Thierry Henry, c’est du 50-50

Publié le 11 janvier 2011, mis à jour le 9 août 2017

Article initialement publié le 11 septembre 2009 sur le site des Cahiers du football.

Après avoir dépassé Platini il y a deux ans au classement des buteurs de l’équipe de France, Thierry Henry a marqué mercredi soir son cinquantième but en bleu. Une belle performance, même si une trentaine de joueurs ont fait mieux dans l’histoire.

Et d’un but contre la Roumanie qui fait quarante-neuf, et de deux contre la Serbie qui fait cinquante. En quatre jours, Thierry Henry a enfin atteint ce cap symbolique qu’il visait, sans trop le dire, depuis bientôt un an et un doublé contre la Tunisie. Curieusement, d’ailleurs, ses deux dernières réalisations ressemblent beaucoup à du Trezeguet : tête de Gallas prolongée de l’intérieur du pied sur la ligne des 6 mètres contre les Roumains, frappe d’Anelka relâchée par le gardien et chipée devant les mains de celui-ci contre les Serbes.

La régularité plus que l’abondance

Henry n’est pas ce qu’on peut appeler un buteur en série. Il n’est auteur d’aucun triplé (le dernier chez les Bleus remonte à août 2000, par Trezeguet, et l’avant-dernier à 1985, par Rocheteau). Il a réussi 6 doublés, contre la Tunisie (octobre 2008, 3-1), la Lituanie (octobre 2007, 2-0), l’Egypte (avril 2003, 5-0), Malte (mars 2003, 6-0 et octobre 2002, 4-0), et l’Arabie saoudite (juin 1998, 4-0). Seuls les deux plus récents ont été décisifs, et encore celui contre la Tunisie était dans un cadre amical. On peut en conclure qu’il pourrait réussir son septième doublé lors d’un des deux prochains matches d’octobre — un mois qui lui réussit bien — contre les Féroé et l’Autriche.

S’il n’est pas du genre cumulard, la Barcelonais a pour lui la régularité dans les performances. Depuis ses débuts en octobre 1997 (il est le plus ancien international français en activité après Patrick Vieira), il n’a jamais enchaîné plus de six matches sans marquer. Sa meilleure série, Henry l’a réalisée en 2003 avec 11 buts en 12 matches. Et, il ne faut pas l’oublier, il a marqué lors de cinq des six phases finales qu’il a disputées : trois buts en six matches en 1998, trois buts en six matches en 2000, deux buts en quatre matches en 2004, trois buts en sept matches en 2006 et un but en deux matches en 2008. La seule fois où il est passé à travers, c’est à la coupe du monde 2002, où il a disputé un match entier contre le Sénégal et les 25 premières minutes du suivant contre l’Uruguay (carton rouge).

Un record jusqu’où, et jusqu’à quand ?

La première question est très difficile : tout va dépendre du nombre de matches en bleu qu’il reste à jouer à l’ancien Gunner. Sans prendre trop de risques, et compte non tenu des absences pour blessure, on peut évaluer ce nombre entre quatre (élimination après les barrages) et une douzaine (si la France va en Afrique du Sud et sort du premier tour), quinze maximum en cas de victoire finale à Johannesbourg. Dans tous les cas, il est peu probable qu’Henry aille au-delà de l’été 2010, ou alors il faudrait qu’il fasse une coupe du monde exceptionnelle. Et même dans ce cas, quelle meilleure porte de sortie pourrait-il imaginer ?

Au rythme qui est le sien depuis l’Euro (5 buts en 11 matches), il pourrait porter son total à 52 unités dans la fourchette basse, 58 dans le meilleur des cas. Autant dire que ce record n’est pas près d’être battu : ses plus proches poursuivants encore en activité, David Trezeguet (34 buts) et Sylvain Wiltord (26) sont beaucoup trop loin, et la probabilité de les revoir en bleu est quasi-nulle. Et parmi les autres, le mieux classé est Nicolas Anelka, mais il ne compte que 12 buts en 60 matches.

Le seul qui ait pour l’instant le profil, c’est Karim Benzema. Son rendement actuel (6 buts en 25 matches) est très en dessous de ses possibilités, mais il n’a pas encore 22 ans. A son âge, au début de l’été 1999, Henry n’avait joué que 11 matches et marqué 3 buts. Il était déjà sacré champion du monde, mais les Bleus jouaient sans lui depuis plus de neuf mois, son transfert à la Juve l’avait relégué sur le banc et bien malin qui pouvait prédire qu’on tenait là le futur meilleur buteur de l’équipe de France.

Bientôt dans le top 20 ?

Une trentaine de joueurs ont fait mieux dans l’histoire. Le recordman absolu, qui ne sera sans doute jamais battu, est l’Iranien Ali Daei avec 109 buts en 149 matches en treize ans de carrière internationale (1993-2006). Il a tout de même participé à deux coupes du monde, en France et en Allemagne, sans marquer. Et les victimes de la plupart de ses buts ont été le Laos, Guam, les Maldives, le Sri Lanka ou le Népal, ce qui relativise un peu la performance.

Les deux suivants au palmarès sont déjà plus connus : il s’agit du Hongrois Ferenc Puskas (84 buts en 89 matches dans les années 50) et de Pelé, 77 buts en 92 matches officiels (d’autres sources indiquent 95 buts en 112 sélections, en comptant des matches non reconnus par la FIFA).

A noter en quatrième position, à égalité avec le Koweitien Bashar Abdullah, la présence du Hongrois Sandor Kocsis, coéquipier de Puskas, avec 75 buts... en 68 matches. Faites le total : 84+75=159 buts, soit plus à eux deux que Henry, Platini, Trezeguet et Zidane réunis.

Au niveau mondial, Henry peut espérer entrer bientôt dans les 20 premiers (plus de 53 buts). Il a désormais dans le collimateur le Turc Hakan Sükür (51 buts en 112 matches), les Brésiliens Zico (52 buts en 72 matches) et Romario (55 buts en 70 matches), le Tchèque Jan Koller (55 buts en 90 matches), voire, pourquoi pas, l’Argentin Gabriel Batistuta (56 buts en 78 matches). Le cap des 60 buts, franchi de justesse par Ronaldo en 2006 (62 buts en 97 matches), semble quand même un peu loin. Mais qui sait ?

Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

Abonnez-vous !

Chroniques bleues est sur Tipeee, premier site français de tip participatif.

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité