Gérard Houllier

Né le 3 septembre 1947 à Thérouanne, il présente la particularité de n’a jamais été joueur professionnel. Entraîneur du RC Lens (1982-1985), puis du Paris SG (1985-1988), il remporte le premier titre de champion de France du club de la capitale et rejoint la FFF en tant qu’adjoint de Michel Platini. Il lui succède en 1992, après l’Euro. Mais son mandat se termine 16 mois plus tard, en novembre 1993 après deux défaites à domicile face à Israël et la Bulgarie qui coûtent aux Bleus la qualification pour la Coupe du monde 1994. Il obtiendra de meilleurs résultats en club avec Liverpool (1998-2004) et Lyon (2005-2007). Il décède le 14 décembre 2020.

Sélectionneurs, une vie après les Bleus

Publié le 28 décembre 2020 - Bruno Colombari

L’annonce de l’arrivée surprise de Raymond Domenech sur le banc du FC Nantes, quelques jours après la signature de Laurent Blanc à Al-Rayyan donne l’occasion de revenir sur les parcours des ex-sélectionneurs.

Gérard Houllier ne marchera jamais seul

Publié le 14 décembre 2020 - Bruno Colombari, Richard Coudrais

Gérard Houllier est décédé le 14 décembre 2020. Il avait été à la tête des Bleus de 1988 à 1993, d’abord comme adjoint de Michel Platini, puis ensuite comme sélectionneur principal. Mais c’est en club, avec le PSG, Liverpool et Lyon qu’il a été au sommet.

Matthew Spiro : « La France a tellement de talents ! »

Publié le 1er septembre 2020 - Bruno Colombari

Journaliste à BeIN Sports pour qui il couvre le football français à l’international, Matthew Spiro suit les Bleus depuis 2002. Il a travaillé notamment pour la BBC, le Daily Telegraph, le site de l’UEFA ou le Times. Il est l’auteur de « Sacré Bleu », pas encore traduit en français.

1993, une année dans le siècle

Publié le 30 novembre 2013 - Bruno Colombari

Bon, d’accord, Kostadinov a mis le point final à une année maudite. Mais avant, il y avait eu cinq victoires, quelques matches maîtrisés, l’éclosion de Lama et Desailly et la naissance de Pogba et Varane.

1992, une année dans le siècle

Publié le 30 septembre 2012 - Bruno Colombari

Un Euro complètement raté, une ancienne gloire au poste de sélectionneur qui s’en va sur et un autre qui arrive : bienvenue en 1992, dont on retiendra les sept buts de Papin et les débuts de Lizarazu.