Plus de points que de buts

Publié le 12 octobre 2010

Désormais abonnés au 2-0, les Bleus ont ont assuré le minimum syndical contre le Luxembourg avec un manque d’imagination dans la construction plutôt inquiétant.

Après chaque match de l’équipe de France, et avant de publier les tableaux de bord, je fais une petite liste des enseignements à en tirer, en cinq questions.

Le résultat était-il prévisible ?
Le résultat, oui, le score non. En marquant plus de points que de buts contre une équipe qui a dû passer dix fois le rond central, et qui a joué a dix pendant la dernière demi-heure, l’équipe de France a encore montré de grosses lacunes dans la construction et son peu de capacité à prendre le jeu à son compte. Mais il est vrai que ce genre de situation est déjà arrivée à la génération championne du monde, empêtrée dans la défense andorrane au stade de France (octobre 1998, 2-0) et à Barcelone (juin 1999, 1-0 grâce à un pénalty de Lebœuf à la 86ème minute). Du coup, aucun joueur offensif n’en a profité pour faire tourner son compteur, même si Benzema a inscrit son dixième but en sélection.

L’équipe est-elle en progrès ?
Non. Dans une configuration nouvelle pour elle (un adversaire de niveau très inférieur), la sélection a péché dans deux domaines, la construction du jeu et l’efficacité devant le but. L’entente Hoarau-Benzema aura été inexistante, l’absence d’un milieu offensif droit (alors que Payet et Valbuena étaient disponibles) et l’embouteillage (pourtant prévisible) dans l’axe auront favorisé le jeu défensif luxembourgeois.

Ce n’est certes pas sur ce genre de match (où la seule incertitude réside dans le nombre final de buts marqués) que l’on peut mesurer les progrès de cette jeune équipe, mais elle a sans doute manqué à Metz l’occasion de prendre de la confiance devant et de travailler les enchaînements offensifs. Dommage.

Quels joueurs sortent de ce match renforcés ?
Grosso modo, les mêmes que samedi dernier. Réveillère s’est encore mis en évidence, Gourcuff a été quelconque en première période mais plus actif après le repos, et les trois entrants Nasri, Payet et à un degré moindre Rémy ont apporté de la vitesse et de la percussion à une équipe qui en manquait vraiment. Abou Diaby a fait pour sa part une bonne première mi-temps, avec des frappes intéressantes et du jeu dans les petits espaces, mais il a un peu disparu après.

Quels joueurs sortent de ce match affaiblis ?
Florent Malouda a réussi l’exploit de rééditer sa très mauvaise performance roumaine dans un contexte pourtant bien plus favorable. Incompréhensible pour le joueur français le plus expérimenté, auteur d’un grand début de saison avec Chelsea mais qui ne semble pas en phase avec le groupe.

Karim Benzema a certes ouvert le score, mais c’est à peu près tout ce qu’il a fait de bon pendant les trois premiers quarts d’heure. Guillaume Hoarau n’a quant à lui quasiment rien fait de bon, maladroit dans ses frappes, toujours aussi lent à se retourner.

Quelles sont les attentes pour la prochaine rencontre ?
Le 17 novembre à Wembley, ce sera un tout autre adversaire que les Bleus affronteront, mais ce ne sera qu’un match amical. Libérés de la pression du résultat, n’ayant pas à faire le jeu, il n’est pas impossible que les Bleus réalisent une bonne performance contre l’Angleterre qui ne les a plus battus depuis 1997. Ce sera en tout cas un bon test pour la défense, et il est probable que les attaquants auront plus d’espace pour s’exprimer. Le duo Nasri-Gourcuff serait intéressant à revoir, placé devant Diarra et Diaby, avec Payet à droite et peut-être Rémy en pointe, soit la configuration de la fin de match contre le Luxembourg.

Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

Abonnez-vous !

Chroniques bleues est sur Tipeee, premier site français de tip participatif.

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité