Yvon Le Roux, le menhir bleu

Publié le 25 avril 2023 - Richard Coudrais

Yvon Le Roux a connu 28 sélections en équipe de France entre 1983 et 1989. Après un démarrage en fanfare, il a été contrarié par des blessures, et à vu sa carrière s’arrêter à la mi-temps d’un France-Écosse.

Cet article fait partie de la série Génération 6
6 minutes de lecture

Au lendemain de la Coupe du monde 1982, l’équipe de France est qualifiée d’office pour l’Euro 1984 organisé dans l’hexagone. Elle entame donc deux saisons de matchs amicaux, une aubaine pour Michel Hidalgo qui a l’occasion de procéder sans risque à quelques tests pour améliorer cette équipe de France. Car toute demi-finaliste mondiale qu’elle soit, celle-ci reste très perfectible.

Un Brestois chez les Bleus

Le renouvellement de sa charnière centrale est l’un de ses principaux soucis, notamment le poste de stoppeur où les prestations de Christian Lopez et Gérard Janvion, qui ont tour à tour assuré le rôle lors de la Coupe du monde espagnole, laissent sceptiques. Les deux hommes n’ont certes que 29 ans chacun, mais leurs performances vont en déclinant.

Pour ce poste, Michel Hidalgo semble avoir une préférence pour Philippe Mahut, même si le néo-Stéphanois, souvent cité parmi les meilleurs spécialistes du championnat, peine à confirmer au niveau international. A la sortie de l’hiver 1983, un match calamiteux face à l’URSS d’Oleg Blokhine scelle son sort.

Michel Hidalgo songe désormais à l’international Espoir Yvon le Roux, un gaillard de 1,89 mètre qui à 23 ans compte déjà plus d’une centaine de matchs avec le Stade Brestois, comme stoppeur et parfois comme demi défensif. Le 23 avril 1984, à l’occasion d’un France-Yougoslavie amical au Parc des Princes, le natif de Plouvorn est aligné en défense centrale aux côtés de Maxime Bossis.

Première sélection, premier but

Le premier international français issu du Stade Brestois se montre très à son aise et n’hésite pas à prendre des initiatives offensives. A tel point que c’est lui qui ouvre le score d’une reprise de la tête sur un centre de Bruno Bellone. Face à une équipe yougoslave que l’on a rarement connue aussi faible, Yvon Le Roux se montre très présent, tente des frappes de loin et prend même quelques coups francs à son compte. L’équipe de France s’impose 4-0, le score ayant été clôturé par l’autre novice de la soirée, José Touré, qui réalise des débuts tout aussi convaincants.


 

Michel Hidalgo avait rêvé d’un stoppeur impeccable en défense, très bon de la tête et qui n’hésite pas à participer au jeu offensif. Il est comblé avec Yvon Le Roux, d’autant que dès l’été suivant le joueur quitte le cocon brestois pour jouer le haut du tableau au sein de l’AS Monaco. Le Breton dispute toutes les rencontres en bleu de la saison 1983-1984, que ce soit avec Marius Trésor, qui effectue un bref retour avant de mettre définitivement fin à sa carrière, ou avec Maxime Bossis, qui confirme son aptitude à tenir le poste au plus haut niveau.

Le choc avec Simonsen

Yvon Le Roux est logiquement titulaire le 12 juin 1984 pour le match d’ouverture de l’Euro 1984 qui oppose la France au Danemark au Parc des Princes. Un incident terrible va marquer cette rencontre par ailleurs assez rude. Juste avant la mi-temps, près de la ligne médiane, Le Roux et le Danois Allan Simonsen se jettent ensemble sur le ballon. Dans le choc, le Breton brise le tibia du Ballon d’or 1977.


 

Si le Danois sort sur une civière, tournoi terminé, le Breton n’est pas indemne et doit céder sa place à l’heure de jeu. Il reste plusieurs jours en soins et doit rompre sa présence interrompue au sein de la défense des Bleus. Absent contre contre la Belgique à Nantes puis contre la Yougoslavie à Saint-Étienne, il effectue son retour pour la demi-finale de Marseille face au Portugal. Dans les prolongations, alors que les Français sont menés au score, le Breton se porte à l’avant pour jouer des épaules dans la surface adverse. Lorsqu’il tente un tir en pivot à la façon d’un avant-centre, l’action aboutit à l’égalisation de Domergue qui relance les Tricolores vers une victoire 3-2 arrachée dans les cinq dernières minutes.

Quatre jours plus tard, Le Roux est parmi les onze de la finale contre l’Espagne. La France s’impose avec difficulté. A cinq minutes de la fin de la rencontre, alors que les Bleus ne mènent que 1-0 et subissent la furia de leurs adversaires, Le Roux fauche l’Espagnol Sarabia et écope d’un carton rouge. Une sanction d’autant plus logique qu’il avait déjà averti en début de deuxième mi-temps pour une faute sur Santillana.

Yvon le Rouge

La France s’impose finalement 2-0. Pour le Roux, la satisfaction d’un premier titre international est quelque peu ternie par le carton rouge, qui renforce la réputation de joueur dur que lui reprochent certains. Henri Michel, le nouveau sélectionneur, lui maintient toutefois sa confiance en le sélectionnant dès son premier match, une rencontre UNFP contre l’Inter Milan, perdue 0-1 au Parc des Princes. Malheureusement, une blessure au ménisque éloigne ensuite le Monégasque des terrains et l’empêche de disputer les rencontres suivantes.

Henri Michel se tourne alors vers Didier Sénac puis fait revenir Léonard Specht dans la défense des Bleus. La reconquête du poste s’avère d’autant plus difficile qu’en club, Yvon Le Roux a également perdu sa place, la défense centrale de Monaco étant occupée par une paire Simon-Stojkovic qui donne satisfaction. L’entraîneur Lucien Muller tente de refaire de l’ancien Brestois un demi défensif. En vain.

Il est temps de changer d’air et lors de l’été 1985, Yvon Le Roux se rapproche de sa Bretagne natale et signe au FC Nantes. Le club nantais lui permet de retrouver la défense centrale et de vivres de belles soirées européennes. L’équipe de France l’appelle de nouveau pour son premier match de la saison, une Coupe Intercontinentale disputée au Parc des Princes contre l’Uruguay. La victoire des Français est nette (2-0) et obtenue avec la manière. Henri Michel conserve le onze de départ, avec Le Roux en stoppeur, pour la fin des éliminatoires de la Coupe du monde 1986.

Les Bleus se qualifient en novembre 1985 après une difficile victoire contre la Yougoslavie (2-0). Pour Le Roux, la fête est un peu gâchée par une nouvelle expulsion à cinq minutes de la fin à la suite d’un tacle rugueux sur Baždarević. Deux cartons rouges en dix-huit mois, après seize sélections, l’image du joueur en prend un coup. Il sera suspendu pour les deux premières rencontres de la Coupe du monde mexicaine mais Henri Michel lui conserve sa confiance. Il l’appelle pour chacun des matchs de préparation (comme remplaçant de luxe) et l’intègre dans la liste de 22.

Au Mexique, la défense centrale Bossis-Battiston donne satisfaction et Le Roux comprend qu’il restera sur le banc, sauf accident. Il ne joue finalement qu’après l’élimination en demi-finale, le match de la troisième place contre la Belgique. Et encore doit-il sortir après la mi-temps, ressentant une douleur au genou.

Colosse au genou d’argile

Au lendemain du Mundial mexicain, Henri Michel doit gérer les retraits de quelques cadres en plus des traditionnels tracas de sélectionneur (blessures, forfaits...). Pour le poste de stoppeur, il fait appel au prometteur Basile Boli (19 ans). De son côté, Yvon le Roux passe plus de temps aux soins que sur les terrains. Il décroche toutefois une sélection en novembre 1986 pour un match qualificatif à Leipzig contre la RDA (0-0).

Lors de l’été 1987, Yvon Le Roux quitte Nantes pour l’Olympique Marseille. Il retrouve l’équipe de France à Berlin, associé à Patrick Battiston face à la RFA. Au début de l’année 1988, Yvon Le Roux est dans le groupe du tournoi de France qui effectue un stage en Israël. A Tel-Aviv, il fait la paire avec Basile Boli. Du tournoi victorieux, il ne dispute qu’un quart d’heure face au Maroc. Un mois et demi plus tard à Bordeaux contre l’Espagne, il est associé à Sylvain Kastendeuch.

Des blessures récurrentes et l’affirmation des Boli, Casoni et autres Kastendeuch éloignent Le Roux de l’équipe de France pendant plus d’une saison. Le Breton rejoint le Paris Saint-Germain au cours de l’été 1989. Ses performances avec le club de la capitale attirent l’attention de Michel Platini, qui a pris la place d’Henri Michel. L’ancien capitaine des Bleus rappelle le Breton à l’occasion du match Suède-France que le sélectionneur veut fondateur. Il annonce que, quel que soit le résultat, il conservera le même groupe jusqu’à l’Euro 1992.

L’équipe de France s’impose 4-2 sous l’orage de Göteborg et poursuit son aventure en Norvège (1-1) avant de recevoir l’Écosse au Parc des Princes. Alors que la France l’emporte 3-0, Le Roux doit sortir à la pause à cause d’une douleur ressentie au genou. Le néo-Parisien doit passer sur la table d’opération. Il ne reviendra jamais sur les terrains.

28 sélections, 1 but, 2 cartons rouges

Yvon Le Roux a connu 28 sélections en équipe de France A, dont 24 comme titulaire, ce qui représente 2187 minutes en bleu selon le site FFF. Il a connu trois sélectionneurs (Hidalgo, Michel et Platini). Champion d’Europe 1984, il compte également le titre de champion intercontinental 1985 et a terminé troisième de la Coupe du monde 1986.

Sel.GenreDateLieuAdversaireScoreTps JeuNotes
1 Amical 23/04/1983 Paris (Parc) Yougoslavie 4-0 90 1 but
2 Amical 31/05/1983 Luxembourg* Belgique 1-1 90
UNFP 24/08/1983 Toulouse Club Atlético Peñarol 1-0 90
3 Amical 07/09/1983 Copenhague Danemark 1-3 90
4 Amical 05/10/1983 Paris (Parc) Espagne 1-1 90
5 Amical 12/11/1983 Zagreb Yougoslavie 0-0 90
6 Amical 29/02/1984 Paris (Parc) Angleterre 2-0 90
7 Amical 28/03/1984 Bordeaux Autriche 1-0 90
8 Amical 18/04/1984 Strasbourg RFA 1-0 90
9 Amical 01/06/1984 Marseille Écosse 2-0 90
10 Euro T1 12/06/1984 Paris (Parc) Danemark 1-0 60 >
11 Euro 1/2 23/06/1984 Marseille Portugal 3-2 (prol) 120
12 Euro fin 27/06/1984 Paris (Parc) Espagne 2-0 85 > exclu
UNFP 05/09/1984 Paris (Parc) Inter Milan 0-1
13 Interc. 21/08/1985 Paris (Parc) Uruguay 2-0 90
14 qCM 11/09/1985 Leipzig RDA 0-2 90
15 qCM 30/10/1985 Paris (Parc) Luxembourg 6-0 > 62
16 qCM 16/11/1985 Paris (Parc) Yougoslavie 2-0 85 > exclu
17 Amical 26/02/1986 Paris (Parc) Irlande du Nord 0-0 > 45
18 Amical 26/03/1986 Paris (Parc) Argentine 2-0 > 30
19 CM 3pl 28/06/1986 Puebla* Belgique 4-2 (prol) 55 >
20 qEuro 19/11/1986 Leipzig RDA 0-0 90
21 Amical 12/08/1987 Berlin RFA 1-2 90
22 qEuro 18/11/1987 Paris (Parc) RDA 0-1 90
23 Amical 27/01/1988 Tel Aviv Israël 1-1 90
24 Amical 05/02/1988 Monaco Maroc 2-1 > 15
25 Amical 23/03/1988 Bordeaux Espagne 2-1 90
26 Amical 16/08/1989 Malmö Suède 4-2 90
27 qCM 05/09/1989 Oslo Norvège 1-1 55 >
28 qCM 11/10/1989 Paris (Parc) Écosse 3-0 45 >

pour finir...

La rédaction de cet article a nécessité la consultation des sites selectiona.free.fr, RSSSF, L’Équipe, FFF, Wikipédia, la lecture d’anciens exemplaires de France-Football, L’Équipe, les Cahiers de L’Équipe, Mondial, Onze, Onze-Mondial... ainsi que des ouvrages « La fabuleuse histoire du football » de Jacques Thibert et Jean-Phlippe Rethacker (Nathan, 1990), « L’intégrale de l’équipe de France de football » de Pierre Cazal, Jean-Michel Cazal et Michel Oreggia (First édition, 1998), « La grande histoire du football en Bretagne » de Georges Cadiou (Liv’édition, 1998), « Les 1000 joueurs de l’équipe de France » de Jérôme Bergot (Talent Sport, 2021), « Sélectionneur des Bleus » de Pierre Cazal (Mareuil, 2021), « Le Dico des Bleus » de Matthieu Delahais, Bruno Colombari et Alain Dautel (Marabout, 2017-2018-2022), les éditions 1982 à 1990 de « L’année du football » de Jacques Thibert (Calmann-Levy) et du « Livre d’or du football » de Charles Biétry (Solar).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.