Accueil > Juste après le match > Ça manque un peu de relief

télécharger l'article au format PDF

Ça manque un peu de relief

Publié le 14 août 2013

Toujours aussi peu inspirés devant mais un peu plus solides derrière, les Bleus ramènent un nul équitable de Bruxelles (0-0). Il faudra faire mieux pour aller au Brésil.

Le résultat était-il prévisible ?

Oui, c’était d’ailleurs le score du précédent France-Belgique fin 2011. C’est aussi la deuxième fois que Didier Deschamps entame sa saison de sélectionneur par un 0-0, après l’Uruguay en août 2012. Entre des Bleus très pauvres offensivement (aucun but marqué sur les trois précédentes rencontres) et des Belges remontés mais en phase de rodage, il était prévisible que si la mi-temps était atteinte sans but, les changements en seconde période ne débloqueraient pas le tableau d’affichage. C’est ce qui s’est passé.

L’équipe est-elle en progrès ?

Au vu de ses deux dernières sorties sud-américaines, on peut dire que oui. Hormis la première demi-heure, l’équipe de France a montré des choses, a joué sérieusement derrière et a essayé de construire devant, même si trop souvent, les joueurs offensifs ont péché par manque de vitesse et de percussion. La superbe occasion de Karim Benzema, détournée du pied par Courtois à la 66e, a prouvé qu’il était possible de déborder la défense belge à condition de jouer vite et de prendre des risques.

Quels joueurs sortent de ce match renforcés ?

Gaël Clichy est la principale satisfaction sur le côté gauche de la défense qui semblait sinistré ces derniers mois. Le latéral mancunien a bien défendu et il s’est toujours montré disponible devant. Il a aussi bien couvert Abidal quand ce dernier désertait l’axe de la défense.

De même, Laurent Koscielny a sans doute gagné une place de titulaire, tant il a paru rassurant dans l’axe. Bacary Sagna a encore gâché de nombreux centres, mais il a fait le travail derrière, même s’il ne semble pas meilleur à ce poste que Debuchy. Enfin, Eric Abidal a bien tenu sa place, mais il est douteux que Didier Deschamps en fasse une solution durable. Le retour espéré de Raphaël Varane devrait clore le débat bientôt.

Quels joueurs sortent de ce match affaiblis ?

Aligner ensemble Guilavogui et Kondogbia face au brillant milieu belge était une option plutôt gonflée de la part du sélectionneur. Elle n’a pas porté ses fruits. Le Stéphanois, très moyen depuis le début de saison, n’a pas vraiment existé en première mi-temps, tandis que le champion du monde U20 a perdu beaucoup de ballons dont certains auraient pu être fatals.

Franck Ribéry a beaucoup tenté, beaucoup cherché Benzema, un peu trop, et il n’a pas réussi grand chose. Lui aussi a semblé hésitant à plusieurs reprises, tout comme Dimitri Payet qui a beaucoup joué en retrait et qui aurait pu tenter des frappes plutôt que des passes sans conviction.

Enfin, Karim Benzema a mieux joué que ses derniers matches (il est vrai que ce n’était pas difficile) mais encore une fois, il n’a pas eu un soupçon de réussite, notamment sur deux grosses occasions autour de l’heure de jeu. En première mi-temps, il a beaucoup dézoné, se retrouvant souvent dans le secteur de jeu de Ribéry.

Quelles sont les attentes pour le prochain match ?

En Géorgie le 6 septembre, comme à Minsk le 10, il faudra gagner, tout autre résultat risquant de coûter très cher en privant les Bleus de barrages. Et pour cela, il faudra marquer, ce qui n’est plus arrivé depuis six heures trente. Depuis un an, l’équipe de France de Deschamps a plutôt bien géré ces rencontres contre des adversaires regroupés, en l’emportant sur le même score (3-1) à domicile. Au-delà, il s’agira de retrouver de la confiance et des automatismes dans la perspectives des barrages en novembre, qui s’annoncent compliqués.



Voir le profil de Bruno Colombari sur LinkedIn



SPIP Site sous spip 3.0.17 et le plugin zpip | Hébergé par Mutins
Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Sauf mention contraire, le contenu rédactionnel de cette page est sous contrat Creative Commons.

Visiteurs connectés : 7