Comment débutent les phases qualificatives en Coupe du monde

Publié le 22 mars 2021 - Bruno Colombari

Est-il nécessaire de commencer par une victoire pour espérer se qualifier pour la Coupe du monde ? L’histoire des 17 phases qualificatives depuis 1934 montre que non. Match initial, adversaires les plus rencontrés, joueurs et buteurs spécifiques, tout est là.

S’ils restent rarement dans les mémoires, les matchs des phases qualificatives pour la Coupe du monde sont riches d’enseignement. Dans cet article, je vous propose de regarder comment l’équipe de France a commencé ses 17 phases qualificatives, qui a été le premier buteur et quel bilan on peut dresser de l’ensemble de ces matchs, en terme de joueurs participants, de buteurs, de victoires et d’adversaires.

Le premier match : plus de victoires que de qualifications

06/09/2016 : Biélorussie 0-0 à Borisov
07/09/2012 : Finlande 1-0 à Helsinki (Diaby)
06/09/2008 : Autriche 1-3 à Vienne (Govou)
04/09/2004 : Israël 0-0 à Saint-Denis
09/09/1992 : Bulgarie 0-2 à Sofia
28/09/1988 : Norvège 1-0 à Paris (Papin)
13/10/1984 : Luxembourg 4-0 à Luxembourg (Battiston)
11/10/1980 : Chypre 7-0 à Limassol (Lacombe)
09/10/1976 : Bulgarie 2-2 à Sofia (Platini)
13/10/1972 : URSS 1-0 à Paris (Bereta)
06/11/1968 : Norvège 0-1 à Strasbourg
04/10/1964 : Luxembourg 2-0 à Luxembourg (Guy)
25/09/1960 : Finlande 2-1 à Helsinki (Wisniewski)
11/11/1956 : Belgique 6-3 à Colombes (Cisowski)
20/09/1953 : Luxembourg 6-1 à Luxembourg (Piantoni)
09/10/1949 : Yougoslavie 1-1 à Belgrade (Baillot)
15/04/1934 : Luxembourg 6-1 à Luxembourg

Avec 10 victoires pour 4 nuls et seulement trois défaites contre la Norvège en 1968, la Bulgarie en 1992 et l’Autriche en 2008, ce premier match est généralement bien négocié. Et d’ailleurs mieux dans la période lointaine que dans la récente : sur les cinq dernières phases qualificatives, on ne compte qu’une seule victoire (en Finlande en 2012) pour deux nuls et deux échecs.

Mais ce résultat initial ne dit rien de l’éventuelle qualification finale. Les Bleus ont échoué 6 fois sur 17, et à trois reprises ils avaient remporté leur premier matchs : en 1960 contre la Finlande, en 1972 face à l’URSS et en 1988 contre la Norvège. En 1949 ils avaient commencé par un nul à Belgrade contre la Yougoslavie et ce n’est qu’en 1968 (défaite à domicile contre la Norvège) et en 1992 (défaite à Sofia contre la Bulgarie) qu’un échec initial n’a jamais été rattrapé.

L’Irlande et la Bulgarie, les plus souvent rencontrés

C’est qu’une campagne qualificative, très brève aux débuts, est de plus en plus longue : on est passé d’un seul match de barrage contre le Luxembourg en 1934 à dix rencontres depuis 1992-1993. Le bilan d’ensemble est plutôt bon, avec 111 matchs pour 65 victoires, 23 nuls, 23 défaites. Côté buts, la différence est très large avec 216 buts marqués pour 88 encaissés.


 

Les Bleus ont rencontré 25 pays différents mais jamais les champions du monde allemands, italiens et anglais, ni les champions d’Europe portugais ou danois, ce qui n’avait rien d’évident vu que la France, au moins jusqu’après la Coupe du monde 1982, n’était pas tête de série en raison de la médiocrité de ses performances dans les années 60 et 70.

Elle a donc été abonnée à la République d’Irlande (12 matchs en 6 phases qualificatives, pour 6 victoires et 3 défaites), à la Bulgarie (11, 5 victoires et 5 défaites), le Luxembourg (8 victoires en 9 matchs) et la Yougoslavie (9 confrontations, 2 victoires pour 3 défaites). La Suède, la Finlande, Chypre et la Norvège arrivent ensuite avec 6 oppositions. En tout, 25 sélections ont été rencontrées en phase qualificative mondiale.

Une seule série parfaite, quatre barrages

Contrairement aux qualifications pour l’Euro où les Bleus ont fait le plein deux fois (6/6 en 1990-91 et 8/8 en 2002-03), il faut remonter à 1953 pour trouver la seule série parfaite, mais c’était sur une qualification à quatre rencontres, dont deux contre le Luxembourg. On mettra entre parenthèses les deux premières phases qualificatives en Coupe du monde (la France étant invitée en 1930 et pays organisateur en 1938), qui consistaient en un match sec de barrage en 1934 et un aller-retour contre un adversaire unique en 1949 : c’est d’ailleurs la seule fois où les Français n’ont pas gagné, avec deux nuls identiques face à la Yougoslavie, l’affaire se réglant sur un match de barrage à Florence et perdu en prolongations (2-3).

Il y aura trois autres barrages dans l’histoire de ces phases qualificatives. Le deuxième sera également perdu, en 1961 contre la Bulgarie, d’une façon très injuste : l’équipe de France avait gagné largement ses trois premiers matchs (avec une différence de but de 10-3) mais perdu le dernier à Sofia contre la Bulgarie, ce qui avait entraîné un barrage fatal à Milan. Les deux derniers, joués en aller-retour, se sont mieux terminés, mais rien n’était donné : 1-0 et 1-1 après prolongations contre l’Irlande en novembre 2009, 0-2 et 3-0 face à l’Ukraine en novembre 2013. Avec des dynamiques radicalement différentes, évidemment.


 

316 joueurs derrière Lloris, 91 buteurs derrière Platini

Côté joueurs, ils sont 317 (sur 914 début 2021) à avoir participé à au moins un match qualificatif pour la Coupe du monde. Hugo Lloris est celui qui en compte le plus, 25 sur 32 possibles depuis l’automne 2008. Il est suivi par Patrice Evra (22 entre 2004 et 2016), William Gallas (20 entre 2004 et 2009), Franck Sauzée (18 entre 1988 et 1993) et Olivier Giroud (17 depuis 2012). Ce dernier devrait bientôt distancer le quatuor Bossis-Platini-Henry-Benzema (17 également).

Côté buteurs, ils sont 92 à avoir marqué au moins une fois (sur 344 début 2021), le plus efficace étant Michel Platini avec 12 buts en 17 matchs entre octobre 1976 et novembre 1985. Viennent ensuite Franck Ribéry (8 buts entre 2008 et 2013), Thadée Cisowski (7 en 1956-1957) et Eric Cantona et enfin Olivier Giroud (6 depuis 2012). Dans les joueurs actifs, il est le mieux classé devant Antoine Griezmann (4) et Paul Pogba (3). A noter que Kylian Mbappé n’en a inscrit qu’un dans ce cadre-là, et c’était son tout premier en Bleu, le 31 août 2017 contre les Pays-Bas.

JPEG - 103.8 ko

Cisowski héroïque et malheureux

Si on cherche quel joueur a marqué le plus de buts en une seule campagne qualificative, c’est Thadée Cisowski qui écrase la concurrence avec 7 buts en seulement deux matchs : cinq contre la Belgique en novembre 1956 et deux face à l’Islande en octobre 1957. Il manquera malheureusement la Coupe du monde 1958 sur blessure.

Eric Cantona arrive ensuite avec 6 buts (en 8 matchs) en 1992-93, suivi de Michel Platini (5 en 5 matchs) en 1980-81 et Franck Ribéry (5 en 10 matchs) en 2012-13. Antoine Griezmann et Olivier Giroud, qui ont inscrit chacun 4 buts en 2016-17, peuvent essayer de faire mieux, tout comme Kylian Mbappé. Ils ont huit matchs devant eux pour y parvenir.

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee

En savoir plus

Derniers livres parus

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Foot et culture populaire


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité