier titre et la première étoile.

PNG - 84.8 ko

L’équipe de France est donc la première sélection championne du monde à avoir mis sur son maillot une étoile dans les semaines qui ont suivi sa première finale victorieuse. Depuis, l’Espagne en a fait de même en 2010, les joueurs portant même le maillot rouge orné d’une étoile lors de la remise de la Coupe du monde à Johannesbourg, juste après leur victoire en finale contre les Pays-Bas.

PNG - 72.4 ko

Quant à l’Allemagne, elle a suivi la tendance en fournissant à ses joueurs un maillot quatre étoiles sur la pelouse même du Maracana de Rio en 2014. Mario Götze, unique buteur du match contre l’Argentine, s’était empressé de le porter.

Le Brésil offre trois étoiles, une couronne et un sceptre à Pelé

Auparavant, c’est le Brésil qui avait lancé la mode des étoiles représentant les victoires mondiales. Mais pas dès son premier succès en 1958, ni au deuxième en 1962. C’est en juillet 1971, un an après avoir conquis définitivement la Coupe Jules-Rimet à Mexico contre l’Italie, que les Auriverde vont arborer trois étoiles sur leur maillot. Et ce à l’occasion des adieux de Pelé à la sélection, contre la Yougoslavie.

PNG - 88.4 ko

L’Italie en fera de même en décembre 1982 contre la Roumanie, cinq mois après être devenue triple championne du monde à Madrid contre la RFA. Ça ne l’empêchera pas de se faire sortir de l’Euro 1984 avant même la phase finale, avec notamment un nul à Chypre qui nous rappellera vaguement quelque chose.

PNG - 61.7 ko

L’Uruguay s’en offre quatre, dont deux olympiques

Pour ne pas être en reste, l’Uruguay arbore dès 1992 un maillot comptant pas moins de quatre étoiles, histoire de devancer tout le monde : deux pour les Coupes du monde 1930 et 1950, deux autres pour les titres olympiques de 1924 et 1928, reconnus par la FIFA.

PNG - 55.1 ko

L’Allemagne attendra près de six ans après sa troisième victoire (de 1990) et la réunification pour porter un maillot à trois étoiles, en 1996 lors de l’Euro anglais qu’elle remportera d’ailleurs. Mais elle devra patienter dix-huit ans de plus avant de s’en offrir une quatrième.

PNG - 76.2 ko

Toujours un train de retard, les Anglais

L’Angleterre, jamais pressée de suivre le mouvement, attend février 2005 et un amical contre les Pays-Bas pour broder sa lone star en hommage à sa victoire de 1966 (il était temps !).

PNG - 85.9 ko

Enfin, le dernier champion du monde non étoilé se met à la page en 2006 : il s’agit de l’Argentine, qui a gagné le droit d’avoir deux étoiles pour ses Coupes du monde 1978 et 1986.

PNG - 71.8 ko

Tiens, et si on ajoutait un badge ?

Depuis 2008, une autre marque, créée par la FIFA celle-là, orne pendant quatre ans le torse des champions du monde. Il s’agit d’un écusson représentant la Coupe du monde sur fond doré, avec la mention FIFA wold champions suivie de l’année du titre. L’Italie l’a portée de cette date à 2010, l’Espagne a suivi, puis l’Allemagne depuis 2014. L’équipe de France sera la quatrième.

Il faudra espérer que ce badge, au demeurant pas très esthétique, ne portera pas la poisse aux Bleus comme à leurs trois précédesseurs, tous éjectés du tournoi suivant dès le premier tour comme des malpropres. Il est vrai que l’équipe de France avait elle-même lancé la mode dès 2002, bien avant l’apparition de l’écusson doré. Réponse au Qatar, en novembre 2022.

Pour terminer, un petit comparatif illustrant l’inflation de logo, blasons, écussons et autres patchs sur le maillot des équipes nationales depuis une quarantaine d’années.

La première photo date de 1976 et du championnat d’Europe des Nations. La RFA est championne du monde en titre. Admirez le dépouillement du maillot de Franz Beckenbauer.

JPEG - 62.1 ko

La deuxième date de la Coupe du monde en Russie. L’Allemagne est encore championne du monde en titre et sa tunique est aussi chargée qu’un panneau d’arrivées et départs dans un aéroport. Et encore ne s’agit-il là que du devant, puisque le nom des joueurs apparaît dans le dos depuis 1994.

JPEG - 97.1 ko

[1Face à l’Autriche le 19 août à Vienne, c’est la même tenue qu’à la Coupe du monde qui avait été portée.

Vos commentaires

  • Le 3 août 2018 à 16:58, par Richard N En réponse à : La course aux étoiles

    En fait, donc, les étoiles étaient un usage réservé aux triples champions du monde. C’est la France qui la première a décidé de s’en coudre une dès son premier titre. L’Angleterre et l’Argentine ont suivi bien après.

  • Le 3 août 2018 à 17:03, par Bruno Colombari En réponse à : La course aux étoiles

    On peut voir ça comme ça, même si l’Uruguay s’est intercalé en 1992, avec seulement deux titres (ou quatre, en comptant les JO). Je pense que c’était plus un principe qu’une règle. Mais quand on voit à quel point Nike crée à la fois l’attente et la pénurie, on se dit qu’une fois de plus le marché a fait d’un symbole une machine à cash.

  • Le 3 août 2018 à 17:15, par Stéphane D En réponse à : La course aux étoiles

    @Richard N On dit dans l’article que l’Uruguay s’est mis des étoiles en 92 bien que n’ayant gagné que 2 CdM. De toute façon parler d’« usage réservé » sur une une population si petite n’a pas beaucoup de sens. Sinon on pourrait aussi dire que jusqu’en 1982, l’usage en était strictement réservé au Brésil.

    Par contre j’avais jamais fait gaffe au patch « tenant du titre ». Qu’est-ce que c’est gros et laid !!

  • Le 3 août 2018 à 17:25, par Bruno Colombari En réponse à : La course aux étoiles

    Gros et laid comme la FIFA ;-)

  • Le 3 août 2018 à 19:40, par Spooner En réponse à : La course aux étoiles

    Bonjour, j’ai en mémoire les noms sur les maillots à partir de l’euro 92, et donc oui en 94 pour la cdm.

  • Le 3 août 2018 à 21:30, par Matthieu En réponse à : La course aux étoiles

    Les Brésiliens ont porté des étoiles pour la première fois en 1968 lors d’une tournée en Europe comme le montre le pdf suivant :
    http://www.brasileiro.ru/futbol/alb...

  • Le 10 février 2019 à 09:51, par Yoyo En réponse à : La course aux étoiles

    L’écusson FIFA de champions du monde possède deux couleurs selon la couleur des maillots.
    Pour les Bleus, la tenue domicile (maillot bleu) arbore un badge blanc où le trophée est brodé en doré. Quant à la tunique extérieur (maillot blanc), l’écusson est de couleur doré avec la coupe brodé en blanc.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SOUTENEZ LE SITE

Si vous appréciez les contenus de Chroniques bleues, vous pouvez apporter votre contribution, à partir de un euro.

En savoir plus

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee