En phase finale, des absences qui pèsent parfois lourd

Publié le 20 juin 2024 - Bruno Colombari

Ce n’est pas la première fois, ni la dernière, qu’une phase finale commence par des absences qui contraignent le sélectionneur à revoir ses plans dans l’urgence. Petit retour historique sur quelques cas qui ont eu des conséquences pas toujours prévisibles sur la suite du tournoi.

5 minutes de lecture

Jouera, jouera pas ? Après avoir craint un forfait de Kylian Mbappé pour le reste du tournoi, les nouvelles du capitaine des Bleus sont meilleures à la veille du match contre les Pays-Bas. Chaque phase finale est une histoire différente, mais il n’est pas inutile de revenir sur les forfaits avant ou après l’entrée des Bleus dans un tournoi depuis quarante ans.

En 1984, une défense décimée d’entrée

Pour débuter leur Euro à domicile, les Bleus battent le Danemark 1-0 au Parc le 12 juin 1984 mais perdent deux défenseurs sur six : Le Roux sur blessure et Amoros, exclu et suspendu trois matchs. Avec 20 joueurs dont 17 de champ, Hidalgo se retrouvait avec 4 remplaçants disponibles dans le champ à choisir parmi 7 n’ayant pas débuté le premier match, dont 5 offensifs : Domergue, Tusseau, Ferreri, Genghini, Bravo, Bellone et Rocheteau.

Si Jean-François Domergue entre à l’heure de jeu pour remplacer Yvon Le Roux, l’expulsion d’Amoros à la 87e n’entraîne pas de nouvelle entrée. Pour le deuxième match contre la Belgique, plutôt que d’appeler Thierry Tusseau côté gauche, Michel Hidalgo préfère y placer Domergue, met Battiston en défense centrale aux côtés de Bossis et demande à Luis Fernandez de jouer arrière droit, derrière le carré magique de 1982 reconstitué.

Mais très vite, Fernandez va se placer dans l’entrejeu et de fait, les Bleus vont évoluer en une sorte de 3-5-2, jusqu’à la sortie de Genghini remplacé par Tusseau. Succès total (5-0) qui poussera Hidalgo, sous la pression de ses cadres, de poursuivre l’expérience face à la Yougoslavie, mais sans Genghini et avec Rocheteau (3-2). Yvon Le Roux reviendra pour la demi-finale face au Portugal (Battiston repassant à droite), mais la défense cédera deux fois devant Jordao (3-2 après prolongations) avant de se montrer plus hermétique en finale contre l’Espagne (2-0).


 

En 1998, le karma des avant-centres

Au Vélodrome, Stéphane Guivarc’h se blesse contre l’Afrique du Sud le 12 juin 1998 lors du premier match de la France en Coupe du monde et sort à la 26e. Il est remplacé par Christophe Dugarry qui ouvre le score huit minutes après (comme face à la Roumanie à l’Euro 96) et se blesse lui aussi à la cuisse lors du match suivant face à l’Arabie saoudite. Au cours du même match, Zidane est expulsé. Mais les Bleus sont déjà qualifiés pour les huitièmes.

Ces forfaits en cascade poussent Aimé Jacquet à recomposer son secteur offensif. S’il fait jouer contre le Danemark Pirès, Diomède et Trezeguet devant Djorkaeff, il met en place un 4-3-3 très offensif face au Paraguay avec Henry à la place de Pirès, qui entrera dans la dernière demi-heure à la place d’Henry, alors que Guivarc’h, rétabli, remplacera Diomède au début du dernier quart d’heure.


 

En 2022, la double peine contre l’Australie

Le 19 novembre 2022, Karim Benzema est forfait trois jours avant le match contre l’Australie, en raison d’une déchirure à la cuisse gauche. Lucas Hernandez se blesse sur l’action du but australien à la 8e du premier match, il est forfait pour toute la compétition.

Sans Benzema, mais avec Giroud, et Théo Hernandez à la place de son frère, les Bleus sortent sans encombre du premier tour et éliminent successivement la Pologne, l’Angleterre et le Maroc. Ils échouent en finale face à l’Argentine, et on ne saura jamais ce qui serait arrivé si Benzema, Lucas Hernandez, mais aussi Paul Pogba ou N’Golo Kanté avaient été là.


 

En Corée, un numéro 10 irremplaçable

En 2002, Roger Lemerre a dû faire face à deux forfaits majeurs qui ont déstructuré son entrejeu. Après Robert Pirès en mars, Zinédine Zidane est blessé à la cuisse avant la Coupe du monde lors du dernier match amical face à la Corée du Sud, match qu’il n’aurait jamais dû jouer après une arrivée tardive suite à la naissance de son troisième fils, Théo. Il manque les deux premières rencontres face au Sénégal (0-1) et à l’Uruguay (0-0) et les Bleus sont éliminés au premier tour, malgré son retour sur une jambe contre le Danemark (0-2). Roger Lemerre, qui n’avait pas de plan B, a aligné Djorkaeff en meneur de jeu, puis Johann Micoud, sans succès. La solution aurait pu être Eric Carrière, mais il n’était pas dans la liste.

C’est le cas le plus proche de celui de Mbappé en 2024, car il touche le joueur majeur de l’équipe : Zidane vient de terminer sa première année au Real (tiens) en gagnant la Ligue des Champions et il semble dans une grande forme. Il n’est pas capitaine (c’est Marcel Desailly qui a hérité du brassard au terme de la carrière en bleu de Didier Deschamps), mais son influence est déterminante.

Mais contrairement à 2002, où les Bleus ont perdu d’entrée contre le Sénégal, l’Euro 2024 a débuté par une victoire. La configuration actuelle ressemble plutôt à celle de 1984, avec un premier match tendu, très physique et crispant, mais gagné, qui allait lancer l’équipe vers la conquête de son premier titre.


 

Mbappé n’a jamais manqué en phase finale

Si pour Kylian Mbappé ce match probablement manqué en phase finale serait une première (il compte 14 participations en Coupe du monde, 5 à l’Euro et 2 en Ligue des Nations, pour 14 buts marqués), Michel Platini a raté trois matchs de Coupe du monde en 1982 et 1986. Deux d’entre eux concernent la petite finale (pour la troisième place), mais le troisième est plus intéressant : au terme du premier tour en 1982, il est forfait pour le match à venir contre l’Autriche, et Hidalgo le remplace numériquement par Jean Tigana, dans un milieu à trois (avec Giresse et Genghini) qui va faire des étincelles. A son retour face à l’Irlande du Nord, il sort un attaquant et réintègre Platini dans un milieu à quatre qui va devenir le premier carré magique.

Zinédine Zidane n’a manqué qu’un match lors des trois Euros qu’il a joués, contre les Pays-Bas en 2000 (mais c’était un choix de Roger Lemerre, les Bleus étant déjà qualifiés). En Coupe du monde, il a été absent cinq fois : deux en 1998, on l’a vu, deux autres en 2002 et un dernier en 2006, face au Togo pour suspension (deux cartons jaunes lors des deux premiers matchs).

Enfin, regardons maintenant quels sont les 14 matchs manqués par Mbappé depuis mars 2017 (il en a joué 80 sur 94 possibles). Après être resté sur le banc contre le Paraguay en juin 2017 (5-0), il était forfait lors de cinq des six rencontres de septembre à novembre 2019, en qualification pour l’Euro 2020. Sans conséquence pour les Bleus avec quatre victoires (Albanie 4-1 et 2-1, Andorre 3-0, Islande 1-0) et un nul (Turquie 1-1). Un an plus tard, il manque encore trois rencontres, deux qualificatives pour la Ligue des Nations 2021 (Croatie en septembre, 4-2 et Portugal en novembre, 1-0) et un amical (Finlande en novembre, 0-2). Là aussi, aucune conséquence sur la qualification.

En septembre 2021, il n’est pas là contre l’Ukraine (1-1) et la Finlande (2-0), en qualification pour la Coupe du monde, et là c’est moyen côté offensif (mais ça l’était aussi face à la Bosnie juste avant, où il était aligné). Il ne joue pas l’amical face à la Côte d’Ivoire en mars 2022 (2-1), pas plus que le match en Croatie en juin (1-1) qualificatif pour la Ligue des Nations. Son dernier match manqué à ce jour est l’amical de septembre 2023 à Dortmund contre l’Allemagne (1-2).

Soit 2 défaites en amical, 3 nuls en compétition et 9 victoires, dont deux en amical. En son absence, les Bleus ont marqué 28 buts (2 par match en moyenne). Avec lui, ils ont gagné 54 fois pour 16 nuls et 10 défaites, et ils ont marqué 178 fois (2,22 buts par match), dont 47 signés Mbappé, qui a également donné 29 passes décisives.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dossier spécial Jeux olympiques