Dominique Dropsy, de Mar del Plata à Rotterdam

Publié le 29 avril 2022 - Richard Coudrais - 1

Dominique Dropsy (1951-2015) a gardé les buts de l’équipe de France à plus de vingt reprises, dont 17 rencontres officielles entre 1978 et 1981. Mais il a été évincé en 1982 et 1984, malgré une brillante fin de carrière à Bordeaux.

Ils sont rares les joueurs qui ont connu leur première sélection au cours d’une phase finale de Coupe du monde [1]. C’est le cas de Dominique Dropsy qui garde pour la première fois la cage de l’équipe de France le 10 juin 1978 à Mar Del Plata, à l’occasion d‘un France-Hongrie resté dans l’histoire moins pour la victoire symbolique (3-1) que pour l’accoutrement que les Français avaient adopté cet après-midi-là.

Le patient français

Le gardien strasbourgeois n’était pas pour autant un novice. Il a déjà été appelé plusieurs fois à participer à des stages et ce depuis Stefan Kovacs, mais il n’est jamais entré en jeu, si ce n’est contre des équipes de club (le Real Madrid et Hambourg SV en 1975) ou au sein d’éphémères équipes de France B. Dominique Dropsy est donc un visage familier quand il s’envole en Argentine avec les Bleus.

Formé à Valenciennes, Dominique Dropsy garde les buts du Racing Club de Strasbourg depuis 1973. Au lendemain du mondial argentin, le club alsacien crée la surprise en remportant son premier titre de champion de France, deux ans seulement après son retour en première division. Ces performances incitent Michel Hidalgo de faire de Dominique Dropsy son gardien titulaire. Le Strasbourgeois est titularisé durant dix rencontres consécutives, une performance rare à l’époque où le sélectionneur avait du mal à faire son choix dans la poignée de gardiens français de même valeur.

La France est engagée dans les éliminatoires du championnat d’Europe 1980, mais ne parvient pas à se qualifier. Dominique Dropsy reste le titulaire lorsque débute à Chypre le parcours éliminatoire qui doit envoyer la France au mondial espagnol. Le 25 mars 1981, ces éliminatoires conduisent les Bleus au stade de Kuip à Rotterdam contre les Pays-Bas. Le gardien français se voit attribuer le seul but du match contre son camp. Le ballon qu’Arnold Muhren a envoyé sur coup franc percute en effet le poteau avant de rebondir sur le dos du gardien français, alors en pleine extension, puis d’entrer dans le but.


 

Le poteau de Rotterdam

Cette erreur lui est vivement reprochée, mais Michel Hidalgo lui maintient sa confiance. Dropsy participe aux deux dernières rencontres de la saison au Parc des Princes, France-Belgique (victoire 3-2) et France-Brésil (défaite 1-3) où il est remplacé à la pause par Jean Castaneda. Il est ensuite rappelé au match de rentrée en août 1981 contre Stuttgart, où la France s’incline de nouveau (1-3) après une performance de piètre qualité. Dominique Dropsy est sorti à la mi-temps, remplacé par Dominique Baratelli. C’est la quatrième fois qu’il cède sa place à la pause.

C’est aussi, mais il ne le sait pas encore, la fin de sa carrière en équipe de France. Michel Hidalgo appelle ensuite Pierrick Hiard pour la rencontre en Belgique, puis Jean Castaneda pour la fin des éliminatoires. Début 1982 viendra le tour du revenant Dominique Baratelli avant que Jean-Luc Ettori ne décroche in-extremis le poste pour le mondial espagnol.

Dominique Dropsy ne fait même pas partie des 22 pour l’Espagne. On lui reproche toujours son but de Rotterdam, mais aussi un manque d’autorité et les résultats devenus médiocres de son club, le RC Strasbourg. Son nom est parfois évoqué mais Michel Hidalgo ne fait plus appel à lui.

En 1984, Dropsy rejoint les Girondins de Bordeaux, alors au sommet du football français. Il conquiert de nouveaux titres (deux championnats, deux coupes) et participe à de nombreuses campagnes européennes. Mais Joël Bats s’est imposé dans la cage tricolore, verrouillant toute possibilité d’un retour des anciens gardiens.

En avril 1989, Dominique Dropsy joue le dernier match de sa carrière, son 596e en championnat de France, ce qui fait de lui le recordman de la première division (il sera battu cinq ans plus tard par… Jean-Luc Ettori). Dominique Dropsy reste dans la région bordelaise à l’issue de sa carrière. Il est appelé dès 1990 par les Girondins pour assurer l’entraînement des gardiens du club, tant dans l’équipe pro que les jeunes du centre de formation. Atteint par une leucémie, Dominique Dropsy disparaît le 7 octobre 2015 à l’âge de 63 ans.

17 sélections, 16 buts encaissés

Dominique Dropsy a connu 17 sélections en équipe de France pour un temps de jeu de 1395 minutes. Son bilan est de 12 victoires, 1 match nul et 4 défaites. Il a encaissé 16 buts.

SelGenreDateLieuAdversaireScoreTps jeu
. (France B) 20/11/1973 Lens Cercle Bruges 1-1 90
. (France B) 24/03/1974 Esch-sur-Alzette Luxembourg 3-1 90
. (non officiel) 19/08/1975 Paris (Parc) Real Madrid 3-1 45
. (non officiel) 08/10/1975 Strasbourg Hambourg SV 0-0 45
1 CM T1 10/06/1978 Mar del Plata* Hongrie 3-1 90
2 qEuro 07/10/1978 Luxembourg Luxembourg 3-1 90
3 Amical 08/11/1978 Paris (Parc) Espagne 1-0 90
4 qEuro 25/02/1979 Paris (Parc) Luxembourg 3-0 90
5 qEuro 04/04/1979 Bratislava Tchécoslovaquie 0-2 90
6 Amical 02/05/1979 East Rutherford Etats-Unis 6-0 45*
. (match UNFP) 21/08/1979 Paris (Parc) Bayern Münich 4-1 45*
7 qEuro 05/09/1979 Solna Suède 3-1 90
8 Amical 10/10/1979 Paris (Parc) Etats-Unis 3-0 45*
9 qEuro 17/11/1979 Paris (Parc) Tchécoslovaquie 2-1 90
10 Amical 27/02/1980 Paris (Parc) Grèce 5-1 45*
11 Amical 26/03/1980 Paris (Parc) Pays-Bas 0-0 90
. (match UNFP) 03/09/1980 Paris (Parc) Juventus 1-0 90
12 qCM 11/10/1980 Limassol Chypre 7-0 90
13 qCM 28/10/1980 Paris (Parc) Rep. d’Irlande 2-0 90
14 Amical 19/11/1980 Hanovre Allemagne 1-4 90
15 qCM 25/03/1981 Rotterdam Pays-Bas 0-1 90
16 qCM 29/04/1981 Paris (Parc) Belgique 3-2 90
17 Amical 15/05/1981 Paris (Parc) Brésil 1-3 45*
. (match UNFP) 18/08/1981 Paris (Parc) VFB Stuttgart 1-3 45*

pour finir...

Sources : les sites selectiona.free.fr, L’Équipe, Wikipédia, FFF + les ouvrages « L’intégrale de l’équipe de France de football » (First édition) de Pierre Cazal, Jean-Michel Cazal et Michel Oreggia ; « La fabuleuse histoire du football » (Nathan) de Jacques Thibert et Jean-Phlippe Rethacker.

[1Raymond Kaelbel en 1954, Maurice Lafont en 1958, Dominique Dropsy en 1978 et Albert Rust en 1986 ont connu leur première sélection A en pleine Coupe du monde

Vos commentaires

  • Le 30 avril à 00:40, par Nhi Tran Quang En réponse à : Dominique Dropsy, de Mar del Plata à Rotterdam

    Comme pour Bertrand Demanes, je pense que Dropsy aurait dû avoir une meilleure carrière internationale même en tant que numéro 2 ou 3. Je le voyais bien encore dans le noyau en 82, 84 & 86 au vue de sa contribution dans les succès de Bordeaux en championnat à cette période notamment à la place de Rust ou Bergeroo qui ne jouaient pas toujours dans des clubs du haut du tableau (Sochaux, LOSC, TFC)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.