Accueil > Tableaux de bord > Tableaux de bord 791 après France-Danemark (2-0)

télécharger l'article au format PDF

Tableaux de bord 791 après France-Danemark (2-0)

Publié le 30 mars 2015, mis à jour le 24 mai 2015

Les débuts de Zouma, le but de Lacazette, 5+1 Stéphanois à Geoffroy-Guichard, le Danemark parmi les éliminateurs et les records du nombre de joueurs d’un même club en sélection : les tableaux de bord sont toujours là.

Classement des joueurs

Kurt Zouma est donc le 880e international français, et il a eu la chance de le devenir devant le public de son club formateur, ce qui est rare. Il est aussi le plus jeune international en activité, à 20 ans et 5 mois, et le premier représentant de la génération 1994 (il est né le 27 octobre). A noter aussi que au coup d’envoi, c’est Olivier Giroud qui était le joueur le plus expérimenté (34 sélections) et que neuf des 17 joueurs à Saint-Etienne comptaient moins de 10 capes, dont cinq à moins de 5 sélections.

JPEG - 47.4 ko

Joueur Sel Tps
jeu
mn
%
tit
G N P Buts Cap
44 Bacary Sagna 47 3822 91% 23 14 10 0 0
46 Mathieu Valbuena 46 2768 67% 27 8 11 6 0
69 Olivier Giroud 37 1654 49% 20 7 10 10 0
79 Blaise Matuidi 34 2208 79% 20 6 8 4 3
129 Laurent Koscielny 22 1732 86% 10 5 7 0 0
160 Raphaël Varane 19 1649 95% 13 3 3 2 3
188 Antoine Griezmann 16 900 63% 11 3 2 5 0
217 Dimitri Payet 13 595 54% 8 2 3 0 0
275 Morgan Schneiderlin 9 472 56% 5 3 1 0 0
300 Christophe Jallet 8 645 75% 4 2 2 1 0
325 Josuha Guilavogui 7 395 57% 3 2 2 0 0
352 Alexandre Lacazette 6 242 33% 2 2 2 1 0
481 Geoffrey Kondogbia 3 139 67% 1 1 1 0 0
482 Benoît Trémoulinas 3 181 67% 2 0 1 0 0
483 Stéphane Ruffier 3 270 100% 2 0 1 0 0
555 Nabil Fekir 2 46 0% 1 0 1 0 0
643 Kurt Zouma 1 8 0% 1 0 0 0 0
Voir le tableau des joueurs

Classement des buteurs

Il l’attendait depuis bientôt deux ans qu’il est international : Alexandre Lacazette a marqué son premier but en sélection pour sa deuxième titularisation. Il est le 323e buteur des Bleus. Quant à Olivier Giroud, il entre dans le groupe assez restreint des joueurs à au moins dix buts, dont il est le 36e à franchir le seuil. On lui souhaite de ne pas en rester là.

Joueur Buts Sel buts/
match
CF Pe 2 3+
35 Olivier Giroud 10 +1 37 0,27 0 0 2 0
56 Mathieu Valbuena 6 0 46 0,13 0 0 0 0
66 Antoine Griezmann 5 0 16 0,31 0 0 1 0
93 Blaise Matuidi 4 0 34 0,12 0 0 1 0
174 Raphaël Varane 2 0 19 0,11 0 0 0 0
243 Alexandre Lacazette 1 +1 0,17 0 0 0 0
263 Christophe Jallet 1 0 8 0,13 0 0 0 0
Voir le tableau des buteurs

Les éliminateurs

On se souvient que les Bleus ont battu le Danemark au premier tour des Euros 84 (1-0) et 2000 (3-0), ainsi que lors du troisième match de la coupe du monde 1998 (2-1). On se souvient aussi que les Rouges ont sorti les Bleus deux fois en phase finale, à l’Euro 1992 (1-2) et dix ans plus tard en Corée (0-2).
 


 
Le Danemark n’est pas la seule sélection à avoir éliminé plusieurs fois l’équipe de France à l’Euro ou à la coupe du monde. L’Italie et l’Allemagne ont fait mieux, avec trois KO chacune, avec une mention spéciale à la Mannschaft qui ne fait ça qu’au Mondial, et qu’en match décisif (demi en 1982 et 1986, quart en 2014). L’Argentine vient derrière, avec deux éliminations, à chaque fois au premier tour d’une coupe du monde (1930 et 1978).

On mentionnera enfin l’Autriche (1934), la Yougoslavie (1954), le Brésil (1958), l’Angleterre (1966), la République tchèque (1996), la Grèce (2004), l’Afrique du Sud (2010) et l’Espagne (2012).

PNG - 89.9 ko

On pourrait maintenant étendre cette recherche aux matches de Coupe d’Europe des Nations (entre 1960 et 1976) et aux phases qualificatives européennes et mondiales. L’exercice est plus compliqué, car lors d’une élimination en phase de groupe, comment définir quel est le pays qui élimine ? Le critère retenu, c’est le dernier match décisif, celui qui élimine les Bleus en cas de résultat défavorable. L’adversaire n’est pas forcément qualifié ou mieux classé.

PNG - 66.9 ko

A ce petit jeu, la Yougoslavie et la Bulgarie méritent leur titre de bête noire. Les premiers nous ont privé de la coupe du monde 1950, d’une finale européenne en 1960 et de la coupe d’Europe des Nations 1968. Les seconds se sont mis en travers de la route des coupes du monde 1962 et 1994 et de la coupe des Nations 1972. La Norvège a fait fort également, anéantissant coup sur coup les espoirs français pour l’Euro 1988 et le Mondial 1990.

La Hongrie (1964), la Suède (1970), l’URSS (1974), la RDA (1976) et la Tchécoslovaquie (1980) complètent le tableau. On comprend le soulagement de la FFF lors de la disparition du rideau de fer en 1989 !

L’équipe de France à Geoffroy-Guichard

JPEG - 23 ko
Laurent Blanc en 1994 à Saint-Etienne. C’est le dernier Vert à avoir joué en sélection à Geoffroy-Guichard.

C’est la septième fois que l’équipe de France se produit à Saint-Etienne. Curieusement, il a fallu attendre 1984, soit deux ans après la grande époque des Verts (1957-1982), pour que les Bleus jouent dans le Chaudron. Ils y battent la Yougoslavie à l’Euro 3-2 grâce à un incroyable triplé de Platini en 17 minutes. Ils y sont revenus dix ans plus tard pour un terne 0-0 contre la Roumanie, puis en 1997 contre l’Ecosse (2-1), en 2003 face au Japon (2-1), en 2006 contre la Chine pour le dernier match de Zidane disputé en France (3-1) et en 2009 pour une piteuse défaite contre le Nigéria (0-1). Hormis Laurent Blanc en 1994, aucun Stéphanois n’a été aligné lors de ces rencontres.

Quand les Bleus étaient Verts

Il y a eu pas moins de cinq anciens Stéphanois sur la pelouse à Geoffroy-Guichard contre le Danemark, en plus de Ruffier bien sûr : Benoît Trémoulinas, Dimitri Payet, Joshua Guilavogui, Blaise Matuidi et Kurt Zouma.
L’occasion de rappeler qu’à la fin des années soixante, le Bleu de l’équipe de France tirait largement sur le Vert. A l’automne 1968, contre la RFA à Marseille, Louis Dugauguez aligna ainsi six Stéphanois : le gardien Georges Carnus, les défenseurs Roland Mitoraj et Bernard Bosquier, le milieu de terrain Aimé Jacquet et les attaquants Hervé Revelli et Georges Bereta. C’est d’ailleurs sur un corner de ce dernier que Bosquier ouvrit le score, avant l’égalisation tardive de Overath (1-1).
 

France-RFA du 25 septembre 1968. Les dix premières minutes du match avec Pierre Loctin au commentaire.
 
Trois semaines plus tard, à Lyon contre l’Espagne, il y avait toujours six Verts chez les Bleus, Robert Herbin remplaçant Hervé Revelli. Entre 1980 et 1982, il y eu plusieurs fois cinq Stéphanois en même temps sur le terrain, avec Castaneda, Janvion, Battiston, Lopez, Larios, Platini ou Zimako.

Mais le record est détenu avec sept joueurs d’un même club par le Red Star en janvier 1923 contre l’Espagne (Chayriguès, Gamblin, Joyaut, Hugues, Bonnardel, Brouzes et Paul Nicolas), le Stade de Reims deux fois de suite à l’automne 1959 contre la Bulgarie et le Portugal avec Colonna, Jonquet, Wendling (puis Piantoni), Kopa, Fontaine, Vincent et Muller.

Angleterre-France du 14 juin 1992
Angleterre-France du 14 juin 1992
Jocelyn Angloma et six autres Marseillais à Malmö pour un des matches les plus laids de l’histoire des Bleus.

Enfin, plus près de nous, l’OM a aligné 7 joueurs à cinq reprises lors de la saison 1991-1992 avec Angloma, Boli, Casoni, Amoros, Sauzée, Deschamps, Durand, Papin et Cantona. Platini retint même à deux reprises huit des neuf joueurs cités en cours de match, contre la Pologne en août 1991 et l’Espagne en octobre.

La feuille de match

PNG - 59.2 ko

Et pour finir...

Merci à Alain Dautel pour ses recherches sur les records du nombre de joueurs d’un même club en sélection avant 1962 (Reims et le Red Star) et à Romain Vercruyce pour la période postérieure à 1962 (sur son site sélection A).

Les articles liés



Voir le profil de Bruno Colombari sur LinkedIn



SPIP Site sous spip 3.0.17 et le plugin zpip | Hébergé par Mutins
Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Sauf mention contraire, le contenu rédactionnel de cette page est sous contrat Creative Commons.

Visiteurs connectés : 8